Pour remplir une prison il faut bien vider quelque chose de l'extérieur    Les écuries d'Augias    Le général-major à la retraite Kamel Abderrahmane dépose plainte contre l'ancien chef de la Garde républicaine    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    MO Béjaia : Réunion des actionnaires aujourd'hui    MC Alger : La liste des libérés pas encore établie    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Chlef : Une série d'incendies de forêt sur le littoral    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Ibn Sina et Descartes : A bas bruit    Ecole supérieure de la Gendarmerie nationale de Zéralda : sortie de 7 promotions d'officiers    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Pression et répression à Hong Kong    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président Bouteflika « sous menace vitale permanente »
Publié dans El Watan le 06 - 03 - 2019

Le président Bouteflika n'a pas quitté les Hôpitaux universitaires de Genève, où il séjourne depuis le 24 février dernier. Son état de santé nécessite des soins constants mais « pourrait quitter l'établissement genevois sous peu », rapporte la Tribune de Genève.
« Abdelaziz Bouteflika est sous «menace vitale permanente» en raison d'une atteinte systémique à ses réflexes corporels. Son problème principal: il présente de hauts risques de faire des fausses routes, c'est-à-dire que des aliments peuvent être dirigés vers ses voies respiratoires, ce qui peut entraîner une infection pulmonaire grave », a rapporté, aujourd'hui mercredi, le journal la Tribune de Genève.
Selon la même source, « le président algérien est atteint d'aphasie, soit de perte partielle du langage. Il semble réceptif à ce qu'on lui dit, mais on le comprend à peine. Il faut pratiquement lire sur ses lèvres. Son imposante équipe médicale – quatre médecins algériens, dont un cardiologue, un anesthésiste et un interniste – lui sert d'interprète avec le monde extérieur et parle souvent à sa place (…)».
En plus de ses problèmes de santé qui avaient commencé en 2013, le président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, fait face, à une vague de protestation populaire massive, déclenchée par l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle du 18 avril prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.