Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Ghouini: le projet d'amendement constitutionnel garantit le renforcement des institutions de l'Etat    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    L'agression féodale et le Hirak.    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Le FMI inévitable?    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des manifestants réclament à ce que «Yetnahaw ga3 !»
Administrations paralysées et Marches à Bouira
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2019

En plus du départ des trois responsables, les manifestants réclament des comptes et des poursuites judiciaires.
Comme il fallait s'y attendre, la mobilisation citoyenne a été, encore une fois, au rendez-vous hier à Bouira. La rue ne décolère pas. Des marches réclamant le départ des trois personnes «symbolisant» le système – le Premier ministre Bedoui et les deux présidents du Conseil de la nation et du Conseil constitutionnel, Bensalah et Belaïz – ont été organisées par le personnel de plusieurs administrations publiques. Les travailleurs de la Cnas, Casnos, des Domaines, Impôts, ADE et APC ont manifesté dans les rues de la ville.
Le maintien du gouvernement, synonyme de provocation, a été également rejeté par la rue. Les marcheurs, pancartes et banderoles brandies, ont à l'unanimité revendiqué le départ inconditionnel des trois «personnages» et des membres du gouvernement. «Yetnahaw ga3. Yethasbou ga3», ont-ils scandé.
Les manifestants, qui ont hissé à la fois le drapeau national et l'emblème amazigh, ont aussi réclamé la dissolution immédiate des partis au pouvoir, le FLN et le RND en l'occurrence. «FLN, RND dégagez !» «Klitou lebled ya saraqine», tout en réclamant des comptes : «Le peuple demande justice, des comptes et des sanctions à l'encontre des gangs qui ont spolié les richesses du pays», et ce, à travers des pancartes ou des slogans hostiles à Saïd Bouteflika, frère du Président sortant.
D'autres manifestants ont, par ailleurs, brandi des pancartes invitant le chef d'état-major, Gaïd Salah, à ne pas s'immiscer dans la politique. «Ya Gaïd occupe-toi des frontières, nous nous occupons de la politique», lit-on sur la pancarte d'un manifestant. La démission forcée de Abdelaziz Bouteflika n'a pas fait fléchir la mobilisation citoyenne qui, vraisemblablement, réclame et demande plus.
Même si les slogans scandés et portés sur des pancartes sont mitigés, le départ de Gaïd Salah reste aussi une revendication populaire : «Goulna ga3, c'est ga3» (Nous avons dit tous, c'est tous). Il faut préciser que la quasi-totalité des administrations publiques sont restées paralysées par les mouvements de grève. A l'université Akli Mohand Oulhadj, les examens du deuxième trimestre ont été boycottés par les étudiants et les enseignants, a-t-on précisé.
L'administration manipule
Fidèle à ses pratiques de division visant essentiellement à induire en erreur l'opinion publique, l'administration locale continue de véhiculer, et ce, à travers ses relais, la nécessité de dégager des représentants du mouvement populaire. Les débats stériles auxquels s'adonnent certains «envoyés et délégués spéciaux» de l'administration témoignent de la «véracité» du message que voulaient encore faire passer les subalternes de Bedoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.