Rapatriement des crânes de résistants : ultime hommage du président Tebboune au Palais de la Culture    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Les prix à la production en hausse de 0,6% au 1er trimestre 2020    Amnesty répond au Maroc, lui rappelle son sinistre bilan des droits de l'homme    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    L'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Covid-19: les gestes barrières seul et unique moyen pour briser la chaine de contamination    Remède naturel pour combattre la cellulite    Sachez-que    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Le Ghana et le Bénin mettent fin à leurs championnats    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Sonatrach revoit ses priorités    Béchar : Protestations dans les bureaux de poste    Un activiste devant la justice    Mesures de grâce présidentielle pour la libération immédiate de près de 4700 détenus    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    Détournement de fonds au CPA de Bouira : Le procès s'est ouvert hier    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    La tête et le corps    La catastrophe écologique du lac «Oum Ghellaz» se répète: Les rejets industriels pointés du doigt    En dépit de la pandémie: Les solariums clandestins bravent l'interdiction    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Vu à Alger    Amira Bouraoui, Karim Tabbou et Samir Benlarbi libérés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10e vendredi de mobilisation à Alger : Quand de nouveaux slogans traquent le régime
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2019

Le capital sympathie dont a bénéficié le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, au lendemain de son discours prononcé le 2 avril, lorsqu'il a «suggéré» l'application «immédiate» de l'article 102 de la Constitution, ce qui a conduit à la démission le même jour de Abdelaziz Bouteflika, commence apparemment à se dissiper.
Le discours du vice-ministre de la Défense nationale de mardi dernier, dans lequel il s'est tenu à l'application stricte et exclusive de cet article (102), et où il a critiqué les partis politiques qui ont boycotté la conférence de Bensalah ainsi que les citoyens qui ont «chassé» les ministres du gouvernement Bedoui, n'a pas finalement été apprécié par la population.
A cet effet, hier, les slogans interpellant directement le chef d'état-major ont été beaucoup plus nombreux que les vendredis précédents.
Les slogans «Echaab la yourid, Gaïd Salah wa Saïd» (Le peuple ne veut pas de Gaïd Salah et Saïd) ou «Gaïd, Bensalah, rayeh rayeh» (Gaïd, Bensalah, vous allez tous partir) ont été scandés à maintes reprises par beaucoup de manifestants.
Sur la place Maurice Audin, l'une des deux places emblématiques, avec celle jouxtant la Grande-Poste, de ce hirak, des citoyens ont procédé à un «référendum» populaire sur place. «Êtes-vous avec Gaïd Salah ?» demandait un manifestant avec un mégaphone. «Non !, non !», répondait la foule, avant qu'elle ne se mette à scander «Dégage !».
Plusieurs autres personnes se sont exprimées par le biais de pancartes ou banderoles qu'elles ont brandies. «Tu ne représentes pas l'armée et tu ne deviendras pas Président», lit-on sur l'une d'elles.
Par ailleurs, le slogan «Djeich chaab, khawa khawa» (Armée, peuple, frères) a laissé globalement place à «Les Algériens, khawa, khawa» (Les Algériens, frères).
Là, c'est beaucoup plus une réaction à ce qui est considéré comme des tentatives de division du mouvement. D'autres citoyens, par contre, avaient des avis moins «tranchés» sur la question puisqu'ils appellent toujours l'institution militaire à faire «dégager» les symboles du régime Bouteflika, mais aussi à «arrêter» ceux qui sont considérés comme les chefs de la «bande».
«L'armée et le peuple, avec la justice, pour l'arrestation du chef de la bande mafieuse» avec la photo de Saïd Bouteflika, frère de l'ancien Président, en illustration.
D'autres ont repris les slogans scandés lors des vendredis précédents, à l'instar de «Bensalah dégage !», comme pour dire qu'ils n'accepteront pas tout processus qui sera mené par des symboles du régime Bouteflika.
En somme, le discours du chef d'état-major de mardi dernier a quelque part «refroidi» les Algériens qui s'attendaient plutôt à une démarche allant dans le sens de la satisfaction de leurs revendications.
Les Algériens rejettent globalement l'élection présidentielle du 4 juillet prochain qui, telle que présentée, va être organisée sous l'égide du chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, deux des figures que la population veut voir partir.
Au lendemain de ce discours plutôt «ferme», Gaïd Salah avait nuancé ses propos de la veille en affirmant que l'armée était prête à approuver «toute proposition constructive et initiative utile allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix».
Entre-temps, les manifestants insistent toujours sur le maintien du caractère pacifique de leurs marches jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications, tout en ayant une oreille attentive aux prochains discours du chef d'état-major de l'ANP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.