Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    Compétition Hack Algeria PostCovid-19: sélection de 20 porteurs de projets innovants    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellal et Ouyahia devant la Cour suprême
Cinq ministres également concernés
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Convoqués par le procureur du tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, les deux anciens chefs de gouvernement, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, les cinq anciens ministres, de l'Hydraulique, des Travaux publics et des Transports, Amara Benyounes, Amar Tou, Hocine
Necib, Abdelghani Zaalane, et des Finances, Karim Djoudi, ont été informés jeudi dernier des griefs retenus contre eux et du transfert de leurs dossiers à la Cour suprême. Ils sont tous cités dans l'affaire liée aux marchés publics dont a bénéficié Ali Haddad, et pour laquelle il a été
inculpé jeudi dernier par le juge d'instruction près le même tribunal.
Longuement entendu sur les nombreux contrats de réalisation dont il a bénéficiés, le patron du groupe ETRHB, Ali Haddad, a fini par être inculpé jeudi dernier par le tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, alors que son procès sur l'affaire des deux passeports qu'il détenait lors de son interpellation par les douaniers, le 31 mars dernier, à sa sortie vers la Tunisie, au poste frontalier d'Oum Tboul, à El Kala, s'ouvre aujourd'hui devant tribunal de Bir Mourad Raïs.
Ali Haddad avait été extrait jeudi 16 mai de la prison d'El Harrach, où il est incarcéré depuis près de 50 jours, pour être auditionné sur plusieurs marchés dans les secteurs de l'hydraulique, des transports et des travaux publics obtenus en profitant de sa proximité avec le premier cercle des centres de décision au plus haut niveau de l'Etat. Pour la justice, ces derniers ont des noms. Dans un premier temps, il s'agit d'une liste de 65 personnalités dont de nombreux anciens ministres, mais aussi des cadres de l'Etat et des hommes d'affaires.
Le rapport de l'enquête préliminaire menée par les services de la gendarmerie est très consistant. Pour le jeudi 16 mai, un premier groupe de cette liste a été convoqué par le procureur près le tribunal de Sidi M'hamed. Il s'agit de deux anciens chefs de gouvernement, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, et de cinq ex-ministres de l'Hydraulique, des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, Amara Benyounes, Amar Tou, Hocine Necib, et des Finances, Karim Djoudi.
Non pas pour être entendus, mais pour être informés des griefs qui leur sont reprochés et du transfert de leurs dossiers à la Cour suprême. Tous bénéficient du privilège de juridiction tel que prévu par l'article 573 du code de procédure pénale qui stipule que dans le cas où un membre du gouvernement est susceptible d'être inculpé d'un crime ou d'un délit commis dans l'exercice ou par l'exercice de ses fonctions, le procureur de la République saisi de l'affaire transmet le dossier par voie hiérarchique au procureur général près la Cour suprême, lequel désigne un membre de cette Cour aux fins de mener l'instruction.
De ce fait, les dossiers des cinq ministres et des deux anciens chefs de l'Exécutif ont été transmis à la Cour suprême, où une instruction devra être ouverte durant cette semaine. Le magistrat chargé de cette enquête les convoquera pour être entendus sur les charges qui pèsent sur eux.
Ce n'est là que le dossier concernant Ali Haddad, patron du groupe ETRHB. Le juge de la 5e chambre du tribunal de Sidi M'hamed n'a, pour l'instant, pas encore entamé les auditions sur le fond avec les frères Kouninef, du groupe Kougc, et n'a pas encore reçu le rapport de l'enquête préliminaire sur les frères Chelghoum, du groupe Amenhyd, qui ont, eux aussi, bénéficié d'importants marchés de réalisation dans le domaine des travaux publics, de l'hydraulique et des transports dans des conditions suspectes et font l'objet d'ailleurs d'une Interdiction de sortie du territoire national (ISTN).
Tout comme eux, de nombreux autres hommes d'affaires qui faisaient partie de la direction du FCE et qui gravitaient autour des cercles décisionnels au plus haut niveau de l'Etat sont aujourd'hui dans le viseur de la justice. Beaucoup parmi eux font l'objet d'une ISTN et certains font des va-et-vient à la brigade de recherche de Bab J'did, à Alger.
Ces enquêtes sur la corruption n'en sont qu'à leurs débuts, et déjà tout un panel d'anciens responsables politiques est déjà mis en cause. Autant dire que c'est l'ouverture de la boîte de Pandore. Y a-t-il réellement une volonté d'aller jusqu'au bout de ce mal qui gangrène les institutions de l'Etat, ou sommes-nous devant une campagne destinée beaucoup plus à calmer la rue qu'à rendre la justice et rien que la justice ? La question reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.