CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa au régime sec
LA CRISE De l'EAU POTABLE PERSISTE
Publié dans Liberté le 10 - 04 - 2018

Au moment où le barrage de Tichy Haf (Bouhamza) atteint un taux de remplissage record de 85%, les habitants de Béjaïa souffrent cruellement du manque d'eau potable.
En effet, en dépit des promesses des responsables de l'unité de Béjaïa de l'Algérienne des eaux (ADE) de remédier à cette situation, la crise de l'eau persiste toujours au niveau du chef-lieu de wilaya qui compte près de 200 000 âmes.
Face à la colère des Béjaouis qui ne cessent d'interpeller les pouvoirs publics sur cette pénurie, la direction de l'ADE de Béjaïa a finalement daigné réagir, en rendant public un communiqué, le 27 mars dernier, dans lequel elle informe ses abonnés de la ville des Hammadites qu'une perturbation dans la distribution d'eau potable est intervenue en raison de la rupture de la conduite de diamètre 700 mm causée par la crue de l'oued Aguerioune, lors des dernières intempéries. Les responsables de l'ADE de Béjaïa ont tenu à rassurer, à travers le même communiqué, que "la distribution d'eau potable se fera 1 jour sur 2, et ce, jusqu'à l'achèvement des travaux de réparation".
Une douzaine de jours plus tard, soit le 8 avril dernier, la direction de l'ADE diffuse un autre communiqué informant ses abonnés alimentés à partir de la "source Bleue" (Laïnsar Azegza) que "les travaux de réparation de la conduite de diamètre 700 mm viennent d'être entamés".
Selon les termes du même document, les réparations importantes engagées nécessitent une dizaine de jours afin d'achever les travaux au niveau de l'oued Aguerioune. "Ainsi, la date prévisionnelle de la reprise d'une distribution régulière d'eau potable pourra intervenir à compter du 19 avril prochain", précise-t-on encore dans le dernier communiqué.
Cette situation de crise profite aux revendeurs du liquide précieux. En effet, le nombre de camions-citernes qui sillonnent les différents quartiers de la ville de Béjaïa ne cesse d'augmenter ces derniers jours. Ces marchands d'eau potable, qui s'approvisionnent depuis la source naturelle de Toudja, cèdent un bidon d'eau de 20 litres à 50 DA. Le comble est que cette activité commerciale, devenue très en vogue à Béjaïa, échappe à tout contrôle de l'Etat.
Outre la tarification pratiquée, personne ne se soucie de la qualité de l'eau vendue. Si certains revendeurs écoulent leurs citernes d'eau dans les quartiers populaires, d'autres préfèrent alimenter les commerces, notamment les cafétérias, les restaurants, les boulangeries, les crémeries...
"Je me réveille à 4h du matin et je vais jusqu'à Toudja pour remplir mes réserves d'eau, avant de revenir à Béjaïa-Ville pour sillonner certains quartiers dont les habitants souffrent d'un manque criant en eau potable", nous confie Djamel S., un jeune béjaoui, qui a investi dans ce créneau après avoir acquis un camion-citerne dans le cadre du dispositif de l'Ansej.
Kamal Ouhnia


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.