Belhimer trace au marqueur le rôle futur du Hirak    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Pagaille à l'aéroport d'Alger    "Proche du véhicule neuf", selon Ferhat Aït Ali    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement des étudiants de la Faculté centrale : «Nous marcherons malgré la bastonnade»
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2019

Déterminés malgré la répression policière. Des étudiants de la faculté centrale Benyoucef Benkhedda (Alger) avaient organisé, hier, un sit-in dans l'enceinte de leur établissement pour dénoncer les «violences faites à leurs camarades» et rappeler que «le mouvement est pacifique et il le restera». «Ni vos provocations ni l'humiliation ne nous changeront», tranchent les initiateurs de l'action de protestation dans un post sur la page Facebook du groupe à l'adresse de leurs camarades.
L'action lancée à l'initiative de la coordination de la Faculté centrale est venue en réaction à la répression de la marche hebdomadaire des étudiants. Une vingtaine d'étudiants et des enseignants, dont une partie est issue de cet établissement, ont été interpellés, parfois violemment, par les éléments des forces antiémeute.
Ils ont été transférés dans des commissariats de la périphérie de la capitale, avant d'être libérés en soirée. La réaction disproportionnée des policiers a déclenché un mouvement de solidarité sur les réseaux sociaux : dès l'arrestation des étudiants, les portraits des concernés étaient publiés sur Facebook. Issus des quatre facultés de l'établissement, les protestataires s'étaient installés sur les marches de l'entrée principale donnant sur la rue Didouche Mourad. Une banderole fort expressive étaient accrochée sur une partie du portail sur laquelle on peut lire : «Votre répression fortifiera notre volonté… et avec la paix, nos revendications vivent…rejoignez-nous !» Les rassembleurs ont commencé par entonner l'hymne national Qassaman et des chants patriotiques. Ils ont repris tout de suite après les slogans scandés durant les différentes actions de protestation de ces dernières semaines : «Arrêtez la répression, libérez les étudiants», «Pas d'élection de la bande», «Silmiya (pacifique) et elle le restera», «Etudiant s'engage, système dégage», «Algérie libre et démocratique»…
Des citoyens ont manifesté leur solidarité avec les étudiants, qui ont montré leur détermination à poursuivre leur mouvement malgré la bastonnade. «La répression des étudiants est injustifiée. On ne peut que s'indigner et dénoncer, car il s'agit d'un mouvement pacifique, les étudiants sont ceux qui encadrent ce mouvement dans des comités de vigilance et qui s'interposent même entre les manifestants et les policiers. Ce sont eux qui ont défendu les policiers quand ça a dérapé à certains moments, lors des premières marches. Aujourd'hui, ils sont encore à l'avant-garde du mouvement, ils ont démontré leur sens des responsabilités et du patriotisme. Il n'y a pas d'atteinte à l'ordre et aux édifices publics, alors il n'y a aucune excuse pour recourir à la répression, sauf celle de vouloir avorter le mouvement et interdire les manifestations publiques et pacifiques, un des premiers droits acquis par le hirak. Tout retour en arrière est impossible aujourd'hui, car désormais le peuple est libéré», tranche Saïd Salhi, vice-président de la LADDH.
Selon ce militant, toujours sur le front de la contestation pacifique pour une Algérie débarrassée de l'autoritarisme, certains policiers et officiers «dépassent même leurs missions» avec des comportements qui ne font pas honneur à l'institution et à l'Etat. Mais, poursuit-il, «le peuple fait la part des choses, il s'attaque au système et non aux institutions de l'Etat, entre autres, celle de la sécurité (police) censée défendre et protéger le citoyen».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.