La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une commission officielle a été dépêchée sur site : « Aucune agression constatée sur les dolmens de Bounouara »
Publié dans El Watan le 03 - 06 - 2019

Des cadres de la wilaya de Constantine ont démenti cet après-midi l'agression contre les dolmens de Bounouara.
Interrogé par El Watan, Bachir Sahraoui, directeur des mines et de l'industrie de la wilaya, s'exprimant au nom de la commission dépêchée par le wali, a exclu toute forme de saccage. « La commission a constaté l'existence de deux dolmens sur le périmètre d'une carrière à l'arrêt. En plus, l'exploitant a pris le soin d'ériger une clôture autour de ces deux sépultures. »
Cette version est à l'antipode de la description faite par une archéologue italienne qui travaille sur le site, et confirmée par des citoyens de Constantine. L'alerte relayée samedi sur le site web d'El Watan a indigné l'opinion publique et a fait pourtant bouger les autorités qui se sont déplacées hier sur le site.
La commission composée du directeur des mines et de l'industrie, du directeur de la culture, auxquels s'est joint le représentant de l'Office de gestion et d'exploitation des biens culturels (OGEBC), a décidé cependant d'un nombre de mesures d'urgence pour protéger le territoire des dolmens de Bounouara.
Toujours selon M. Sahraoui, il a été prévu de recenser et délimiter la zone où se trouvent les dolmens, de soumettre toute demande de renouvellement des titres miniers à l'avis de la direction de la culture et aussi d'envoyer des mises en demeure à une exploitant pour le sommer d'enlever des déblais qu'il a délibérément déposé en dehors de son périmètre.
La vaste nécropole mégalithique située près du village de Bounouara s'étend sur le versant ouest du Djebel Mazela sur la route de Guelma, à trente kilomètres au sud-est de Constantine. Le problème avec ce site précieux, le plus grand en Afrique, est l'absence de délimitation et d'un recensement précis.
On estime entre 3000 et 4000 les dolmens éparpillés sur le territoire en question. Les cadres accompagnés par des archéologues de l'OGEBC et des exploitants miniers ont visité les sept carrières de la région, dont deux sont à l'arrêt. L'activité sur ces deux dernières a été suspendue en 2012, précise Aribi Zitouni, directeur de la culture de la wilaya.
Ce dernier a déclaré à El Watan que la plus importante des mesures prises hier concerne la protection du site contre les agressions à l'avenir. « Au département de la Culture, il était prévu un projet d'inventaire et de délimitation du site de Bounouara en 2020, mais suite à cette alerte et même si elle s'est avérée fausse, nous avons décidé d'avancer la mise en œuvre du projet à 2019. », a-t-il expliqué.
A la question de savoir comment se fait-il que des permis d'exploitation minière soient accordée sur des sites classés et donc protégés par la loi, le même responsable a répondu qu' « en principe la direction de la culture doit donner son avis en pareils cas, mais l'absence de délimitation du site ne permet pas toujours d'intervenir avec précision. »
En Algérie, le manque de coordination entre secteurs, voire le chevauchement des prérogatives, a provoqué de nombreux cas d'atteinte au patrimoine culturel et historique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.