Mihoubi dépose son dossier de candidature    Un sursaut national en se rendant massivement aux urnes    Controverse à l'APN    Session de formation pour 400 jeunes universitaires    Les prix de vente déterminés    «Le système fiscal actuel a causé de grands dysfonctionnements»    L'élection présidentielle face aux «fake news»    Colloque international sur les dynamiques de recomposition des espaces urbains    Vers un second mandat sans majorité pour Trudeau    Echanges commerciaux a atteint 20 milliards d'euros en cinq ans    Zidane après la victoire du Real face à Galatasaray :    Victoire du NBS devant Al-Buraig Service    L'entraîneur Salem Laoufi renonce à sa démission    Plus de 1,2 million de comprimés psychotropes saisis    Hausse de 9,4 % durant le 1er semestre 2019    Le secteur de la santé est à l'agonie    26 films en compétition    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Tebboune déposera son dossier samedi    LES RETRAITES MILITAIRES INTERDIT D'EXERCER EN POLITIQUE : Le statut général des personnels militaires à l'APN    AFFAIRE DES 701 KG COCAINE : Les deux frères ‘'d'El Bouchi'' devant le juge d'instruction    ORAN : Grève des collecteurs privés d'ordures ménagères    CNAS : Plus de 25 000 travailleurs non déclarés en 2019    Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Le GS Pétroliers à Bamako pour la qualification    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Petits fondants au chocolat    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    La diversité culturelle est à même de produire une élite équilibrée et efficiente dans la société    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Les étudiants pointent une justice subsidiaire    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Bensalah se rend à Sotchi    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Téhéran menace de revenir à la situation d'avant 2015
Accord sur le programme nucléaire iranien
Publié dans El Watan le 16 - 07 - 2019

Pour l'Iran, les Européens doivent faire «preuve de leur volonté politique et de leur capacité» pour l'aider à tirer
profit du pacte de Vienne.
L'Iran pourrait revenir à la situation d'avant la conclusion de l'accord international sur son programme nucléaire, en 2015. C'est ce qu'a déclaré hier le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA). «Si les Européens et les Américains ne veulent pas agir conformément à leurs engagements, nous aussi, en réduisant nos engagements, nous contrebalancerons cela et reviendrons à la situation d'il y a quatre ans», a indiqué Behrouz Kamalvandi, cité par l'agence officielle Irna, relayé par des médias.
Et de poursuivre : «Ces mesures ne sont pas prises obstinément. Elles le sont pour donner une occasion à l'autre partie de revenir à la raison et de remplir ses obligations.»
Un peu plus tôt dans la journée,Téhéran a appelé les Européens à prendre des mesures «pratiques, efficaces et responsables» pour sauver l'accord. «Nous insistons sur (…) la réciprocité des droits et des devoirs» entre les parties à cet accord nucléaire conclu en 2015, a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Abbas Moussavi, dans un communiqué.
Il est «irréaliste» d'attendre que l'Iran «revienne aux conditions qui prévalaient avant le 8 mai 2019» sans que les Européens ne fassent «la preuve de leur volonté politique et de leur capacité» à permettre que l'Iran «bénéficie en pratique» de l'accord, a-t-il ajouté.
Les déclarations des responsables iraniens interviennent alors qu'un peu plus tôt dans la journée les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) ont entamé à Bruxelles une réunion pour convaincre Téhéran de leur volonté de l'aider avec l'utilisation de l'Instex. Un mécanisme de troc créé par Berlin, Paris et Londres pour contourner les sanctions américaines en évitant d'utiliser le dollar.
Dans le cadre de ce dispositif, les achats iraniens en Europe seront compensés par des achats européens pour un montant équivalent en Iran, mais le système n'a permis aucune transaction à ce jour. La situation est complexe vu la dimension extraterritoriale des sanctions américaines. D'où le retrait d'Iran des entreprises européennes bien avant la mise en place de ce dispositif compensatoire.
Lézardes
En effet, l'Instex a été mis sur pied le 31 janvier 2019. Alors qu'en été 2018, le constructeur allemand Daimler, les français Renault et PSA et le groupe pétrolier Total ont annoncé leur désengagement de la République islamique. D'autres grandes entreprises étrangères ont pris le même chemin.
Conclu à Vienne en juillet 2015, entre Téhéran et le Groupe des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine et Allemagne), l'accord prévoit une limitation du programme nucléaire iranien en échange de la levée des sanctions internationales contre l'Iran. Mais le rétablissement des sanctions extraterritoriales américaines contre Téhéran, après le désengagement de Washington, menace l'accord en privant l'Iran des retombées économiques escomptées.
La République islamique a menacé à plusieurs reprises d'abandonner le pacte, si ses «intérêts» ne sont pas garantis. Le 8 mai, juste un an après le retrait américain du traité, l'Iran a annoncé sa décision d'abandonner deux des engagements pris à Vienne : le respect de la limite fixée à ses stocks d'eau lourde (1,3 tonne) et de celle imposée à ses réserves d'uranium faiblement enrichi, soit 300 kilos.
L'annonce est assortie d'un ultimatum donnant 60 jours à ses partenaires pour l'aider à contourner le blocus américain, sous peine d'enrichir à plus de 3,67% l'uranium et de reprendre un projet de construction d'un réacteur à eau lourde à Arak au centre. Le 1er juillet, Téhéran a déclaré avoir franchi la limite fixée à ses réserves d'uranium faiblement enrichi par l'accord. Le 7 juillet, la République islamique a indiqué avoir commencé à enrichir ce minerai à un degré supérieur à la limite de 3,67% imposée par le traité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.