Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes
De passage par le détroit d'Ormuz, il a été retenu pendant une heure puis libéré
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2019

Ce détroit est un lieu de passage pour un tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète. C'est dire que la région devient un transit dangereux pour les pétroliers.
Le pétrolier Mesdar, appartenant à Sonatrach, a été contraint vendredi de mettre le cap vers les eaux territoriales iraniennes par les gardes-côtes de la Marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d'Ormuz, a annoncé hier la compagnie nationale des hydrocarbures.
«Le vendredi 19 juillet 2019, à 19h30, heure algérienne, le pétrolier Mesdar, de 2 000 000 de barils de capacité, propriété de Sonatrach, a été contraint de mettre le cap vers les eaux territoriales des côtes iraniennes, par les gardes-côtes de la marine iranienne, au moment où il traversait le détroit d'Ormuz», a expliqué la même source dans un communiqué. «Le navire se dirigeait, en fait, vers Tanura pour charger du pétrole brut pour le compte de la compagnie chinoise Unipec», a-t-on ajouté.
A cet effet, une cellule de suivi a été immédiatement mise en place entre les départements ministériels de l'Energie et des Affaires étrangères, jusqu'au dénouement de cette affaire à 20h45, a fait savoir Sonatrach, précisant qu'«aucun incident humain ou matériel n'a été enregistré».
Le détroit d'Ormuz est devenu ces dernières semaines le théâtre d'incidents liés à la tension grandissante entre Washington et Téhéran. Un pétrolier battant pavillon britannique a d'ailleurs été arraisonné dans ce détroit et les autorités du Royaume-Uni appellent à éviter ce passage maritime stratégique «où se multiplient les incidents».
Le tanker Stena Impero, a été arraisonné pour non-respect du code maritime international par les autorités iraniennes et emmené au port de Bandar Abbas. Avant le Stena Impero, un autre tanker, battant pavillon libérien, avait été arraisonné puis relâché.
Ces saisies sont une riposte iranienne à la détention pour 30 jours d'un pétrolier iranien dans le détroit de Gibraltar par les autorités britanniques pour le motif de «vouloir livrer du brut à la Syrie en violation des sanctions européennes contre Damas». L'Iran avait assuré qu'il riposterait à cet acte de «piraterie».
Les pays européens ont appelé à la libération du Stena Impero en avertissant qu'«une nouvelle escalade serait très dangereuse pour la région». Le directeur général de l'Autorité portuaire de la province iranienne d'Hormozgan affirme, pour sa part, que le Stena Impero «est entré en collision avec un bateau de pêche qui a ensuite contacté le pétrolier mais n'a pas reçu de réponse… Le bateau de pêche a alors informé l'Autorité portuaire, qui a ouvert une enquête sur les causes de l'accident».
Ceci et de noter que «le pétrolier avait continué son chemin avec son transpondeur éteint ce qui a poussé à sa saisi». Un autre tanker étranger serait aussi détenu par les gardiens de la révolution, dont ils soupçonnent l'équipage de contrebande de carburant dans le Golfe.
C'est dire que la région devient un transit dangereux pour les pétroliers. Ce détroit est un lieu de passage pour un tiers du pétrole acheminé par voie maritime sur la planète.
Outre ces incidents, une autre polémique est née à propos d'un drone iranien que les Américains affirment avoir abattu dans le détroit d'Ormuz et que l'Iran dément formellement. C'est donc dans ce contexte de tension que le navire algérien a été retenu pour un petit moment dans ce détroit où se joue une nouvelle partie de la géopolitique mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.