Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    [Vidéos] Les manifestants exigent la libération des détenus d'opinion    Alger : Manif matinale face à une marée bleue    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Les compositions probables    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Des noms et des questions    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Premier tour de l'élection présidentielle en Mauritanie : Un général favori pour succéder à un général ?
Publié dans El Watan le 23 - 06 - 2019

Le premier tour de la présidentielle en Mauritanie s'est tenu hier, pays secoué par de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008. Quelque 1,5 million d'inscrits ont ainsi à choisir entre cinq adversaires du candidat désigné par le pouvoir, Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit Ould Ghazouani, ex-général, pour succéder au président Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier ne peut pas se représenter après deux mandats.
Le candidat qui apparaît comme son rival le plus sérieux est l'ancien chef de gouvernement de transition, Sidi Mohamed Ould Boubacar (2005-2007). Il est soutenu par une large coalition comprenant le parti islamiste Tewassoul, principale formation de l'opposition, ainsi que par l'homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou.
L'ensemble des candidats de l'opposition, dont le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid, se sont engagés à se soutenir en cas de second tour le 6 juillet. Mohamed Ould Abdel Aziz s'est fait élire en 2009, puis réélire en 2014 lors d'un scrutin boycotté par les principaux partis de l'opposition. Il a assuré la stabilité de ce pays frappé dans les années 2000 par des attentats djihadistes et les enlèvements d'étrangers en menant une politique volontariste, caractérisée par la surveillance accrue du territoire et le développement des zones reculées.
Le futur Président est appelé à œuvrer pour le respect des droits fondamentaux, dans une société marquée par des inégalités ainsi que des disparités entre communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes.
Sur le plan économique, la croissance, de 3,6% en 2018, bien qu'en amélioration, reste insuffisante par rapport à la démographie, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) publié en mai. La BM a relevé le rétablissement de la «stabilité macroéconomique», avec des projections de croissance annuelle de 6,2% en moyenne sur la période 2019-2021. En revanche, elle a appelé Nouakchott à lever les obstacles au secteur privé, citant en premier lieu les difficultés d'«accès au crédit» et «la corruption».
Une amère expérience démocratique
Pays d'Afrique occidentale, ouvert sur l'océan Atlantique, la Mauritanie est frontalière du Sahara occidental, de l'Algérie, du Mali et du Sénégal. La Mauritanie a proclamé son indépendance en novembre 1960. Le président Moktar Ould Daddah instaure un régime de parti unique. En 1975, le Maroc et la Mauritanie établissent un accord sur le partage du Sahara occidental. Nouakchott y renonce en 1979. En 1978, un coup d'Etat renverse Ould Daddah au profit du lieutenant-colonel Mustapha Ould Salek, remplacé par Mohamed Ould Louly en 1979.
En 1991, le pays se dote d'une nouvelle Constitution qui prévoit le multipartisme. En 1992, le colonel Ould Taya remporte la première élection démocratique, contestée par l'opposition. Il est réélu en 1997. En 2001, l'opposition fait son entrée au Parlement. En 2005, un coup d'Etat porte au pouvoir le colonel Ely Ould Mohamed Vall, qui annonce sa volonté de favoriser le retour à un régime civil après une période transitoire.
En 2007, Sidi Ould Cheikh Abdallahi remporte la présidentielle, mais est renversé une année après par son chef d'état-major, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, qui remporte en 2009 l'élection présidentielle dès le premier tour avec 52,58% des voix. Il remporte aussi celle de juin 2014 avec une victoire écrasante de 81,94% des voix.
En mars dernier, le gouvernement mauritanien a annoncé la dissolution de 76 partis, soit trois quarts des formations politiques.
Elles sont jugées insuffisamment représentatives sur la scène politique. «Sont dissous de plein droit les partis politiques ayant présenté des candidats aux élections municipales de 2013 et 2018 et qui ont obtenu moins de 1% des suffrages exprimés au premier tour de ces élections, ou qui se sont abstenus de participer à ces deux consultations», a indiqué un arrêté du ministère de l'Intérieur publié en la circonstance. Fondée sur une loi de 2012, complétée en 2018, conçue pour limiter le nombre de partis politiques et permettre le financement de leurs activités électorales suivant leur poids politique, cette mesure ne concerne pas les principaux acteurs de la vie politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.