PSG: Neymar attend un geste du Barça avant de lâcher une bombe !    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Lille ou Nice pour Ounas ?    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10e vendredi de mobilisation à Alger : Quand de nouveaux slogans traquent le régime
Publié dans El Watan le 27 - 04 - 2019

Le capital sympathie dont a bénéficié le chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, au lendemain de son discours prononcé le 2 avril, lorsqu'il a «suggéré» l'application «immédiate» de l'article 102 de la Constitution, ce qui a conduit à la démission le même jour de Abdelaziz Bouteflika, commence apparemment à se dissiper.
Le discours du vice-ministre de la Défense nationale de mardi dernier, dans lequel il s'est tenu à l'application stricte et exclusive de cet article (102), et où il a critiqué les partis politiques qui ont boycotté la conférence de Bensalah ainsi que les citoyens qui ont «chassé» les ministres du gouvernement Bedoui, n'a pas finalement été apprécié par la population.
A cet effet, hier, les slogans interpellant directement le chef d'état-major ont été beaucoup plus nombreux que les vendredis précédents.
Les slogans «Echaab la yourid, Gaïd Salah wa Saïd» (Le peuple ne veut pas de Gaïd Salah et Saïd) ou «Gaïd, Bensalah, rayeh rayeh» (Gaïd, Bensalah, vous allez tous partir) ont été scandés à maintes reprises par beaucoup de manifestants.
Sur la place Maurice Audin, l'une des deux places emblématiques, avec celle jouxtant la Grande-Poste, de ce hirak, des citoyens ont procédé à un «référendum» populaire sur place. «Êtes-vous avec Gaïd Salah ?» demandait un manifestant avec un mégaphone. «Non !, non !», répondait la foule, avant qu'elle ne se mette à scander «Dégage !».
Plusieurs autres personnes se sont exprimées par le biais de pancartes ou banderoles qu'elles ont brandies. «Tu ne représentes pas l'armée et tu ne deviendras pas Président», lit-on sur l'une d'elles.
Par ailleurs, le slogan «Djeich chaab, khawa khawa» (Armée, peuple, frères) a laissé globalement place à «Les Algériens, khawa, khawa» (Les Algériens, frères).
Là, c'est beaucoup plus une réaction à ce qui est considéré comme des tentatives de division du mouvement. D'autres citoyens, par contre, avaient des avis moins «tranchés» sur la question puisqu'ils appellent toujours l'institution militaire à faire «dégager» les symboles du régime Bouteflika, mais aussi à «arrêter» ceux qui sont considérés comme les chefs de la «bande».
«L'armée et le peuple, avec la justice, pour l'arrestation du chef de la bande mafieuse» avec la photo de Saïd Bouteflika, frère de l'ancien Président, en illustration.
D'autres ont repris les slogans scandés lors des vendredis précédents, à l'instar de «Bensalah dégage !», comme pour dire qu'ils n'accepteront pas tout processus qui sera mené par des symboles du régime Bouteflika.
En somme, le discours du chef d'état-major de mardi dernier a quelque part «refroidi» les Algériens qui s'attendaient plutôt à une démarche allant dans le sens de la satisfaction de leurs revendications.
Les Algériens rejettent globalement l'élection présidentielle du 4 juillet prochain qui, telle que présentée, va être organisée sous l'égide du chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et du Premier ministre, Noureddine Bedoui, deux des figures que la population veut voir partir.
Au lendemain de ce discours plutôt «ferme», Gaïd Salah avait nuancé ses propos de la veille en affirmant que l'armée était prête à approuver «toute proposition constructive et initiative utile allant dans le sens du dénouement de la crise et menant le pays vers la paix».
Entre-temps, les manifestants insistent toujours sur le maintien du caractère pacifique de leurs marches jusqu'à l'aboutissement de leurs revendications, tout en ayant une oreille attentive aux prochains discours du chef d'état-major de l'ANP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.