Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    De nouveaux projets bientôt lancés    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Paëlla    Le fait de se réveiller toujours fatigué, malgré de longues nuits de sommeil, est-il un signe d'insomnie ?    Manchester City-Tottenham acte 3    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2019

Des journalistes de la Entreprise publique de télévision (EPTV) ont observé, en début d'après-midi d'hier, un sit-in devant le siège de leur direction, située au boulevard des Martyrs (Alger), pour exiger le libre exercice de leur mission de service public.
Des travailleurs des différentes chaînes de l'EPTV, auxquels se sont joints leurs confrères de la Radio nationale, s'étaient d'abord rassemblés à l'intérieur de leur établissement avant de camper devant le portail. Les quelque 200 protestataires dénonçaient le «black-out» maintenu par leur rédaction sur la contestation populaire. «Nous sommes tous concernés, nous sommes des professionnels», lançaient-ils.
Des slogans ont été inscrits sur les affiches brandies par les journalistes : «Oui pour une télévision libre et ouverte à tous», «Nous voulons couvrir le mouvement populaire avec neutralité», «Nous sommes des journalistes et non des chiyatine» (courtisans), «Non à la pression sur les travailleurs de la télévision», «Presse libre et démocratique»…
«Notre voulons exercer notre mission de service public comme il se doit. Qu'on nous laisse faire librement notre travail sans contrainte mais dans le respect bien sûr des lois de la République», tranche Abdelmadjid Benkaci, journaliste à Canal Algérie et membre du collectif de journalistes qui mène la fronde à l'intérieur de l'ENTV depuis le début de la contestation populaire.
Ayant déjà organisé des rassemblements pour les mêmes revendications, les contestataires dénoncent la «déformation des revendications populaires» par la Télévision publique. «Nous voulons donner le vrai visage de ce qui se passe actuellement. Nous ne voulons pas déformer les revendications de la population.
La censure dure», s'alarme Benkaci, estimant que la concurrence imposée par les chaînes privées fait perdre des auditeurs à la Télévision publique.
Suite au premier sit-in tenu le 27 février, une lettre adressée au directeur général de l'EPTV, Tewfik Khelladi, par des réalisateurs, des producteurs, des techniciens et tous les professionnels de la télévision. Les signataires ont «considéré que la télévision publique n'a pas assuré le service public qui devait être le sien».
L'ouverture ne relève pas de Khelladi
Les signataires (361 jusqu'à hier) ont estimé que les auditeurs n'ont pas eu droit à une information juste, complète et impartiale à cause de la chape de plomb exercée sur les rédactions de l'information. Des représentants du collectif des travailleurs ont été reçus, dimanche, par le directeur général de l'EPTV. «Nous avons été reçu le 14 mars et hier par le directeur général.
Nous lui avons soumis notre plateforme de revendications. Il nous a dit qu'il faut nous donner le temps et aller crescendo dans l'ouverture. Nous lui avons répondu qu'on n'a pas le temps d'attendre encore. Il nous a ajouté que l'ouverture va se faire tout doucement», rapporte Benkaci.
Rencontrant les journalistes hier lors du briefing de 11h, Khelladi a rappelé ses directives pour une ouverture a minima. Ouverture jugée «en deçà des attentes» par les journalistes, qui comptent maintenir la pression. Reconnaissant au directeur des mérites d'un long parcours dans les médias, Benkaci estime que la décision d'ouvrir l'antenne à la parole libre «ne lui revient pas».
D'aucuns ont néanmoins constaté ces dernières jours une «petite ouverture» dans l'édifice monolithique. Dernière preuve : Algérie 3 (A3) a donné, dimanche, la parole aux citoyens qui ont pris part à la dernière marche. Dans la même émission politique «Hiwar Saâ», animée par Djilali Ammari, Ahmed Djeddai, conseiller auprès de l'instance présidentielle du FFS, a fait une intervention très remarquée.
Les déclarations au vitriol de l'ancien premier secrétaire national du plus vieux parti de l'opposition, tranchant avec les discours ronronnant souvent de mise sur l'antenne publique, ont fait bonne impression…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.