Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement des étudiants de la Faculté centrale : «Nous marcherons malgré la bastonnade»
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

Déterminés malgré la répression policière. Des étudiants de la faculté centrale Benyoucef Benkhedda (Alger) avaient organisé, hier, un sit-in dans l'enceinte de leur établissement pour dénoncer les «violences faites à leurs camarades» et rappeler que «le mouvement est pacifique et il le restera». «Ni vos provocations ni l'humiliation ne nous changeront», tranchent les initiateurs de l'action de protestation dans un post sur la page Facebook du groupe à l'adresse de leurs camarades.
L'action lancée à l'initiative de la coordination de la Faculté centrale est venue en réaction à la répression de la marche hebdomadaire des étudiants. Une vingtaine d'étudiants et des enseignants, dont une partie est issue de cet établissement, ont été interpellés, parfois violemment, par les éléments des forces antiémeute.
Ils ont été transférés dans des commissariats de la périphérie de la capitale, avant d'être libérés en soirée. La réaction disproportionnée des policiers a déclenché un mouvement de solidarité sur les réseaux sociaux : dès l'arrestation des étudiants, les portraits des concernés étaient publiés sur Facebook. Issus des quatre facultés de l'établissement, les protestataires s'étaient installés sur les marches de l'entrée principale donnant sur la rue Didouche Mourad. Une banderole fort expressive étaient accrochée sur une partie du portail sur laquelle on peut lire : «Votre répression fortifiera notre volonté… et avec la paix, nos revendications vivent…rejoignez-nous !» Les rassembleurs ont commencé par entonner l'hymne national Qassaman et des chants patriotiques. Ils ont repris tout de suite après les slogans scandés durant les différentes actions de protestation de ces dernières semaines : «Arrêtez la répression, libérez les étudiants», «Pas d'élection de la bande», «Silmiya (pacifique) et elle le restera», «Etudiant s'engage, système dégage», «Algérie libre et démocratique»…
Des citoyens ont manifesté leur solidarité avec les étudiants, qui ont montré leur détermination à poursuivre leur mouvement malgré la bastonnade. «La répression des étudiants est injustifiée. On ne peut que s'indigner et dénoncer, car il s'agit d'un mouvement pacifique, les étudiants sont ceux qui encadrent ce mouvement dans des comités de vigilance et qui s'interposent même entre les manifestants et les policiers. Ce sont eux qui ont défendu les policiers quand ça a dérapé à certains moments, lors des premières marches. Aujourd'hui, ils sont encore à l'avant-garde du mouvement, ils ont démontré leur sens des responsabilités et du patriotisme. Il n'y a pas d'atteinte à l'ordre et aux édifices publics, alors il n'y a aucune excuse pour recourir à la répression, sauf celle de vouloir avorter le mouvement et interdire les manifestations publiques et pacifiques, un des premiers droits acquis par le hirak. Tout retour en arrière est impossible aujourd'hui, car désormais le peuple est libéré», tranche Saïd Salhi, vice-président de la LADDH.
Selon ce militant, toujours sur le front de la contestation pacifique pour une Algérie débarrassée de l'autoritarisme, certains policiers et officiers «dépassent même leurs missions» avec des comportements qui ne font pas honneur à l'institution et à l'Etat. Mais, poursuit-il, «le peuple fait la part des choses, il s'attaque au système et non aux institutions de l'Etat, entre autres, celle de la sécurité (police) censée défendre et protéger le citoyen».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.