Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Khalifa Haftar face au risque de l'enlisement
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2019

La bataille de Tripoli semble être tout le contraire d'une guerre éclair. Le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), le constate d'ailleurs chaque jour à ses dépens.
Visiblement mal renseignées sur les capacités militaires du gouvernement d'union nationale (GNA), ses unités éprouvent toujours les plus grandes difficultés à percer les lignes de défense de la capitale libyenne. Dans certaines localités, celles-ci ont même essuyé de lourdes pertes.
En plus de faire face à une importante résistance, l'ANL est confrontée également à un sérieux problème de logistique qui risque de la paralyser et donc de la rendre plus vulnérable. Des sources affirment que l'armée de Haftar n'arrive pas à sécuriser l'opération d'approvisionnement en carburant de ses troupes. On dit aussi que le gouvernement de l'Est sera bientôt à court de liquidités, les banques ayant décidé de leur couper les vivres.
Le site Maghreb confidentiel rapporte à ce propos que les unités de l'ANL se trouvant actuellement sur le front manquent de stocks de diesel pour alimenter leurs véhicules militaires. Le problème ne risque pas de se régler de sitôt, puisque la même source fait remarquer que la seule raffinerie du pays qui se trouve à Zawiya est contrôlée par les forces alliées au GNA.
Il n'est pas évident non plus pour le maréchal Haftar de leur acheminer du carburant par voie terrestre à partir des ports que ses hommes contrôlent dans la mesure où la majorité des routes empruntées sont disputées par les forces anti-Haftar, notamment au niveau de Gharyan. Du coup, les unités de Haftar pourraient même se retrouver isolées.
Panne sèche et lobbying
Le début d'enlisement de l'ANL au sud de Tripoli a permis, en revanche, aux milices alliées au GNA d'organiser la riposte. Depuis quelques jours, les milices de Misrata se sont positionnées au sud de Tripoli. Elles remplacent par précaution les Brigades révolutionnaires de Tripoli (TRB). Le GNA redoute que leur chef, connu pour être proche des Emiratis, fasse défection. Au plan politique, le président du Conseil présidentiel libyen, Fayez Al Sarraj, a entrepris depuis quelques jours des démarches pour trouver des soutiens à Washington.
Maghreb confidentiel révèle ainsi que le Premier ministre libyen vient de lancer une grande opération de charme en direction de l'administration Trump afin d'éviter qu'elle ne bascule totalement en faveur de Khalifa Haftar. Pour avoir des chances d'y parvenir, Fayez Al Sarraj vient de passer un contrat avec le Mercury Public Affairs, un important cabinet de lobbying qui travaille également avec le Qatar et la Turquie qui soutiennent le GNA.
Il ne serait d'ailleurs pas étonnant de découvrir que le financement de l'opération de charme d'Al Sarraj dans la capitale fédérale américaine est assurée par Ankara et Doha.
L'incapacité de l'armée de Khalifa Haftar à faire la différence sur le terrain pourrait jouer en faveur du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale.
Pour le moment, l'opération de la prise de Tripoli tourne au bain de sang et expose toujours un peu plus la Libye à un risque de somalisation. Selon un bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) rendu public vendredi, au moins 392 personnes ont été tuées et 1936 blessées en Libye depuis le lancement, le 4 avril, de l'offensive du maréchal Haftar sur Tripoli.
Les combats ont également fait plus de 50 000 déplacés, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) en se disant «préoccupé par des chiffres alarmants de déplacements».
Le ministre libyen de l'Education, Othman Abdel Jalil, également président du comité de crise gouvernemental, avait évoqué la veille le chiffre de 55 000 personnes déplacées, représentant 11 000 familles. Pour le moment, le gros des combats se déroule dans la banlieue sud et dans les environs de Tripoli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.