Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    La mère des batailles    La tablette et les diplômés chômeurs    Après la fermeture des marchés à bestiaux: Plaidoyer pour une vente contrôlée des moutons de l'Aïd    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dégradation du cadre de vie à la cité Jerodan (Tébessa) : Le calvaire des habitants perdure
Publié dans El Watan le 27 - 07 - 2019

Le calvaire des habitants de la cité Jerodan, communément appelée «Djebal Anwal», dans la ville de Tébessa, ne cesse de prendre de l'importance de jour en jour.
Pour les riverains, inquiets de la situation catastrophique dans laquelle ils vivent, les difficultés auxquelles ils sont confrontés sont multiples et deviennent de plus en plus insupportables. Ce site, qui tire son nom de la société danoise qui l'avait construit dans les années 1980, était réputé par sa propreté. Il s'est transformé ces dernières années en un dépotoir à ciel ouvert. Des poubelles et des ordures ménagères cernent les immeubles.
Les sacs éventrés jonchent le sol et des odeurs nauséabondes se dégagent à longueur de journée. Ceci sans parler des herbes sauvages qui poussent partout, formant un gîte favorable à la prolifération des insectes et d'autres bestiaux. Cette situation n'est pas seulement la conséquence du laxisme des responsables de la commune qui baignent toujours dans un sommeil profond, mais elle est due aussi à l'incivisme des habitants.
Des comportements qui ont généré un état chaotique dans lequel se trouve l'une des plus anciennes cités de la ville de Tébessa. «La cité Jerodan fut habitée dans les années 1980 par des coopérants russes et vietnamiens qui enseignaient à l'université à cette époque, elle était très propre et organisée. Avec le temps, son cadre de vie s'est complètement dégradé. Après l'extension de la cité, certains riverains viennent, par incivisme, déverser leurs ordures anarchiquement, ce qui a créé plusieurs décharges sauvages», a fait savoir Toufik, un habitant de la cité. «Nous sommes exposés à un danger imminent qui menace notre santé, ainsi que celle de nos enfants», a ajouté un autre voisin.
Devant cette situation, les habitants de Jerodan ne savent plus quoi faire malgré leurs multiples doléances adressées aux services communaux et aux autorités locales, mais en vain. En dépit de quelques efforts fournis pour améliorer le cadre de vie du citoyen par des actions de bénévolat pour le ramassage des ordures, beaucoup reste à faire. Cette situation n'est pas propre à cette cité, elle caractérise la majorité des quartiers de la ville. Cette dernière se clochardise, au grand dam de ses véritables citadins, qui vivent sur les bons souvenirs d'antan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.