Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sellal et Ouyahia devant la Cour suprême
Cinq ministres également concernés
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Convoqués par le procureur du tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, les deux anciens chefs de gouvernement, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, les cinq anciens ministres, de l'Hydraulique, des Travaux publics et des Transports, Amara Benyounes, Amar Tou, Hocine
Necib, Abdelghani Zaalane, et des Finances, Karim Djoudi, ont été informés jeudi dernier des griefs retenus contre eux et du transfert de leurs dossiers à la Cour suprême. Ils sont tous cités dans l'affaire liée aux marchés publics dont a bénéficié Ali Haddad, et pour laquelle il a été
inculpé jeudi dernier par le juge d'instruction près le même tribunal.
Longuement entendu sur les nombreux contrats de réalisation dont il a bénéficiés, le patron du groupe ETRHB, Ali Haddad, a fini par être inculpé jeudi dernier par le tribunal de Sidi M'hamed, près la cour d'Alger, alors que son procès sur l'affaire des deux passeports qu'il détenait lors de son interpellation par les douaniers, le 31 mars dernier, à sa sortie vers la Tunisie, au poste frontalier d'Oum Tboul, à El Kala, s'ouvre aujourd'hui devant tribunal de Bir Mourad Raïs.
Ali Haddad avait été extrait jeudi 16 mai de la prison d'El Harrach, où il est incarcéré depuis près de 50 jours, pour être auditionné sur plusieurs marchés dans les secteurs de l'hydraulique, des transports et des travaux publics obtenus en profitant de sa proximité avec le premier cercle des centres de décision au plus haut niveau de l'Etat. Pour la justice, ces derniers ont des noms. Dans un premier temps, il s'agit d'une liste de 65 personnalités dont de nombreux anciens ministres, mais aussi des cadres de l'Etat et des hommes d'affaires.
Le rapport de l'enquête préliminaire menée par les services de la gendarmerie est très consistant. Pour le jeudi 16 mai, un premier groupe de cette liste a été convoqué par le procureur près le tribunal de Sidi M'hamed. Il s'agit de deux anciens chefs de gouvernement, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, et de cinq ex-ministres de l'Hydraulique, des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, Amara Benyounes, Amar Tou, Hocine Necib, et des Finances, Karim Djoudi.
Non pas pour être entendus, mais pour être informés des griefs qui leur sont reprochés et du transfert de leurs dossiers à la Cour suprême. Tous bénéficient du privilège de juridiction tel que prévu par l'article 573 du code de procédure pénale qui stipule que dans le cas où un membre du gouvernement est susceptible d'être inculpé d'un crime ou d'un délit commis dans l'exercice ou par l'exercice de ses fonctions, le procureur de la République saisi de l'affaire transmet le dossier par voie hiérarchique au procureur général près la Cour suprême, lequel désigne un membre de cette Cour aux fins de mener l'instruction.
De ce fait, les dossiers des cinq ministres et des deux anciens chefs de l'Exécutif ont été transmis à la Cour suprême, où une instruction devra être ouverte durant cette semaine. Le magistrat chargé de cette enquête les convoquera pour être entendus sur les charges qui pèsent sur eux.
Ce n'est là que le dossier concernant Ali Haddad, patron du groupe ETRHB. Le juge de la 5e chambre du tribunal de Sidi M'hamed n'a, pour l'instant, pas encore entamé les auditions sur le fond avec les frères Kouninef, du groupe Kougc, et n'a pas encore reçu le rapport de l'enquête préliminaire sur les frères Chelghoum, du groupe Amenhyd, qui ont, eux aussi, bénéficié d'importants marchés de réalisation dans le domaine des travaux publics, de l'hydraulique et des transports dans des conditions suspectes et font l'objet d'ailleurs d'une Interdiction de sortie du territoire national (ISTN).
Tout comme eux, de nombreux autres hommes d'affaires qui faisaient partie de la direction du FCE et qui gravitaient autour des cercles décisionnels au plus haut niveau de l'Etat sont aujourd'hui dans le viseur de la justice. Beaucoup parmi eux font l'objet d'une ISTN et certains font des va-et-vient à la brigade de recherche de Bab J'did, à Alger.
Ces enquêtes sur la corruption n'en sont qu'à leurs débuts, et déjà tout un panel d'anciens responsables politiques est déjà mis en cause. Autant dire que c'est l'ouverture de la boîte de Pandore. Y a-t-il réellement une volonté d'aller jusqu'au bout de ce mal qui gangrène les institutions de l'Etat, ou sommes-nous devant une campagne destinée beaucoup plus à calmer la rue qu'à rendre la justice et rien que la justice ? La question reste posée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.