Intoxication au CO : 30 personnes décédées et 273 autres secourues au cours de la première quinzaine de janvier 2020    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    L'ANC réitère son soutien au peuple sahraoui et à son droit à l'autodétermination    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Une importante délégation algérienne à Londres    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    L'idée d'un conseil national unificateur remise en cause    Soufiane Djilali revient sur sa rencontre avec Tebboune    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Almas, 10e président en 7 ans    Quelles conséquences d'un réaménagement irréfléchi ?    Yaïche tire la sonnette d'alarme    La maladresse de la direction usmiste    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    9 activistes ont devant le juge jeudi    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    La part du lion pour Air France et sa filiale Transavia    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ACTUCULT    Khaled Akchout réhabilité dans ses fonctions    "L'état central a montré ses limites"    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Energies renouvelables : Une stratégie globale aujourd'hui devant le Conseil des ministres    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    Crise libyenne: L'Algérie et l'Italie partagent «une vision commune»    La guerre des «boutons»    Un mariage mémorable    La vice-présidence confiée à l'Algérie    Arrestation de 7 individus    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Le smecta déconseillé aux enfants de moins de deux ans !    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    TLS Contact Algérie annonce de nouvelles procédures    Les manifestants dénoncent toute atteinte à l'unité nationale    Un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les «gilets jaunes» affluent vers Paris, la tension monte autour de l'Elysée
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 11 - 2018

Les «gilets jaunes», un mouvement populaire qui conteste la hausse du prix des carburants, continuaient d'affluer samedi à Paris quadrillée par un dispositif sécuritaire, notamment autour et proche du palais de l'Elysée, des périmètres interdits.
Des milliers de manifestants, après une semaine de protestations à travers la France, ont déjà brisé ce dispositif au niveau de l'Arc de Triomphe qui les empêchait d'emprunter l'avenue des Champs-Elysées en direction du palais présidentiel. L'objectif du mouvement des «gilets jaunes», qui n'est encadré ni de partis politiques encore moins de syndicats, est faire entendre au président Emmanuel Macron la colère des Français contre la hausse du prix des carburants et leur ras-le-bol fiscal. Ce ras-le-bol est résumé par un des manifestants qui a déclaré aux médias : «On donne de moins en moins d'argent pour les hôpitaux, pour les écoles, c'est pourtant l'essentiel, la base de la civilisation, tout cela pour donner aux grosses boîtes. On nous fait survivre et non plus vivre.
Le gouvernement, ce sont les pantins des lobbys industriels». Un seul slogan est le mot maître des manifestants : «Macron, démission», «Macron, dehors», alors que le président français n'est même pas au milieu de son mandat. Les «gilets jaunes» sont soutenus par plus de 70 % des Français, selon des sondages, rappelle-t-on. Les forces de sécurités ont pratiquement bloqué tous les accès menant vers le palais de l'Elysée, utilisant les moyens forts pour faire reculer les manifestants qui, par milliers, arrivent à la place de la Concorde, toute proche de l'Elysée. La tension commence à monter et les forces de sécurité, en situation tendue, n'ont pas manqué de charger les manifestants à coup de gaz lacrymogène. A Matignon, à des dizaines de mètres du palais présidentiel, l'affrontement a gagné en violence entre les manifestants, jeunes et moins jeunes, et les forces de l'ordre qui les poussent avec des lances à eaux, alors que les «gilets jaunes» lancent des pavés en direction de la police.
Des centaines membres de l'ultra-droite, équipés de lunettes de protection et de foulards, ont été identifiés parmi les foules, qui elles restent pacifiques, et l'inquiétude monte craignant le pire. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui avait indiqué que sa maison a été «attaquée» par des «gilets jaunes», n'avait pas caché son inquiétude en autorisant les rassemblements à Paris au niveau de Champ-de-Mars, la République et Nation. Il avait même évoqué l'éventuelle présence dans les foules des éléments de l'ultra-droite. Le gouvernement redoute les violences qui ont fait, depuis une semaine, deux morts et plusieurs centaines de blessés, dont des policiers. «De la fermeté et de l'équilibre, on ne veut surtout pas de violences», a déclaré vendredi le ministre Castaner, qui vient à peine remplacer Gérard Collomb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.