Tuchel favori pour remplacer Lampard à Chelsea ?    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestations en France : Acte X pour les «Gilets jaunes»
Publié dans El Watan le 20 - 01 - 2019

Le débat sera-t-il plus fort que la rue ?» s'interrogeait hier matin le quotidien régional du sud-est Le Dauphiné Libéré. Alors que Nord-Eclair préférait un raccourci très parlant : «Gilets jaunes, même jour, même heure».
Quant au Parisien-Aujourd'hui en France, dans un dossier pertinent et complet, il affichait à la une pour la première fois : «Le défi du maintien de l'ordre».
Hormis la presse de gauche et les réseaux sociaux, aucun journal grand public n'avait osé ainsi aborder cette question des manifestants blessés par les policiers.
Toute la semaine, les projecteurs étaient plutôt braqués sur le débat national, affublé du qualificatif de «grand» par la présidence de la République.
Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, dans ce qui selon l'opposition ressemble à une entrée en campagne électorale, a rencontré des centaines de maires en Normandie, puis en région occitane. Sans aucun citoyen «ordinaire», les manifestants étant éloignés par un cordon policier comme on en voit rarement.
Estimant qu'il s'agit pour le président Macron de redorer son blason, terni par les manifestations, beaucoup de protestataires doutaient de l'aboutissement de leurs revendications dans cette vaste foire aux idées. Le fait que les garants du débat soient des ministres en exercice a accru l'incertitude.
C'est donc sous ce signe de la méfiance et de l'inquiétude des «bavures» policières qu'hier encore des centaines de milliers de manifestants étaient dehors, malgré le grand froid, dans les grandes villes comme Paris, Lyon, Toulouse, Rennes notamment, mais aussi dans des villes et villages de moindre importance.
Les slogans étaient très politiques : «Le grand débat, j'm'en bas les c…», «Macron en prison, Castaner en enfer», «Paris soulève toi !» ou encore : «Le peuple veut la chute du régime.»
Dans l'ensemble, à l'heure où nous bouclions cet article, tout se passait dans un calme précaire, bien que des échauffourées aient éclaté à Lyon, Rouen, Caen et Rennes. La veille, la Ligue des droits de l'homme (LDH) avait mis en garde le pouvoir, appelant «le gouvernement à prévenir toute violence policière et à garantir un droit de manifester en toute sécurité.
Aucune violence n'est acceptable, ni celles envers les biens, les policiers ou les journalistes, ni celles, disproportionnées, des forces de l'ordre dont il est attendu mesure et maîtrise».
Des centaines de milliers de manifestants étaient dehors, malgré le grand froid
Le ministre de l'Intérieur avait jeudi démenti la moindre victime de charges policières, se disant «sidéré» qu'on puisse le penser. Pourtant la direction de la police nationale, dont il est le supérieur, avait engagé des enquêtes et versé des pièces au dossier plusieurs jours auparavant.
«Avec des discours autoritaires souvent provocateurs, le gouvernement tente par tous les moyens de dissuader ces protestations de rue, allant jusqu'à accuser les participants de complicité des débordements à venir», écrit la LDH,
«Il fait le choix d'un maintien de l'ordre brutal par des dispositifs policiers démesurés, des gazages et matraquages aveugles, l'usage de lanceurs de balles de défense (LBD 40) et de grenades de désencerclement (GLI F4) dont les conséquences sont dramatiques.
Le bilan officiel fin 2018 recensait près de 2700 blessés et mutilés avec des femmes et des hommes handicapés à vie, éborgnés, mains arrachées, lésions au ventre ou sur le visage, avec des séquelles irrémédiables.» Au cours de la semaine, le défenseur des droits Jacques Toubon avait demandé l'interdiction sans délai de ces armes inadaptées et le retour à un maintien de l'ordre proportionné.
La LDH rappelle que «ce sont plus de 5500 interpellations, certaines préventives avant même les rassemblements, des milliers de gardes à vue et plus d'un millier de condamnations sévères qui sont constatées».
Enfin, autre sujet de trouble, la manière dont les journalistes couvrant les manifestations sont malmenés. Hier le quotidien Libération a publié plusieurs pages appelant la presse à se remettre en cause, tout en dénonçant sévèrement la violence envers les médias, indigne d'une démocratie.
Des organisations et associations de journalistes ont lancé vendredi une pétition : «La montée des violences contre les reporters est extrêmement grave et préoccupante, comme le sont évidemment toutes les violences arbitraires, quels qu'en soient les auteurs.
Qu'on soit manifestant ou qu'on soit policier, on ne peut pas prétendre défendre la liberté et attaquer le journalisme», souligne le texte de cette pétition, hébergée sur le site de l'ONG Reporters sans frontières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.