Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2019

Des journalistes de la Entreprise publique de télévision (EPTV) ont observé, en début d'après-midi d'hier, un sit-in devant le siège de leur direction, située au boulevard des Martyrs (Alger), pour exiger le libre exercice de leur mission de service public.
Des travailleurs des différentes chaînes de l'EPTV, auxquels se sont joints leurs confrères de la Radio nationale, s'étaient d'abord rassemblés à l'intérieur de leur établissement avant de camper devant le portail. Les quelque 200 protestataires dénonçaient le «black-out» maintenu par leur rédaction sur la contestation populaire. «Nous sommes tous concernés, nous sommes des professionnels», lançaient-ils.
Des slogans ont été inscrits sur les affiches brandies par les journalistes : «Oui pour une télévision libre et ouverte à tous», «Nous voulons couvrir le mouvement populaire avec neutralité», «Nous sommes des journalistes et non des chiyatine» (courtisans), «Non à la pression sur les travailleurs de la télévision», «Presse libre et démocratique»…
«Notre voulons exercer notre mission de service public comme il se doit. Qu'on nous laisse faire librement notre travail sans contrainte mais dans le respect bien sûr des lois de la République», tranche Abdelmadjid Benkaci, journaliste à Canal Algérie et membre du collectif de journalistes qui mène la fronde à l'intérieur de l'ENTV depuis le début de la contestation populaire.
Ayant déjà organisé des rassemblements pour les mêmes revendications, les contestataires dénoncent la «déformation des revendications populaires» par la Télévision publique. «Nous voulons donner le vrai visage de ce qui se passe actuellement. Nous ne voulons pas déformer les revendications de la population.
La censure dure», s'alarme Benkaci, estimant que la concurrence imposée par les chaînes privées fait perdre des auditeurs à la Télévision publique.
Suite au premier sit-in tenu le 27 février, une lettre adressée au directeur général de l'EPTV, Tewfik Khelladi, par des réalisateurs, des producteurs, des techniciens et tous les professionnels de la télévision. Les signataires ont «considéré que la télévision publique n'a pas assuré le service public qui devait être le sien».
L'ouverture ne relève pas de Khelladi
Les signataires (361 jusqu'à hier) ont estimé que les auditeurs n'ont pas eu droit à une information juste, complète et impartiale à cause de la chape de plomb exercée sur les rédactions de l'information. Des représentants du collectif des travailleurs ont été reçus, dimanche, par le directeur général de l'EPTV. «Nous avons été reçu le 14 mars et hier par le directeur général.
Nous lui avons soumis notre plateforme de revendications. Il nous a dit qu'il faut nous donner le temps et aller crescendo dans l'ouverture. Nous lui avons répondu qu'on n'a pas le temps d'attendre encore. Il nous a ajouté que l'ouverture va se faire tout doucement», rapporte Benkaci.
Rencontrant les journalistes hier lors du briefing de 11h, Khelladi a rappelé ses directives pour une ouverture a minima. Ouverture jugée «en deçà des attentes» par les journalistes, qui comptent maintenir la pression. Reconnaissant au directeur des mérites d'un long parcours dans les médias, Benkaci estime que la décision d'ouvrir l'antenne à la parole libre «ne lui revient pas».
D'aucuns ont néanmoins constaté ces dernières jours une «petite ouverture» dans l'édifice monolithique. Dernière preuve : Algérie 3 (A3) a donné, dimanche, la parole aux citoyens qui ont pris part à la dernière marche. Dans la même émission politique «Hiwar Saâ», animée par Djilali Ammari, Ahmed Djeddai, conseiller auprès de l'instance présidentielle du FFS, a fait une intervention très remarquée.
Les déclarations au vitriol de l'ancien premier secrétaire national du plus vieux parti de l'opposition, tranchant avec les discours ronronnant souvent de mise sur l'antenne publique, ont fait bonne impression…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.