Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène
Publié dans El Watan le 18 - 06 - 2019

Abdelkader Gouchene, né en 1960 à Tizi N'berber, dans la daïra d'Aokas, est un retraité de Sonatrach. Son amour pour la lecture depuis son plus jeune âge l'a conduit à se mettre à l'écriture une fois libéré des contraintes d'une vie professionnelle bien remplie.
Paru aux éditions Tafat, Un amour sublime est son premier roman, un prélude, peut-être, selon lui, à bien d'autres histoires romancées qu'il aimerait raconter et partager avec grand plaisir.
Au titre très évocateur, ce roman tiré d'une histoire vraie laisse le lecteur accroché à toutes les péripéties du personnage principal qui s'est vu mis en demeure de rejoindre les forces armées coloniales pour aller défendre une patrie qui n'est pas sienne. Le roman retrace la vie quotidienne des Algériens, en particulier les gens de la campagne, qui souffraient de malnutrition et d'un traitement des plus inhumains de la part des colons.
L'histoire en elle-même est truffée d'anecdotes vécues par les habitants de ces hameaux qui faisaient partie du grand village d'Aokas, avec tous ses douars qui ne sont autres que les villages de la commune mixte d'Oued Marsa.
L'auteur a voulu nous montrer les pratiques d'antan, les us et coutumes qui sont ce qu'elles sont, avec leur bon côté et malheureusement le revers de la médaille. Il a aussi souligné l'importance de l'instruction, même si c'est à travers les livres et autres documents trouvés dans la décharge publique.
La question de la femme dans le foyer algérien, en général, et dans celui de Kabylie, en particulier, a été traitée avec finesse et réalisme, au point de confondre le vrai de ce qui était romancé.
L'auteur a aussi mis le doigt sur le tandem colon/marabout qui se renforcent, et mutuellement s'entraident, pour simplement des intérêts communs, dont les deux seuls tiraient profit au détriment des populations autochtones.
Dans le récit, il a été démontré que les marabouts utilisaient les croyances et les créations de dogmes pour mieux exploiter les esprits et les richesses des «indigènes».
Un roman écrit dans un style fluide et très facile à lire, qui vous empêche de dormir pour arriver à la fin, toujours remise au dernier chapitre, au dernier mot de ce récit fiévreux, où les deux personnages féminins se sont livrés à une bataille sans merci pour arriver chacun à sa fin. Justement, sur le retour du personnage principal de la guerre, en arrivant en Algérie, il trouve des scènes dignes des villages de la métropole, en particulier à Sétif et Kherrata.
Arrivé chez lui, un autre drame l'attend, il n'a pas trouvé de femmes, juste ses enfants dans une situation d'orphelins. Une histoire décrite dans un style réel, qui vous laisse suspendu aux mots jusqu'à la fin de la narration et qui peut vous donner des larmes. Roman à lire sans modération et avec une grande attention, car il a ouvert des brèches sur plusieurs volets et qui a suscité plusieurs intérêts dans des domaines différents, tels que l'histoire et l'ethnologie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.