Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Le nouveau directeur de l'éducation installé    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Nouvelle vague de gros procès en février    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nouvelles spécialités introduites cette année
Diversification de l'offre de formation
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2019

Plusieurs universités du pays devraient bénéficier, au titre de l'année universitaire 2019-2020, de pas moins de sept nouvelles spécialités qui seront introduites dans le cursus des étudiants.
Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), qui en a fait l'annonce, la semaine dernière, a expliqué que cette nouveauté vient répondre aux besoins du marché, en vue d'«actualiser» et de «diversifier» les offres de formation prodiguées par les établissements d'enseignement supérieur, tout en assurant son adaptation aux évolutions académiques et scientifiques, ainsi qu'aux exigences de l'environnement économique.
Selon le ministre en charge du secteur, il sera procédé à l'ouverture de deux nouvelles branches au niveau des universités de Mostaganem et de Béjaïa, qui concernent les spécialités des sciences infirmières. Il est prévu également une nouvelle filière des Energies renouvelables à l'université de Batna et une nouvelle branche à l'université de Khenchela consacrée aux forêts.
Le ministre, Tayeb Bouzid, a précisé, à ce propos, que l'introduction de ces nouvelles spécialités «s'est faite suite à la demande des universités et de leur Conseil scientifique». Il n'en demeure pas moins que des conditions sont exigées préalablement par l'administration centrale qui veille à préparer un cahier des charges devant être validé par les commissions régionale et nationale, et enfin approuvé par le ministre.
L'ouverture de nouvelles spécialités est soumise au même règlement que la fermeture d'une quelconque filière, a-t-on précisé. «La suppression de spécialités peut également s'avérer inévitable s'il est constaté que la poursuite de leur enseignement est inutile», a indiqué le ministre. Quel serait alors le principal objectif attendu de l'ouverture de nouvelles spécialités ?
Il est question, comme le précisera le premier responsable du secteur, de «passer d'une formation quantitative à une formation qualitative, afin de répondre au mieux, aux besoins de la société». Il faut dire que l'une des raisons identifiées dans le chômage des diplômés de l'enseignement supérieur réside dans le manque d'adéquation entre leur cursus de formation et les besoins des entreprises.
Les relations formelles entre les universités et les entreprises sont aussi encore trop peu nombreuses : certaines universités ont commencé à piloter des centres de carrière qui établissent des liens entre les entreprises et les universités «les Bleu» (Bureaux de liaison entreprise-université»), mais ils sont encore petits et leur portée demeure limitée.
C'est la raison pour laquelle plusieurs projets ont été lancés par la tutelle, individuellement ou en collaboration avec des organismes étrangers, à l'effet de contenir cette problématique et réduire, un tant soi peu, le chômage des diplômés universitaires dont la formation ne répond plus aux besoins du marché. Ces projets ont pour objectif de soutenir les universités, notamment le fonctionnement et la mise en place des structures de soutien à l'insertion pertinente et à piloter avec eux un certain nombre d'offres de reconversion ciblées pour les diplômés sans emploi.
Le personnel de l'université sera formé et accompagné sur le soutien à la recherche d'emploi, l'entrepreneuriat, le contact avec les milieux d'affaires, la facilitation des tables rondes avec les employeurs, la réalisation d'études de traçage et le renforcement des stages. Grâce à ces projets, l'ANEM s'attend à améliorer son offre de services en matière de conseil de groupe, de services ciblés pour les chômeurs de longue durée et de renforcer leur base d'information sur le marché du travail.
Les bénéficiaires ultimes de ces projets sont les diplômés de l'enseignement supérieur et les étudiants universitaires, mais l'amélioration de l'information sur le marché du travail et l'orientation académique profitera également aux élèves du secondaire pour prendre des décisions mieux informées sur la formation ou l'éducation à choisir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.