Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Abdelkader Gouchene, né en 1960 à Tizi N'berber, dans la daïra d'Aokas, est un retraité de Sonatrach. Son amour pour la lecture depuis son plus jeune âge l'a conduit à se mettre à l'écriture une fois libéré des contraintes d'une vie professionnelle bien remplie.
Paru aux éditions Tafat, Un amour sublime est son premier roman, un prélude, peut-être, selon lui, à bien d'autres histoires romancées qu'il aimerait raconter et partager avec grand plaisir.
Au titre très évocateur, ce roman tiré d'une histoire vraie laisse le lecteur accroché à toutes les péripéties du personnage principal qui s'est vu mis en demeure de rejoindre les forces armées coloniales pour aller défendre une patrie qui n'est pas sienne. Le roman retrace la vie quotidienne des Algériens, en particulier les gens de la campagne, qui souffraient de malnutrition et d'un traitement des plus inhumains de la part des colons.
L'histoire en elle-même est truffée d'anecdotes vécues par les habitants de ces hameaux qui faisaient partie du grand village d'Aokas, avec tous ses douars qui ne sont autres que les villages de la commune mixte d'Oued Marsa.
L'auteur a voulu nous montrer les pratiques d'antan, les us et coutumes qui sont ce qu'elles sont, avec leur bon côté et malheureusement le revers de la médaille. Il a aussi souligné l'importance de l'instruction, même si c'est à travers les livres et autres documents trouvés dans la décharge publique.
La question de la femme dans le foyer algérien, en général, et dans celui de Kabylie, en particulier, a été traitée avec finesse et réalisme, au point de confondre le vrai de ce qui était romancé.
L'auteur a aussi mis le doigt sur le tandem colon/marabout qui se renforcent, et mutuellement s'entraident, pour simplement des intérêts communs, dont les deux seuls tiraient profit au détriment des populations autochtones.
Dans le récit, il a été démontré que les marabouts utilisaient les croyances et les créations de dogmes pour mieux exploiter les esprits et les richesses des «indigènes».
Un roman écrit dans un style fluide et très facile à lire, qui vous empêche de dormir pour arriver à la fin, toujours remise au dernier chapitre, au dernier mot de ce récit fiévreux, où les deux personnages féminins se sont livrés à une bataille sans merci pour arriver chacun à sa fin. Justement, sur le retour du personnage principal de la guerre, en arrivant en Algérie, il trouve des scènes dignes des villages de la métropole, en particulier à Sétif et Kherrata.
Arrivé chez lui, un autre drame l'attend, il n'a pas trouvé de femmes, juste ses enfants dans une situation d'orphelins. Une histoire décrite dans un style réel, qui vous laisse suspendu aux mots jusqu'à la fin de la narration et qui peut vous donner des larmes. Roman à lire sans modération et avec une grande attention, car il a ouvert des brèches sur plusieurs volets et qui a suscité plusieurs intérêts dans des domaines différents, tels que l'histoire et l'ethnologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.