Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Révision de la Constitution: lancement de l'inscription en ligne sur les listes électorales    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Mascara: vers une stratégie pour l'organisation du travail du mouvement associatif en Algérie    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Tebboune installe une commission pour l'amender    Liberté de dire. Toujours !    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les partis privés de subventions de l'Etat    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Où est l'Algérie ?    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Tlemcen: Une question de conformité    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La contestation populaire face au défi de la structuration
Publié dans El Watan le 11 - 03 - 2019

Le pouvoir en place tarde à répondre convenablement aux millions d'Algériens sortis dans les rues, pour réclamer le changement du système politique. Face au mutisme calculé des tenants du pouvoir, le soulèvement pacifique semble avoir un grand besoin de se structurer. Elwatan.com a recueillis les avis de militants actifs sur le terrain, aux quatre coins du pays.
Yanis Adjlia, militant associatif actif à Béjaia, estime que la révolte populaire en cours en Algérie n'a pas besoin de structures, du moins pour l'instant. « Pour le moment, la structuration n'est pas nécessaire. C'est un mouvement horizontal », indique le jeune militant. Il a expliqué que le caractère “horizontal” du mouvement ne signifie pas l'adoption du mode d'organisation du mouvement des Aârches, né durant le printemps noir de 2001 en Kabylie. « Pas de tribalisme », tranche Yanis Adjlia.
Nawfel Chekaoui, coordinateur du comité de défense des droits des chômeurs, très actif au niveau de sa ville, Ain Beida, dans la wilaya d'Oum El Bouaghi, plaide pour une organisation basée sur des comités au niveau des communes et des grandes agglomérations. « Nous avons proposé de mettre en place une coordination au niveau de la commune, puis on choisit un délégué ou deux pour représenter chaque wilaya au niveau national”. A la question de savoir comment choisir les délégués, Nawfel Chekaoui répond : « dans chaque ville, il y a des figures reconnues qui seront sollicitées naturellement par la population. Le plus important est de choisir des délégués jeunes et d'éviter les choix partisans et les idéologies à caractère religieux».
Ibek Abdelmalek, activiste connu de la wilaya de Ouargla, considère que « la structuration doit commencer au niveau des quartiers et des villages pour aboutir à un conseil de jeunes qui représentera le mouvement de contestation à l'échelle nationale ». Ibek Abdelmalek insiste, lui aussi, sur l'âge des représentants potentiels de la population qui doivent être jeunes. « Ce sont les jeunes qui ont déclenché la révolte », affirme l'activiste de Ouargla.
Khaled Ouragh, journaliste et membre de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme a affirmé qu'un comité est en cours d'installation dans sa ville, à Tiaret, pour mieux organiser le mouvement de protestation à l'échelle locale. Sur le plan national, le défenseur des droits de l'homme s'est montré favorable aux noms proposés par de nombreux Algériens sur les réseaux sociaux. « A notre niveau nous pensons que les trois noms qui ont été avancés par de nombreux activistes et militants, à savoir Me Mustapha Bouchachi, Karim Tabou et Foudil Boumala sont les mieux placés pour représenter le mouvement populaire », a déclaré Khaled Ouragh qui plaide pour « la dissolution de l'ensemble des formations politiques ».
Il faut dire enfin, que la dynamique de liberté que vit l'Algérie actuellement ne peut être conduite que par de nouvelles figures débordantes d'énergie, en rupture totale avec les habitudes politiques en vigueur jusqu'ici en Algérie. Mais cela ne doit pas signifier la mise à l'écart des hommes et des femmes qui ont commencé le combat pour la démocratie depuis plusieurs décennies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.