PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après la rupture des canalisations : Une semaine sans eau à Béjaïa
Publié dans El Watan le 05 - 03 - 2015

La wilaya de Béjaïa boucle une semaine sans eau dans les robinets après que les fortes crues de la semaine dernière aient eu raison des deux principales conduites desservant quasiment toutes ses communes. La détresse de la population, à laquelle se mêlent indignation et consternation, est indescriptible. Dans les centres urbains à forte densité démographique de Sidi Aïch, El Kseur et surtout Béjaïa-ville, tout le monde est mobilisé pour s'approvisionner en eau.
Le stress est énorme. Des sources naturelles et des fontaines publiques longtemps oubliées sont prises d'assaut du matin au soir. Dans la commune de Béjaïa, par exemple, les réflexes d'entraide et de bon voisinage sont de mise. Les gens disposant de véhicules prennent volontiers de l'eau pour leurs voisins qui en sont dépourvus. Mais ceux qui n'ont pas cette chance ne comptent que sur la force de leurs bras ou leur capacité à s'offrir de l'eau conditionnée. Un plan d'urgence efficace des autorités pour aider les foyers à surmonter la crise fait défaut.
Les camions-citernes à la rescousse
«Nous sommes livrés à nous-mêmes. Où sont les moyens de l'Etat ? C'est aux autorités qu'incombe la responsabilité de nous alimenter en eau en attendant la réparation des conduites», se plaint un fonctionnaire. En effet, mis à part des lâchers furtifs d'eau aux aurores dans quelques quartiers, à Béjaïa-ville, seuls trois camions citernes alimentent quelques établissements publics.
La gestion de la crise est «inconséquente». Les discours lénifiants des autorités, distillés en boucle sur les ondes de la radio locale, ne rassurent plus. Intervenant hier après-midi, le directeur de l'hydraulique, M. Saadi, s'est contenté de dire que «des équipes travaillent d'arrache-pied pour réparer les dommages causés par les crues».
Il a ajouté que 12 camions citernes sont venus prêter main-forte aux trois déjà sur le terrain, sans en donner la provenance ni de détails sur l'avancement des travaux de réparation des réseaux de distribution. Le directeur de l'ADE, Bouchenna Kamel, contacté par téléphone, n'est pas allé plus loin : «S'agissant de la conduite venant de la source Bleue, nos équipes ont repéré deux cassures qu'elles sont en train de réparer.» Aucune date, même approximative, du retour à la normale.
Pour rappel, les crues et inondations dues aux importantes chutes de pluie de la semaine dernière ont provoqué le débordement des oueds Aguerioune et Soummam, que traversent les conduites d'eau alimentant toute la wilaya de Béjaïa à partir de la source Bleue de Kherrata et du barrage Tichy Haf de Bouhemza. Des équipes du barrage, de l'ADE et de la direction de l'hydraulique, auxquelles s'est jointe une entreprise chinoise, sont sur place pour rétablir la distribution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.