Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10e vendredi de contestation à Oran : «On a hâte de vivre dignement !»
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2019

Le 10e vendredi de contestation a mobilisé une foule immense à Oran, qui a défilé, en rangs serrés, de la place 1er Novembre au rond-point Zabana, avant de faire le chemin inverse, et retourner au point de départ.
La manifestation, qui s'est voulue grandiose pour cet acte X, s'est ébranlée sous les cris de «Gaïd Salah, fakou fakou !» (Gaïd Salah, on n'est pas dupes !), une manière de dire à ces «messieurs qu'on nomme grands» qu'ils n'ont pas affaire à un peuple décérébré et manipulable à souhait, mais à des femmes et des hommes très au fait de la chose politique, et à qui on ne la fait pas si facilement.
Gaïd Salah a été ciblé hier plus que de coutume, comme en témoignent de nombreuses pancartes : «Gaïd Salah n'est pas avec le hirak», «Gaïd-Toufik : comédie !», «Rappel aux généraux : la retraite est à 60 ans», «El Gaïd pour sauver le système, le peuple pour sauver le pays !», «Le peuple dit non à Gaïd !», «Bensalah rayeh rayeh, eddi maak Gaïd Salah» (Bensalah, puisque tu vas partir, prends avec toi Gaïd Salah !).
Par un clin de l'œil à l'actualité de la semaine, marquée notamment par l'emprisonnement d'Issad Rebrab, beaucoup de manifestants ont trouvé matière à commenter, avec des slogans emplis d'ironie : «Ouyahia, Sellal, Saïd, toujours en liberté ?», «La vraie justice doit commencer par juger Saïd Bouteflika, Abdelaziz Bouteflika et Nacer Bouteflika, sans oublier leurs satellites de la présidence», «Non à une justice sélective, non à une justice-spectacle, non à une justice téléguidée», «Non au règlement de compte», «Saïd, Khelil, El koul à El Harrach !». Un sexagénaire affichait fièrement une banderole : «Pour une République démocratique et sociale. Ni une monarchie, ni une théocratie !»
La procession interminable de manifestants a ainsi poursuivi son petit bonhomme de chemin le long de la rue Larbi Ben M'hidi en scandant en chœur : «Goulna tarahlou yaani tarahlou !» (On a dit que vous dégagez, alors vous dégagerez !).
Si, durant les premiers vendredis, la halte observée au siège de la wilaya était un point incontournable, il faut croire qu'au fil des semaines les manifestants ont plutôt jeté leur dévolu sur le rond-point Zabana, qui s'apparente à une place plus ou moins vaste, avec la statue éponyme plantée en son centre. «Pas ce confiance, pas de vote avec ce pouvoir. Qu'ils dégagent tous !», criait un vieux retraité, alors qu'une jeune à côté de lui affirmait qu'il n'y aura pas de vote le 4 juillet.
Un peu plus loin, nous aperçûmes une pancarte sur laquelle était écrit : «Des hommes sans dignité ne peuvent pas gouverner un pays comme notre Algérie». Avec des mots simples, mais ô combien sincères, un vieil homme, tout en suivant la foule de manifestants, tenait une affiche où on pouvait lire : «On a hâte de vivre dignement !». Dans un arabe poétique, un autre manifestant à la voix qui porte entonnait : «Sarrakine, kaddabine, haggarine, bayaiine el cocaïne !» (Voleurs, menteurs, oppresseurs, vendeurs de cocaïne), avant d'être repris en chœur par une foule compacte.
Cette dernière reprenait ensuite : «Kalma wahda fel maydane : dégage FLN !» (Un seul mot d'ordre : FLN dégage !) De retour à la place 1er Novembre, beaucoup des manifestants se sont organisés dans une sorte une sorte de halqa pour discuter et débattre de l'Algérie de demain, avant de se disperser dans le calme et la bonne humeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.