PLF 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Juventus : Ronaldo ne sera pas sanctionné    Para-athlétisme/Mondial-2019 (Lancer du poids F32): Mounia Gasmi décroche le bronze    Les programmes de logements réalisés par des entreprises algériennes    L'Algérie souhaite installer une industrie locale des énergies renouvelables    Sit-in des professeurs d'enseignement primaire à Alger    Procès en cours de 42 militants du Hirak (Vidéo)    JUSTICE : Vers le recrutement de 274 magistrats    CORRUPTION : Le procès d'Ouyahia, Sellal et 3 ex-ministres fin novembre !    Crimes contre les civils sahraouis: l'Association des juristes démocrates condamne    De fortes pluies continueront d'affecter plusieurs wilayas de l'Est    RECEPTIONNES EN 2013 : 120 logements sociaux non encore attribués à El-Kerma    De nouvelles élections dans un climat crispé    Marche contre l'islamophobie à Paris    La filière de l'Europe de l'Est se prépare    L'offensive de Benmessaoud    Est-ce le déclic pour la JSMB ?    "Le pouvoir est pris de panique"    Un budget 2020 déséquilibré    La communauté internationale appelée à faire pression sur le Maroc pour éliminer son «mur de la honte»    4 morts et 2 blessés à Djelfa    Hassen Ferhani présente "La reine du Sahara" à Alger    Une fatwa ratée pour une reine répudiée    Timide présence du livre algérien en l'absence de ses éditeurs    ACTUCULT    Liban: des milliers de manifestants dans la rue    Festival de danse contemporaine: prestations diverses sur "la recherche et la compréhension de soi"    Transport maritime : Report et annulation de plusieurs rotations vers Marseille    Tunisie : Ghannouchi et les islamistes veulent la présidence de l'Assemblée    Benlamri offre la qualification à Al Shabab Essaoudi    Les Prix du concours de récitation du Coran et des Hadiths remis vendredi    Benflis s'engage à satisfaire les demandes du Hirak    Ligue 2: Du retour du RCR à la déception du WAT    Présidentielle: Une campagne électorale pas comme les autres    Lancement hier de la vaccination contre la grippe saisonnière: Plus de 60.000 doses et plus de 200 médecins et infirmiers mobilisés     Constantine - Caravane de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone    Bouira - Collision sur l'autoroute : 3 blessés    Algérie-Zambie et Algérie Botswana : Liste des 23 joueurs convoqués    Ligue 1 (10e journée) : Le CRB chute à Constantine, l'ESS et le CABBA renouent avec la victoire    Bouira: 70 exposants participent à la foire locale de l'artisanat traditionnel    CAF Awards 2019 : Dix Algériens parmi les nominés pour le Onze-type de l'année    Jeunes porteurs de projets économiques: Le ministère de Travail annonce une bonne nouvelle    Présidentielle du 12 décembre prochain: Benflis prévoit des réformes politiques, économiques et sociales dans son programme électoral    Le porte-parole du candidat à la présidentielle, Abdelaziz Belaid Il est venu le temps de remplacer la légitimité révolutionnaire par la légitimité ...    Présentation du projet de loi modifiant le Code de procédure pénale: Zeghmati dévoile les grandes lignes du plan judiciaire    Morales lance un appel au dialogue    Parution : "Medghacen, histoires secrètes", regards croisés sur le plus ancien mausolée royal    24e SILA: L'édition africaine commune "très faible"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les organes chargés de la lutte contre la corruption ont brillé par leur absence sur le terrain»
Boudjemâa Ghechir. Avocat et militant des droits de l'homme
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Boudjemaâ Ghechir, avocat et militant des droits de l'homme, regrette le fait que les organes de lutte en Algérie fonctionnent comme des commissions d'établissement des faits. Il fera remarquer par ailleurs dans cet entretien que l'Algérie a accusé un grand retard dans sa démarche pour lutter contre la corruption, rappelant que la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et la lutte contre la corruption n'est pas conforme à la Convention des Nations unies.
– Depuis le début du mouvement populaire pour le changement du système, le débat sur la lutte contre la corruption s'est intensifié. Mais qu'en est-il réellement du rôle des organes chargés de cette mission sur le terrain ?
Le mouvement populaire est une révolution, un rejet de tout le système politique et le mode de gouvernance des années précédentes, un passé contesté et renié, les acteurs partent de l'hypothèse que le traitement du passé est une étape incontournable de tout processus de transition au sein duquel ces acteurs ont la possibilité de s'atteler à la question de la légitimité politique et en même temps à la légitimité des richesses. Tout processus de traitement du passé doit s'accompagner de la volonté de restaurer une culture de responsabilité, d'établir un climat de confiance entre l'Etat et le citoyen.
Le traitement du passé se situe au carrefour de différents mondes, celui des droits de l'homme, de la justice, de la paix sociale, de la légitimité politique, et la légitimé des richesses, dont les implications sont aussi étroites que complexes. Afin de rendre à nouveau possible un travail de construction sociale et d'éviter d'achopper à nouveau sur les mêmes écueils. C'est pour cela que son action privilégiera pour ce faire des approches ouvertes, portant en particulier sur les éléments suivants :
– L'établissement de la culpabilité individuelle
– Rétablissement de la loi et de l'Etat de droit
– La restauration de la confiance
– Inwstaurer une culture de responsabilité
– Mettre en place des mécanismes de dissuasion et de prévention.
Donc, c'est une très bonne chose d'ouvrir le dossier politique en même temps que le dossier économique, surtout que la corruption peut nuire au développement économique des Etats en faisant parfois obstacle au commerce et à l'investissement. La corruption est profondément ancrée dans la mentalité de nos dirigeants, et la corruption de personnes à haute responsabilité peut entraîner une grave insécurité et une instabilité dans les Etats concernés, mettant en péril l'Etat lui-même.
L'Algérie a ratifié la Convention des Nations unies contre la corruption en 2004, cette convention demande aux Etats parties de promouvoir et renforcer les mesures visant à prévenir et combattre la corruption d'une manière plus efficace, chaque Etat partie élabore et applique des politiques de prévention de la corruption efficaces et coordonnées qui favorisent la participation de la société et reflètent les principes d'Etat de droit, de bonne gestion des affaires publiques et des biens publics, d'intégrité, de transparence et de responsabilité.
Chaque Etat partie fait en sorte qu'existent un ou plusieurs organes chargés de prévenir la corruption et accorde à l'organe ou aux organes l'indépendance nécessaire pour leur permettre d'exercer efficacement leur fonction à l'abri de toute influence indue.
Malheureusement, notre pays a pris beaucoup de retard dans sa démarche pour lutter contre la corruption, la loi du 20 février 2006 relative à la prévention et la lutte contre la corruption n'est pas conforme à la Convention des Nations unies, encore moins les organes chargés de la prévention et de lutte. D'ailleurs à l'occasion de la première évaluation du dispositif algérien pour lutter contre la corruption en 2013 par les experts de l'ONU, une série de recommandations avait suivi pour mieux adapter la loi à la Convention des Nations unies. En 2019, l'Algérie fera l'objet d'une deuxième expertise.
Les organes de lutte en Algérie fonctionnent comme des commissions d'établissement des faits et visent essentiellement à produire des rapports, alors qu'un organe de lutte va bien au-delà de l'établissement des faits. Ces organes devraient promouvoir l'intégrité, la responsabilité et la bonne gestion des affaires et des biens publics.
Que cache cette chasse aux corrompus après des années d'inertie ?
La corruption a connu un pic sans précédent dans l'histoire de l'Algérie indépendante, la lutte contre ce fléau était l'une des revendications des jeunes manifestants, les jeunes traitent nos dirigeants de bande de voleurs. En pleine révolution, les autorités ont ouvert des enquêtes sur des faits de corruption, cette démarche relève-t-elle d'une véritable volonté d'en finir avec les traditions d'un système, ou bien est-ce une récupération ? les jours à venir vont apporter la réponse. Surtout que les organes chargés de la lutte contre la corruption ont brillé par leur absence sur le terrain.
– Quel suivi pour les rapports établis périodiquement ?
Aucun suivi, les indices montrent que le discours officiel affichant la détermination de l'Etat à lutter contre la corruption n'est pas convaincant. Les organes de lutte contre la corruption n'ont pas fourni de rapports de leurs investigations. Le rapport de la Cour des comptes n'est pas rendu public depuis des années, même les activités de cet organe sont gelées depuis plusieurs années. Le fonctionnement de la justice constitue un véritable frein à la lutte contre la corruption
– Que fait alors la Cour des comptes ?
La mission essentielle de la Cour des comptes est de favoriser l'utilisation régulière et efficiente des ressources, moyens matériels et fonds publics, de promouvoir l'obligation de rendre compte et la transparence dans la gestion des finances publiques et de contribuer au renforcement de la prévention et de la lutte contre les diverses formes de fraude et de pratiques illégales.
Malheureusement, cet organe a annoncé ne pas avoir transmis de rapports détaillés sur la mauvaise gestion des deniers publics, au parquet général, concernant des dossiers en suspens durant la période 2009-2019 et son président avoue que cette institution a fonctionné pendant de très longues années en infraction à l'article 16 du décret de sa création, relatif à la publication de ses rapports annuels.
– Qu'apporteront à votre avis les changements opérés ces derniers jours à la tête de certains organes de lutte contre la corruption ?
La situation dans notre pays dépasse l'opération de changement de personnes, elle exige la création d'un nouveau système d'intégrité, il faut mettre en œuvre des politiques et des moyens efficients et efficaces pour endiguer les effets pervers du phénomène de la corruption sur le mode de gouvernance. Il faut préconiser des mesures destinées à améliorer la coopération entre les différents organes de l'Etat, notamment entre les autorités publiques chargées de la constatation et celles chargées des poursuites entre les autorités publiques et le secteur privé, il faut impliquer la société civile, la presse, encourager le journalisme d'investigation, la coopération internationale est de toute première importance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.