Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    Quel sort pour le projet ?    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Medouar est devenu "encombrant" pour la FAF    La saga des victoires    «On peut faire encore plus mal»    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    En réaction à l'appel du report des élections    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Eliminatoires CHAN-2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    Amical, Algérie - Colombie 3-0 : Les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sous le signe de la solidarité avec les détenus
30e marche des étudiants à Constantine
Publié dans El Watan le 18 - 09 - 2019

Etudiants et les enseignants universitaires continuent de marquer l'actualité du mouvement populaire du 22 Février. Hier, la 30e marche a aussi drainé un nombre important de citoyens.
Désormais, on ne peut plus imaginer un mardi de la semaine à Constantine sans assister à cet élan devenu traditionnel animé par les étudiants et les enseignants universitaires et qui continuera toujours de marquer l'actualité du mouvement populaire du 22 février. Hier, la 30e marche, qui a drainé aussi un nombre important de citoyens, a porté quand même un cachet particulier puisqu'elle survient 48 heures après la répression qui a marqué la marche pacifique de dimanche dernier organisée suite à des appels lancés sur les réseaux sociaux pour exprimer le refus de l'élection présidentielle que le pouvoir s'obstine à vouloir tenir contre la volonté de la majorité populaire.
C'est ainsi que l'ombre des trois détenus d'opinion arrêtés dimanche et mis en détention préventive dans la journée de lundi par le juge instructeur près le tribunal de Ziadia a plané sur le mouvement qui a suivi son parcours traditionnel au centre-ville, avec la présence discrète mais bien remarquée d'agents des services de sécurité en civil, avec un dispositif policier déployé devant les institutions judiciaires.
C'est en présence de leurs familles que les portraits de Mohamed-Tahar Bouteche, Hassan Ramadani et Mohamed Bekkouche ont été portés par des dizaines de manifestants réclamant leur libération. «Libérez khawatna !» (Libérez nos frères), «Addou ouled El Gaïd ou talqou ouladna !» (Prenez les enfants du Gaïd – Gaïd Salah s'entend – et libérez nos enfants), «Ouled El Gaïd darou hala, winek yal âdala ?» (Les enfants du Gaïd ont fait pire, mais où est la justice ?) ont-ils scandé lors de deux haltes marquées devant le siège de la cour de justice à la place du 1er Novembre et celui du tribunal de la rue Boudjeriou. Le refus de la tenue de la prochaine présidentielle fixée pour le 12 décembre a été encore une fois le fait marquant de cette marche qui s'est déroulée sans incidents. Une réponse claire et sans ambiguïté malgré toutes les manœuvres opérées par le pouvoir à travers les médias publics faisant croire à une pseudo adhésion populaire.
«Makanche el vote wallah ma ndirou !» (Il n'y aura pas de vote) «Manache habssine y hnaya ya ntouma !» (On ne s'arrêtera pas, ce sera nous ou vous), ont-ils lancé en défiant surtout l'autorité des généraux qui veulent décider de l'avenir du peuple. D'ailleurs, c'est le général-major Ahmed Gaïd Salah qui recevra pour son compte toute la grogne populaire à travers une marche qui s'est voulue aussi un message pressant adressé à la majorité silencieuse qui continue d'observer sans réagir. «Ya mouwatene ya dahia, akhroudj charek fel qadia !» (Ô citoyen victime, sort défendre la cause), ont lancé des manifestants qui ont tenu à ce que leurs marches soient toujours pacifiques, malgré toutes sortes de provocations orchestrées par le pouvoir en vue de casser le mouvement populaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.