Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un tour de vis est constaté ces derniers jours contre les journalistes frondeurs : Sanction en série à la Télévision publique
Publié dans El Watan le 11 - 05 - 2019

Sanctions en série contre les voix discordantes au 21 boulevard des Martyrs. Deux journalistes et une technicienne viennent d'être sanctionnés pour leur soutien au mouvement populaire. Abdelmadjid Benkaci, journaliste reporter à Canal Algérie, a été destinataire d'un avertissement en raison de son implication dans le collectif des professionnels de l'EPTV pour un service public de qualité.
Son intervention sur la chaîne de Berbère télévision n'a pas plu à la direction de la chaîne. «Un avertissement écrit est versé dans mon dossier en plus d'incidences financières sur mon salaire du mois en cours. Pour une seule raison, un seul tort : avoir défendu la liberté d'expression.
Je suis sanctionné pour avoir répondu et participé à un débat sur les médias publics sur une chaîne privée sans avoir demandé d'autorisation ?! Je suis sanctionné pour avoir défendu le service public dans une télévision publique», s'indigne sur sa page Facebook Abdelmadjid Benkaci, qui est l'un des membres actifs d'un collectif des professionnels de la Télévision publique, qui se bat pour une information «juste et impartiale».
La sanction a touché également le présentateur de la Télévision publique Abderrezak Siah, écarté des JT de 17h et de 20h par la direction de sa chaîne A3, pour avoir critiqué son employeur dans une intervention à Berbère télévision, en marge d'un sit-in hebdomadaire des journalistes le 29 avril.
«Il (Siah) avait présenté son dernier journal le 3 mai, soit, et drôle de hasard, le jour où on célébrait la Journée internationale de la liberté d'expression…Quel cadeau pour notre collègue Abderezzak», s'est indigné Abdelmadjid Benkaci, journaliste à Canal Algérie.
« Hogra dans le service… »
Employée à la direction technique de l'EPTV, Imène Slimane a été sanctionnée à son tour pour ses interventions publiques en faveur du hirak. «La technicienne a été affectée le 5 avril à un autre service.
Elle a été sanctionnée pour ses posts sur Facebook, pour sa solidarité avec les journalistes et son intervention sur la chaîne Berbère TV le jour du sit-in hebdomadaire des journalistes. Les pressions sur la technicienne n'ont pas cessé : elle s'est vue reprocher le fait de porter un drapeau national après sa participation à une marche lors du 2e vendredi.
Pour ceux qui l'ont apostrophée, l'EPTV, selon eux, ne doit pas être politisée. La technicienne a été sanctionnée pour avoir dénoncé la ”hogra” dans son service, qui doit intéresser les enquêteurs», signale une source au niveau de la Télévision publique, ayant requis l'anonymat de peur de représailles.
En solidarité avec la technicienne sanctionnée, des journalistes, des réalisateurs et des techniciens de l'EPTV ont organisé, jeudi, un rassemblement. Rencontrant les protestataires, le responsable du service technique a promis de réintégrer la concernée à son poste.
Les pratiques brejnéviennes de l'audiovisuel public ont visiblement la peau dure. La Télévision publique et la Radio nationale avaient d'abord ignoré la contestation populaire.
Mais sous la pression de la rue et des collectifs de journalistes, un semblant d'ouverture a été concédé : diffusion en direct des marches et programmation d'émissions spéciales sur le mouvement populaire… Malgré la nomination de nouveaux directeurs, les pratiques honnies de propagande persistent.
L'émission politique «Question d'actu», animée sur Canal Algérie par Nazim Aziri, et devant être diffusée le lundi dernier, a été déprogrammée. «L'émission a été censurée parce qu'elle a révélé le caractère mensonger de la nécessité d'adhérer à la solution constitutionnelle.
Elle a donné une autre lecture des arrestations et du rôle de l'armée», a fait remarquer Nadjib Belhimer, journaliste, sur sa page Facebook, s'étonnant que des personnes continuent à participer aux émissions d'un média dirigé par le nouveau directeur Lotfi Cheriet, connu pour sa proximité avec les Bouteflika. Autre preuve du tour de vis en cours au boulevard des Martyrs : aucune retransmission des marches…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.