L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah veut imposer l'élection présidentielle et réorienter les marches populaires
Publié dans El Watan le 20 - 05 - 2019

Le général de corps d'Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée? a repris ses discours politiques. S'exprimant aujourd'hui depuis Ouargla, Gaïd Salah s'est montré, une nouvelle fois, opposé aux revendications exprimées par les Algériens qui exigent le changement radical du système et le départ de toutes les figures du régime en place.
« La tenue des élections présidentielles mettra un terme à tous ceux qui tentent de faire perdurer cette crise. Il est certain que l'étape principale serait d'accélérer la création et l'installation de l'instance indépendante pour l'organisation et la supervision des élections », a déclaré le chef de l'état-major de l'armée. Il n'a pas manqué de mettre en garde contre ce qu'il qualifie, depuis le début de la révolution pacifique, de « conséquences désastreuses du vide constitutionnel ».
Outre le fait de camper sur ses positions concernant le maintien du scrutin du 4 juillet, rejeté par la grande partie des manifestants à travers tout le pays et par l'ensemble de la classe politique, Gaïd Salah est allé plus loin encore en voulant s'immiscer dans l'organisation des marches populaires pendant lesquelles sont brandis, souvent, des slogans qui ne sont pas à son gout. « Il devient impératif de revoir la manière d'organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable (…) », a-t-il dit. Pour lui, « Il est préférable que les marches se caractérisent par un niveau raisonnable et suffisant d'organisation et d'encadrement efficace pour faire émerger de vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité pour transmettre les revendications légitimes de ces marches, en leur évitant toute forme d'anarchie et de tomber dans le piège de l'infiltration par des individus ayant des plans suspects qui utilisent ses manifestations comme un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telle que l'exigence du départ collectif de tous les cadres de l'Etat (…) ». Cette dernière revendication, selon lui, est « irraisonnable, voire dangereuse et malveillante, qui vise à déposséder les institutions de l'Etat de ses cadres et les dénigrer (…) ».
Il convient de rappeler à ce propos que Gaid Salah a été visé par des slogans hostiles, tel « Une république et non une caserne » scandé par des foules qui soupçonnent une volonté de mettre en place une dictature militaire en Algérie.
Le chef d'état-major de l'ANP n'a pas omis d'évoquer, sans les nommer, le cas de Said Bouteflika, Toufik et Tartag, en déclarant : « Nul doute que les têtes de la discorde, qui ont été démasqués, ainsi que leurs actes criminels et pernicieux néfastes pour l'Algérie, sont aujourd'hui en train de subir la sanction juste et équitable qu'elles méritent par la force de la loi ». Et d'ajouter, menaçant : « Ce sera également le sort de tous ceux qui sont impliqués dans le complot contre l'Armée (…). Ceux-là même que les enquêtes persévérantes et approfondies en cours, ne manqueront pas de dévoiler dans l'avenir et seront eux aussi sanctionnés de manière juste et équitable par la force de la loi ».
Il faut souligner enfin que l'entêtement de Gaid Salah à vouloir imposer sa feuille de route, basée sur l'article 102 de la Constitution, a été accueilli par un rejet massif de la part des manifestants qui exigent, depuis bientôt 3 mois, un changement radical du système politique, à travers une période de transition qui sera conduite par des figures issues de la révolution pacifique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.