Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Abdelkader Gouchene, né en 1960 à Tizi N'berber, dans la daïra d'Aokas, est un retraité de Sonatrach. Son amour pour la lecture depuis son plus jeune âge l'a conduit à se mettre à l'écriture une fois libéré des contraintes d'une vie professionnelle bien remplie.
Paru aux éditions Tafat, Un amour sublime est son premier roman, un prélude, peut-être, selon lui, à bien d'autres histoires romancées qu'il aimerait raconter et partager avec grand plaisir.
Au titre très évocateur, ce roman tiré d'une histoire vraie laisse le lecteur accroché à toutes les péripéties du personnage principal qui s'est vu mis en demeure de rejoindre les forces armées coloniales pour aller défendre une patrie qui n'est pas sienne. Le roman retrace la vie quotidienne des Algériens, en particulier les gens de la campagne, qui souffraient de malnutrition et d'un traitement des plus inhumains de la part des colons.
L'histoire en elle-même est truffée d'anecdotes vécues par les habitants de ces hameaux qui faisaient partie du grand village d'Aokas, avec tous ses douars qui ne sont autres que les villages de la commune mixte d'Oued Marsa.
L'auteur a voulu nous montrer les pratiques d'antan, les us et coutumes qui sont ce qu'elles sont, avec leur bon côté et malheureusement le revers de la médaille. Il a aussi souligné l'importance de l'instruction, même si c'est à travers les livres et autres documents trouvés dans la décharge publique.
La question de la femme dans le foyer algérien, en général, et dans celui de Kabylie, en particulier, a été traitée avec finesse et réalisme, au point de confondre le vrai de ce qui était romancé.
L'auteur a aussi mis le doigt sur le tandem colon/marabout qui se renforcent, et mutuellement s'entraident, pour simplement des intérêts communs, dont les deux seuls tiraient profit au détriment des populations autochtones.
Dans le récit, il a été démontré que les marabouts utilisaient les croyances et les créations de dogmes pour mieux exploiter les esprits et les richesses des «indigènes».
Un roman écrit dans un style fluide et très facile à lire, qui vous empêche de dormir pour arriver à la fin, toujours remise au dernier chapitre, au dernier mot de ce récit fiévreux, où les deux personnages féminins se sont livrés à une bataille sans merci pour arriver chacun à sa fin. Justement, sur le retour du personnage principal de la guerre, en arrivant en Algérie, il trouve des scènes dignes des villages de la métropole, en particulier à Sétif et Kherrata.
Arrivé chez lui, un autre drame l'attend, il n'a pas trouvé de femmes, juste ses enfants dans une situation d'orphelins. Une histoire décrite dans un style réel, qui vous laisse suspendu aux mots jusqu'à la fin de la narration et qui peut vous donner des larmes. Roman à lire sans modération et avec une grande attention, car il a ouvert des brèches sur plusieurs volets et qui a suscité plusieurs intérêts dans des domaines différents, tels que l'histoire et l'ethnologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.