La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coupures d'eau à Béjaïa : La population épuisée !
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2019

A chaque grosse précipitation, la population est soumise aux affres des coupures récurrentes d'eau, qui durent, en l'absence d'une communication suffisante des services concernés.
Il ne se passe pas un hiver sans qu'une conduite principale d'eau potable rompe. Cela s'explique incontestablement par la vulnérabilité de ces ouvrages hydrauliques longeant les oueds. Lors des intempéries, les crues déstabilisent les canalisations avant de les arracher.
La réparation dure, dans ces conditions, plusieurs jours. La fréquence de ces ruptures renseigne également sur le laisser-aller des autorités, qui n'ont mis au point aucun programme de consolidation ou de déplacement des principaux transferts depuis des années que ces ruptures persistent, se contentant de remplacer des «manchettes défectueuses» à chaque incident.
Les pluies diluviennes qui s'abattent chaque année sur Béjaïa occasionnent des dégâts importants sur le réseau AEP. En mars 2018, la ville du chef-lieu et celle de Tichy ont passé trois jours sans eau potable à cause de la rupture d'une canalisation principale les alimentant depuis la source bleue de Kherrata, après la crue de l'oued Agrioune.
Le même mois, mais cette fois en 2015, les habitants des communes de la daïra de Béjaïa, ainsi que ceux des communes de l'intérieur de la wilaya, comme El Kseur et Sidi Aïch, ont dû patienter plus d'une semaine avant de voir les conduites alimentant ces localités depuis Tichy-haf et la source bleue réhabilitées. Les eaux des oueds déchaînés par de fortes chutes de pluie ont provoqué des dégâts importants sur ces ouvrages hydrauliques.
Cette année, la même conduite de 700 mm qui alimente la côte est de la wilaya et la ville de Béjaïa depuis la source bleue est rompue une nouvelle fois à cause de la crue de l'oued Aguerioune. L'intervention sur les dommages est quasi impossible avant la décrue, selon le chargé de la communication de l'ADE.
Au niveau de l'oued Ghir, la rupture de la conduite de 1m a été provoquée par un engin mécanique, selon des sources officielles, alors que le canal se trouve à 8 mètres de profondeur. Une énigme! Sur le plan social, cela engendre beaucoup de désagréments à la population locale. Car le pire est de voir les habitants de Béjaïa et d'Oued Ghir, dépourvus d'eau potable durant plus de cinq jours et livrés à eux-mêmes.
A Oued Ghir, on a observé des queues devant les fontaines et un rush vers les supérettes pour s'approvisionner en fardeaux d'eau minérale. Selon le témoignage de quelques résidents de Béjaïa, «ni l'APC ni l'ADE n'ont mis à notre disposition des camions-citernes pour pallier ce problème conjoncturellement». Une aubaine pour les colporteurs qui proposent de l'eau potable dans les cités.
D'autres familles, plus aisées, s'approvisionnent en eau minérale à un prix fort, ou se déplacent en voiture pour chercher de l'eau à plusieurs kilomètres de chez elles. Afin de doter les ménages en eau potable, l'ADE s'est rabattue sur le système d'alimentation des quartiers et cités de la ville en alternance d'un jour sur deux, après la réparation de la conduite de Oued Ghir.
Mais sans compter sur la forte demande pour réussir cette opération qui a été accompagnée d'une communication institutionnelle qui consiste à publier, sur le fil de la page facebook de l'Algérienne des eaux, des photos et des vidéos montrant les équipes de la société à pied d'œuvre sur le lieu de la panne pour atténuer un tant soit peu la colère et la lassitude des habitants. Ces derniers souhaitaient voir des camions-citernes stationner sous leurs balcons, dans leurs quartiers, en guise de bonne foi des responsables qui se disent soucieux de la quiétude de leurs administrés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.