Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces chantiers qui n'en finissent pas
Cité 11 Décembre de Boumerdès
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Considérée comme la vitrine de la ville, la cité a bénéficié de plus de 120 millions de dinars pour son aménagement, mais les chantiers patinent depuis plus d'une année.
La cité 11 Décembre 1960, appelée communément «Les coopératives», connaît depuis quelques semaines déjà une opération d'aménagement urbain qui n'en finit pas. Résultat : ruelles défoncées, amas de terre et boue à chaque averse. Pourtant, son emplacement à l'entrée du chef-lieu de wilaya en fait une vitrine de la ville avec tout ce que cela suppose comme attrait. Des commerces y vaquent jusque tard le soir, et les citoyens considèrent, à juste titre d'ailleurs, que le vrai centre-ville commercial est là.
«C'est ici qu'on trouve les commerces nécessaires à l'approvisionnement : boulangeries, boucheries, vêtements, droguerie, etc. Mais depuis le début des travaux, les déplacements sont devenus difficiles. Le problème est que ces derniers s'éternisent, même s'ils sont nécessaires au vu de la dégradation urbaine à laquelle est parvenu le quartier qui n'a connu aucun aménagement depuis l'après séisme de 2003», commente un habitant. Il est vrai que plusieurs projets de construction de logements sont venus, par la suite, compliquer la situation.
Un véritable chantier qui pénalise les gens du quartier et les visiteurs. Les travaux en question concernent le réseau d'AEP, les ruelles et les trottoirs. Une enveloppe de plus de 120 millions de dinars a été dégagée pour l'aménagement de la cité, dont 51 millions du FSCL auquel un complément de 7 millions de dinars a été rajouté sur le budget communal, cela sans compter les enveloppes dégagées pour la réfection de l'éclairage public et des conduites d'AEP. Une entreprise a entamé des travaux qu'elle a ensuite interrompus faute de paiement. La DUC de Boumerdès a donc lancé une nouvelle soumission, et l'ouverture des plis doit intervenir incessamment.
Ce projet prévoit également un stade en gazon synthétique. Mais les grosses difficultés de stationnement des véhicules ne seront pas résolues de sitôt. En effet, aucune étude ne s'en préoccupe. Pourtant, la cité est devenue difficile d'accès. «Même nous, habitants, n'arrivons plus à trouver une aire de stationnement pour nos voitures. Il faut voir en fin de travail quand tout le monde se précipite sur les commerces. Il n'est pas rare que la circulation soit complètement bloquée», se plaint un riverain.
Les citoyens auraient aimé que l'étude d'aménagement urbain prenne en considération la mobilité à l'intérieur de la cité et qu'un plan de circulation adapté à la nouvelle donne soit adopté. La multiplication des établissements scolaires, la proximité de la résidence universitaire de jeunes filles Bayou – et donc du transport Onou – ainsi que l'importance du trafic routier qui fait de la cité un passage obligé pour tous les véhicules se rendant au front de mer vers la côte est ou bien se dirigeant vers l'est ou le sud-est du pays via le centre-ville constituent autant de facteurs contraignants. Certes, le projet d'évitement du centre-ville par la nouvelle route qui donne sur Tidjelabine – déjà livrée – puis sur Zemmouri pourra soulager l'entrée de la ville d'un certain nombre d'automobilistes, mais elle ne réglera pas le stress du stationnement, surtout en période estivale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.