Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique
Publié dans Le Maghreb le 20 - 06 - 2019

Le 22 juin prochain, les Mauritaniens se rendront aux urnes afin de choisir un successeur au Président Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier compte néanmoins peser dans cette élection, affichant son soutien à son ami et candidat Ould Ghazouani. Sputnik France a demandé à Sneiba Mohamed, analyste de la politique mauritanienne, de décrypter son bilan.
Après des années de régime autoritaire, la Mauritanie connaîtra-t-elle une deuxième alternance démocratique lors du scrutin présidentiel du 22 juin? C'est l'un des principaux enjeux de cette élection qui se veut ouverte. Arrivé au pouvoir par un coup d'État en 2008, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz s'est maintenu sans discontinuer au sommet de l'État depuis sa réélection en 2009. Or, depuis un an, il martèle qu'il n'ira pas à l'encontre de la Constitution et ne briguera pas, en conséquence, un troisième mandat:
#Mauritanie Mohamed Ould Abdel Aziz: " Non, je ne me représenterai pas pour un 3e mandat dans la mesure où je vais respecter la Constitution et la Constitution dit que je ne peux pas me représenter au-delà de deux mandats". Dans ce grand pays désertique d'Afrique de l'Ouest, peuplé seulement de 4,5 millions d'habitants, l'alternance en politique depuis 40 ans n'a souvent été que le fruit de coups d'État. Depuis 1978, il n'y a eu qu'une seule brève expérience d'alternance démocratique, de 2007 à 2008, au cours de laquelle le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, élu démocratiquement en 2007, a été renversé par le général Abdel Aziz, à l'époque chef de la garde présidentielle. Va-t-on vers des élections présidentielles apaisées en Mauritanie ? Il faut assurer la sécurité maintenant dans le Sahel après Aziz. Parmi les six candidats en lice pour l'élection du 22 juin, le Président sortant a publiquement choisi d'apporter son soutien à Mohamed Ould Ghazouani. Formés ensemble à l'école militaire, les deux hommes ont en effet gravi tous les échelons au sein de l'armée, avant d'entrer en politique. Si le dauphin de Oulad Aziz venait à remporter la magistrature suprême, il hériterait d'un bilan mitigé, estime Sneiba Mohamed, analyste et auteur de nombreux ouvrages sur la politique mauritanienne, dans un entretien avec Sputnik France. "Même si le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a réussi le miracle de sécuriser le pays contre les attaques terroristes et d'être l'initiateur d'un G5 Sahel dont l'efficacité doit encore être prouvée, cette même opposition, qu'il a marginalisée, n'a eu de cesse de dénoncer les dérives économiques et politiques aux conséquences fâcheuses dont il se serait rendu coupable", a déclaré au micro de Sputnik le politologue Sneiba Mohamed basé à Nouakchott. Durant son décennat à la tête de l'État mauritanien, le Président sortant a tout fait pour rétablir la légitimité de la Mauritanie à l'international, notamment au plan sécuritaire. Président temporaire de l'Union Africaine (UA) de 2014 à 2015, il s'est donné pour mission -avec succès- de sécuriser le territoire national du péril djihadiste. Cela lui a entre autres valu les louanges d'Emmanuel Macron: "Je sais toute la détermination du Président Aziz à lutter contre le terrorisme. Il l'a montré dans son pays, avec beaucoup d'efficacité", avait déclaré le Président Emmanuel Macron à l'égard de son homologue mauritanien, sur le tarmac de l'aéroport de Nouakchott, pendant une visite effectuée à l'été 2018 à l'occasion du sommet de l'Union africaine. De surcroît, l'actuel Président s'est vu remettre pour son action sécuritaire le prix Mandela 2018, en considération "de l'excellence africaine et de sa vision stratégique en matière de sécurité et en reconnaissance de son mérite et de son génie personnel". De fait, la sécurisation du territoire lui a permis de remplir un double objectif : polir son image à l'international et accroître sa popularité dans son pays grâce, notamment au retour en 2018 des tours opérateurs français en Mauritanie. Absents depuis près d'une décennie pour cause de menace djihadiste, ce retour des contingents de touristes français dans le désert mauritanien de l'Adrar (centre ouest de la Mauritanie) a signifié le redémarrage d'une activité vitale pour les populations locales. Si le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a réussi son pari sécuritaire, il espère maintenant voir son fidèle ami Mohamed Ould Ghazouani gagner les élections afin de poursuivre son œuvre et consolider le travail déjà effectué. Un travail qui reste toutefois "inabouti, puisque certains secteurs ont été privilégiés par rapport à d'autres", selon Mohamed Sneiba. Durant ses deux mandats, le Président Abdel Aziz a choisi de délaisser les domaines économiques et sociaux au profit de la sécurité intérieure et extérieure, jugés prioritaires: "Si la majorité évoque la nécessaire préservation des acquis, Aziz, lui, cherche sans doute à s'assurer que sa gestion économique qui constitue, selon bon nombre d'observateurs son talon d'Achille, ne fasse l'objet d'une inquisition post-mandat, si un autre que le dauphin qu'il s'est choisi arrive au pouvoir. Sous couvert de la "préservation" des acquis, c'est là le principal enjeu de la présidentielle", souligne Mohamed Sneiba au micro de Sputnik. Il a aussi été accusé à plusieurs reprises par ses opposants, une partie de la presse locale et différentes organisations de défense des droits de l'Homme de "tenir trop fermement les rênes du pouvoir". Dans son rapport publié en 2013 sur la Mauritanie, Amnesty International avait dénoncé 36 arrestations successives à la suite de manifestations pacifiques, des dizaines de prisonniers politiques et autres cas de tortures ou de maltraitance. Mohamed Sneiba note toutefois qu'à l'approche des élections, le Président sortant a multiplié les mesures de clémence, comme la libération des deux blogueurs, Ould Weddady et Ould Jeddou, emprisonnés en mars 2019 pour une enquête qu'ils menaient sur le possible gel d'un compte bancaire appartenant au Chef de l'État aux Émirats arabes unis. "Cette libération a été favorisée par une forte mobilisation à l'étranger et la crainte que cette carte ne soit exploitée contre lui par les candidats de l'opposition, alors qu'il a toujours dit et répété qu'il n'y avait pas de prisonniers d'opinion en Mauritanie", affirme l'analyste politique mauritanien. "Dans un climat de forte suspicion, le Président Abdel Aziz se devait donc de prendre des mesures lui permettant de redorer son image vis-à-vis de la communauté internationale. C'est pour cela qu'il a notamment permis le vote des militaires avec les civils le même jour et l'ouverture des médias publics à l'opposition." Ces mesures sont d'autant plus importantes en termes d'image que la présidence d'Abdel Aziz est caractérisée, selon ses détracteurs, par "un exercice solitaire et vertical du pouvoir". Le Chef de l'État mauritanien a en effet pour habitude de faire remonter les décisions importantes jusqu'à son bureau, ses ministères faisant office de simples "coquilles vides". Pour les Mauritaniens qui dénoncent un régime fort incarné par la seule personne du Président Abdel Aziz, la possibilité d'une réelle alternance au sommet de l'État est donc peu probable. Dans ce cas, sa relation avec Ould Ghazouani pourrait s'apparenter à un scénario à la Poutine-Medvedev et l'actuel Chef de l'État continuera à influencer la vie politique de Mauritanie. "Ce qui est sûr, c'est qu'Aziz ne quittera pas la vie politique. Il restera dans le système qu'il a mis dix longues années à faire -et à parfaire. À quel niveau de la sphère du pouvoir? Tout indique qu'il prendra la direction de l'Union pour la République (UPR), le parti au pouvoir qu'il a pris soin de déstructurer, juste à la veille de la présidentielle, pour le doter d'une commission de gestion provisoire (donc sans réel pouvoir)", prédit Mohamed Sneiba.
Selon des informations publiées par la Lettre du Continent dans son édition du 12 juin, le président Abdel Aziz préparerait "sa retraite sous le soleil des Émirats". Information aussitôt démentie par Jemal M. Taleb, avocat au Bureau de Paris et conseiller personnel du Président Abdel Aziz. Selon des propos recueillis par le mensuel panafricain Financial Afrik, celui-ci a été catégorique: "le Président Mohamed Abdel Aziz restera à Nouakchott et n'a nullement l'intention de quitter son pays!"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.