La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des manifestants réclament à ce que «Yetnahaw ga3 !»
Administrations paralysées et Marches à Bouira
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2019

En plus du départ des trois responsables, les manifestants réclament des comptes et des poursuites judiciaires.
Comme il fallait s'y attendre, la mobilisation citoyenne a été, encore une fois, au rendez-vous hier à Bouira. La rue ne décolère pas. Des marches réclamant le départ des trois personnes «symbolisant» le système – le Premier ministre Bedoui et les deux présidents du Conseil de la nation et du Conseil constitutionnel, Bensalah et Belaïz – ont été organisées par le personnel de plusieurs administrations publiques. Les travailleurs de la Cnas, Casnos, des Domaines, Impôts, ADE et APC ont manifesté dans les rues de la ville.
Le maintien du gouvernement, synonyme de provocation, a été également rejeté par la rue. Les marcheurs, pancartes et banderoles brandies, ont à l'unanimité revendiqué le départ inconditionnel des trois «personnages» et des membres du gouvernement. «Yetnahaw ga3. Yethasbou ga3», ont-ils scandé.
Les manifestants, qui ont hissé à la fois le drapeau national et l'emblème amazigh, ont aussi réclamé la dissolution immédiate des partis au pouvoir, le FLN et le RND en l'occurrence. «FLN, RND dégagez !» «Klitou lebled ya saraqine», tout en réclamant des comptes : «Le peuple demande justice, des comptes et des sanctions à l'encontre des gangs qui ont spolié les richesses du pays», et ce, à travers des pancartes ou des slogans hostiles à Saïd Bouteflika, frère du Président sortant.
D'autres manifestants ont, par ailleurs, brandi des pancartes invitant le chef d'état-major, Gaïd Salah, à ne pas s'immiscer dans la politique. «Ya Gaïd occupe-toi des frontières, nous nous occupons de la politique», lit-on sur la pancarte d'un manifestant. La démission forcée de Abdelaziz Bouteflika n'a pas fait fléchir la mobilisation citoyenne qui, vraisemblablement, réclame et demande plus.
Même si les slogans scandés et portés sur des pancartes sont mitigés, le départ de Gaïd Salah reste aussi une revendication populaire : «Goulna ga3, c'est ga3» (Nous avons dit tous, c'est tous). Il faut préciser que la quasi-totalité des administrations publiques sont restées paralysées par les mouvements de grève. A l'université Akli Mohand Oulhadj, les examens du deuxième trimestre ont été boycottés par les étudiants et les enseignants, a-t-on précisé.
L'administration manipule
Fidèle à ses pratiques de division visant essentiellement à induire en erreur l'opinion publique, l'administration locale continue de véhiculer, et ce, à travers ses relais, la nécessité de dégager des représentants du mouvement populaire. Les débats stériles auxquels s'adonnent certains «envoyés et délégués spéciaux» de l'administration témoignent de la «véracité» du message que voulaient encore faire passer les subalternes de Bedoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.