Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rues et édifices : Les noms… ont une mémoire
Publié dans El Watan le 10 - 04 - 2010

« Les noms de nos rues, boulevards, édifices incarnent une symbolique mémorielle à fertiliser et à perpétuer pour les générations futures. » Lounès Aït Aoudia prend résolument à cœur les problèmes que suscite l'état de la microtoponymie urbaine.
Le président de l'association des Amis de la rampe Louni Arezki (anciennement rampe du maréchal Valée, Basse Casbah), après avoir honoré, dans la matinée de jeudi dernier, la mémoire des guillotinés de la Révolution – dépôt d'une gerbe de fleurs dans l'enceinte de la prison Serkadji, en hommage à 58 martyrs guillotinés – a convoqué une conférence-débat organisée au siège de l'association, à La Casbah, traitant de « La toponymie et la mémoire ».
L'uniformisation et la normalisation toponymique revêtent, selon lui, le caractère de l'« urgence ». « Il s'agit d'un fait de société, déterminant pour les générations montantes. Hélas, nous ne sommes pas encore conscients de cela… Les noms de nos rues et boulevards se doivent de réveiller les neurones des jeunes générations. C'est une thérapie d'éveil qu'il nous faut, car que serait le devenir d'enfants sans mémoire dans une guerre des mémoires  ? », dit-il. Présent à la conférence, Yacef Saâdi, le héros de la Bataille d'Alger, a fustigé la politique aux relents amnésiques pratiquée par les gouvernants depuis l'indépendance. Lors de son témoignage sur la vie du baroudeur Louni Arezki, religieusement suivi par une assistance nombreuse, Yacef Saâdi a déploré l'ostracisme qui frappe de plein fouet les héros de la Bataille d'Alger. « Après l'indépendance, affirme-t-il, nous avions créé la Fédération du Grand-Alger. Nous connaissions les hommes qui se sont véritablement sacrifiés pour ce pays, nous pensions pouvoir honorer leurs mémoires. Hélas, les dirigeants ont abusé de nous. Ils se sont ramenés avec leur propre liste de héros et de martyrs qu'ils ont imposés chez nous. Ils ont pris la place de nos héros… Mais qu'ils ne vous bernent pas  : si la guerre a été gagnée, c'est grâce à vous  !
Une bombinette à Alger valait, en échos, des milliers explosant dans les maquis… Même La Casbah a été démolie délibérément pour que jamais l'odeur d'Alger n'imprègne la Révolution (…) ». L'assistance, qui buvait dans un silence de cathédrale les paroles de son héros légendaire, fond en une assourdissante ovation. « Censés être les réceptacles de la mémoire, les reflets de la culture, de la langue, de la civilisation d'un peuple, les noms donnés aux rues, boulevards, stèles et places d'Algérie ne véhiculent auprès des jeunes que le néant. Une forme de dépréciation de soi. Les dénominations ne transmettent ni culture, ni mémoire, ni civilisation », regrette pour sa part Ouardia Yermeche, professeur de linguistique à l'université de Bouzaréah (Alger). Le chercheur en toponymie insiste dans son exposé sur le rôle prépondérant des nominations, les fonctions économiques, sociales, culturelles qu'elles remplissent, déplorant au passage que toutes les recommandations faites ces dernières années par la communauté scientifique à l'endroit des autorités politiques et administratives, notamment le ministère de l'Intérieur, n'aient pas été prises en compte. « Il n'y a pas eu de répondant du côté des pouvoirs publics. » Le processus présidant à la nomination des personnes et des lieux est biaisé, vidé de son sens, entaché d'anarchie, d'arbitraire, d'incohérences. Cette situation, explique le professeur Yermeche, née d'un vide juridique, d'absence de rigueur, d'exclusion de la population, a favorisé la multiplication des nominations « spontanées ». Des chiffres en guise de noms pour désigner de nouvelles cités (les fameuses cités numériques)  ; des repères physiques servant d'appellation à des lieudits. Elle cite le cas (cocasse) d'un quartier nommé par la population « Dodanna ». « Nous avons posé la question pour savoir qui est cet illustre personnage  ; on nous répond que ce n'est pas le nom d'une personne, mais que c'est une déformation (linguistique) de dos d'âne. Le ralentisseur a donné son nom au lieudit. »
Pourtant, ajoute-t-elle, « le pays ne manque pas de martyrs à honorer, d'événements importants à célébrer, ni d'une histoire, d'une civilisation plusieurs fois millénaires que les autres nations nous envient. De grands noms de l'histoire de ce pays – qui, faut-il le rappeler, ne se réduisent pas à la seule guerre de Libération ni a commencé au VIIe siècle – sont méconnus comme Jugurtha, Massinissa, etc. On a l'impression qu'on ne veut pas voir cette identité plurielle, qu'on préfère calquer des identités autres que la nôtre, qu'on fait en sorte pour que les gens ne soient pas fiers de leurs racines, etc. »Autre aspect, non moins important car il accentue la confusion générale et est à l'origine de dysfonctionnement institutionnel  : la multiplicité des transcriptions graphiques des noms de lieux et de personnes. L'universitaire cite à ce titre les nombreux travaux de recherche faits par les Centres de recherche d'Alger (CNRPH) et d'Oran (CRASC) portant sur l'anthroponymie (étude des noms de personnes) et sur la toponymie algérienne, qui révèlent une foultitude de variantes de transcription. L'enseignant et chercheur à l'université d'Alger plaide pour l'« algérianisation », l'uniformisation de la transcription des toponymes et anthroponymes  ; la conception d'un répertoire national qui puisse aider les institutions à le faire, etc. Le professeur Yermeche rappelle à ce titre le contexte dans lequel a été institué l'état civil algérien sous l'ère coloniale. Des noms dégradants ont été attribués aux Algériens par les officiers français de l'état civil. L'enjeu étant de falsifier l'histoire des autochtones, de les réduire à la servilité. « Faut-il algérianiser le nom de l'Algérie dès lors qu'il s'agit d'un nom français  ? », l'interroge un participant. « Impossible  ! », rétorque l'universitaire. « On ne peut pas faire aussi facilement table rase de notre histoire, car le cas échéant, il faudrait aussi envisager de changer tous les anthroponymes donnés arbitrairement aux Algériens… »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.