JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La contestation populaire face au défi de la structuration
Publié dans El Watan le 11 - 03 - 2019

Le pouvoir en place tarde à répondre convenablement aux millions d'Algériens sortis dans les rues, pour réclamer le changement du système politique. Face au mutisme calculé des tenants du pouvoir, le soulèvement pacifique semble avoir un grand besoin de se structurer. Elwatan.com a recueillis les avis de militants actifs sur le terrain, aux quatre coins du pays.
Yanis Adjlia, militant associatif actif à Béjaia, estime que la révolte populaire en cours en Algérie n'a pas besoin de structures, du moins pour l'instant. « Pour le moment, la structuration n'est pas nécessaire. C'est un mouvement horizontal », indique le jeune militant. Il a expliqué que le caractère “horizontal” du mouvement ne signifie pas l'adoption du mode d'organisation du mouvement des Aârches, né durant le printemps noir de 2001 en Kabylie. « Pas de tribalisme », tranche Yanis Adjlia.
Nawfel Chekaoui, coordinateur du comité de défense des droits des chômeurs, très actif au niveau de sa ville, Ain Beida, dans la wilaya d'Oum El Bouaghi, plaide pour une organisation basée sur des comités au niveau des communes et des grandes agglomérations. « Nous avons proposé de mettre en place une coordination au niveau de la commune, puis on choisit un délégué ou deux pour représenter chaque wilaya au niveau national”. A la question de savoir comment choisir les délégués, Nawfel Chekaoui répond : « dans chaque ville, il y a des figures reconnues qui seront sollicitées naturellement par la population. Le plus important est de choisir des délégués jeunes et d'éviter les choix partisans et les idéologies à caractère religieux».
Ibek Abdelmalek, activiste connu de la wilaya de Ouargla, considère que « la structuration doit commencer au niveau des quartiers et des villages pour aboutir à un conseil de jeunes qui représentera le mouvement de contestation à l'échelle nationale ». Ibek Abdelmalek insiste, lui aussi, sur l'âge des représentants potentiels de la population qui doivent être jeunes. « Ce sont les jeunes qui ont déclenché la révolte », affirme l'activiste de Ouargla.
Khaled Ouragh, journaliste et membre de la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme a affirmé qu'un comité est en cours d'installation dans sa ville, à Tiaret, pour mieux organiser le mouvement de protestation à l'échelle locale. Sur le plan national, le défenseur des droits de l'homme s'est montré favorable aux noms proposés par de nombreux Algériens sur les réseaux sociaux. « A notre niveau nous pensons que les trois noms qui ont été avancés par de nombreux activistes et militants, à savoir Me Mustapha Bouchachi, Karim Tabou et Foudil Boumala sont les mieux placés pour représenter le mouvement populaire », a déclaré Khaled Ouragh qui plaide pour « la dissolution de l'ensemble des formations politiques ».
Il faut dire enfin, que la dynamique de liberté que vit l'Algérie actuellement ne peut être conduite que par de nouvelles figures débordantes d'énergie, en rupture totale avec les habitudes politiques en vigueur jusqu'ici en Algérie. Mais cela ne doit pas signifier la mise à l'écart des hommes et des femmes qui ont commencé le combat pour la démocratie depuis plusieurs décennies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.