Aouchem, acte 2    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Coronavirus: au moins 5.223.072 morts dans le monde    Déclin du RND et recul du MSP    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    Le PT fustige le gouvernement    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    Le lourd défi des nouveaux élus    «Contre les inégalités et la discrimination»    La FAHB tiendra une AGEX prochainement    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    L'armée saisit plus de 3 quintaux de cannabis    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise libyenne : Les mercenaires russes subissent de lourdes pertes
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2019

L'enlisement de l'offensive de Khalifa Haftar sur Tripoli pousse, selon le site Africa Intelligence, son allié russe à muscler son soutien logistique et militaire.
Dans son offensive contre Tripoli, le maréchal Khalifa Haftar, commandant en chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), ne se fait pas aider uniquement par des mercenaires soudanais.
Il se fait également épauler par des éléments de la société militaire privée russe ChVK Wagner, dirigée par l'homme d'affaires Evgueni Prigojine, présenté comme proche du Kremlin. Meduza, un site web d'enquête indépendant russe, repris par le média Afrique Panorama, a soutenu jeudi que 35 d'entre eux auraient été tués le mois dernier lors d'une attaque aérienne les visant.
Le site web, qui a son siège à l'extérieur de la Russie et qui fait actuellement l'objet d'une enquête par une commission parlementaire russe pour violation des lois russes sur la censure, a cité des sources au sein du groupe Wagner et des anciens combattants russes affirmant que les morts venaient principalement des régions de Krasnodar, Sverdlovsk et Murmansk, en Russie.
Ces mercenaires opèrent-ils dans le théâtre libyen avec le consentement de Moscou ? Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré à la presse russe qu'elle n'avait «aucune information détaillée» et a suggéré de poser des questions au ministère russe de la Défense.
La porte-parole a ensuite rejeté toute idée que les mercenaires soient liés au Kremlin, affirmant qu'il n'y a pas grand-chose que la Russie puisse légalement faire pour empêcher «les citoyens russes privés d'agir comme gardes du corps à l'étranger». «Si les citoyens russes ont des ennuis, nos missions diplomatiques peuvent leur venir en aide», s'est-elle contentée de dire.
Publiquement, la Russie se garde effectivement de prendre partie dans les combats qui font rage en Libye, et privilégie la prudence pour préserver ses intérêts. En coulisses, elle a cependant choisi son camp et mise, selon des experts, sur le maréchal Khalifa Haftar, qui s'est rendu plusieurs fois à Moscou.
Ce soutien est apparu encore plus clair en avril dernier quand la Russie avait bloqué l'adoption d'une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU qui aurait appelé les forces du maréchal libyen Khalifa Haftar à arrêter leur avancée vers Tripoli.
Cela fait six mois que le maréchal Khalifa Haftar a lancé une offensive sur la capitale Tripoli pour renverser le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU. Khalifa Haftar et son armée se sont enlisés au sud de la capitale. Depuis plusieurs semaines, les deux camps procèdent systématiquement aux pilonnages des positions rivales, à l'aide de drones turcs ou émiratis. Mais cela ne change pas la donne.
L'enlisement de l'offensive de Khalifa Haftar sur Tripoli a poussé justement, selon le site Africa Intelligence, son allié russe à muscler son soutien logistique et militaire. Si, soutient-on, la base aérienne de Wattiya n'est nullement passée sous le contrôle de forces russes, contrairement à ce qu'ont avancé plusieurs sources, il reste que Moscou veille à ce que Khalifa Haftar ne manque de rien.
Cette guerre a déjà fait plus de 1000 morts et 2000 blessés. Elle a forcé 120 000 personnes à fuir et a coûté des milliards à la Libye. La communauté internationale, qui a toujours appelé à une solution politique à la crise libyenne, est restée très divisée.
Certains pays se sont directement impliqués à côté de l'un ou l'autre des belligérants, échouant ainsi à faire adopter une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies.
Cet été, Ghassan Salamé, l'envoyé spécial de l'ONU, a proposé un plan de sortie de crise en trois étapes. Ce plan repose sur un cessez-le-feu, l'organisation d'une conférence internationale qui normalement aura lieu à Berlin, puis d'une conférence inter-libyenne qui conduira à un gouvernement d'union nationale. Pour le moment, personne sur le terrain ne semble vouloir faire taire les armes.
L'Union africaine (UA) a réitéré vendredi dans un communiqué sa profonde préoccupation quant à la gravité de la situation actuelle. Le communiqué a été publié par le Conseil de paix et de sécurité du bloc panafricain de 55 membres, au terme de la récente réunion du Conseil consacrée à la situation sécuritaire actuelle en Libye.
Le Conseil a également fait savoir qu'il était convaincu de la nécessité d'une implication effective et urgente de l'UA dans la recherche d'une solution politique durable à la crise en Libye.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.