Le gouvernement entretient le suspense    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Diego maradona s'èteint à 60 ans    "Les malades sont livrés à eux-mêmes"    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Les instructions de Djerad aux walis    L'hommage de Messi à Maradona    Victimes du terrorisme: la législation algérienne peut constituer une référence pour l'ONU    Autodétermination : les Sahraouis en ont assez d'attendre un "mirage" promis par l'ONU    Le président de l'ARAV présente ses condoléances à la famille du moudjahid Saïd Bouhadja    Importance de coordonner les efforts pour la protection des catégories vulnérables    L'ancien ministre Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Arabie saoudite : Khashoggi avait reçu des menaces avant sa mort, selon un ami    Conflit au Tigré : des émissaires africains vont tenter une médiation    Sport / préparation olympique : 34 athlètes perçoivent des subventions du MJS    Attaque contre une station saoudienne: l'Opep fermement attachée à la stabilité du marché pétrolier    Séisme à Skikda : l'Etat disposé à prendre toutes les mesures pour la prise en charge des sinistrés    PORT D'ANNABA : Exportation de 41000 tonnes de clinker vers Haïti et la République Dominicaine    KHENCHELA : Raccordement "prochain" de 450 foyers au réseau de gaz    MASCARA : Deux arrestations et saisie d'hallucinogènes    La RASD appelle l'UA à prendre des mesures plus fermes contre le Maroc    Ligue 1: USMA-ESS, un choc pour lancer la saison    FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    LDC : Le programme de ce mercredi    Un scooter propre et innovant    Yacine Mebarki Condamné à un an de prison    Numérisation en cours    «Nous jouerons le haut du tableau»    La FAF soutiendra le candidat sud-africain    Déjà en phase de modernisation    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les banques publiques difficilement vendables    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Bouira: Assainissement du foncier industriel : 109 lots récupérés    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les arguments de Mouloud Hamrouche
Il refuse d'être candidat à la présidentielle
Publié dans El Watan le 06 - 10 - 2019

«Je dois vous dire que même si je suis élu Président, je ne pourrai rien faire dans les conditions actuelles», déclare celui qui est considéré comme «le père des réformes démocratiques» nées au lendemain des événements d'Octobre 1988. L'ancien chef de gouvernement Mouloud Hamrouche a déclaré qu'il ne peut pas s'avancer avant qu'il y ait un changement réel des conditions.
L'ancien chef de gouvernement (1989-1990), Mouloud Hamrouche, refuse de donner des illusions à ses fans qui le sollicitent ardemment pour prendre part à la prochaine élection présidentielle. Ayant reçu, hier, devant sa maison à Alger, une partie d'entre eux, l'homme n'a pas choisi d'aller par des détours pour leur expliquer qu'il ne sert à rien de prendre part à cette compétition et même de la gagner dans les conditions actuelles.
«Merci beaucoup pour votre initiative et les efforts que vous avez consentis. J'ai souhaité répondre favorablement à votre sollicitation, mais pour cela, il faut dire la vérité. Il ne sert à rien de vendre des chimères, parce que la responsabilité doit être assumée entièrement du début jusqu'à la fin», explique-t-il d'emblée.
Et d'enchaîner : «Vous allez me demander des comptes après. Et je ne pourrai pas vous dire que je n'ai rien pu faire. J'ai toujours dit qu'il faut me demander des comptes en tant que responsable. J'étais le premier à avoir demandé à rendre des comptes, une année après avoir pris la tête du gouvernement.» L'ancien chef de l'Exécutif informe également ses supporters qu'il ne peut pas s'avancer avant qu'il y ait un changement réel des conditions. «Je ne peux pas vous faire une promesse de me porter candidat dès aujourd'hui. S'il y a changement des conditions, peut-être», déclare-t-il. Et face à l'insistance de ses invités du jour, il fait une demi-concession.
«La porte reste ouverte, l'espoir demeure»
«La porte reste ouverte. Elle ne sera jamais fermée. L'espoir demeure toujours. Je suis un militant. Certes, les horizons sont bouchés, mais si l'occasion se présente à moi pour sauver l'Algerie, je le ferai sans hésitation», lance-t-il. Celui qui est qualifié de «père des réformes démocratiques» du début des années 1990 insiste sur la nécessité de dire la vérité sur la situation actuelle. «Ce que je dis n'est pas toute la vérité, mais c'est une partie de celle-ci.
C'est pourquoi je dois vous dire que même si je suis élu Président, je ne pourrai rien faire dans les conditions actuelles. Vous allez à ce moment-là me demander des comptes. Alors, je préfère ne pas vous tromper. Je sais, dès aujourd'hui, ce qui va se passer», déclare-t-il. Poursuivant, Mouloud Hamrouche précise qu'il n'a «jamais abandonné le militantisme». «Même si je suis chez moi, j'écris de temps à autre et j'attire l'attention (des dirigeants) parfois. Je le fais même indirectement», souligne-t-il. L'ancien candidat à la présidentielle de 1999, avant de se retirer en compagnie de cinq autres prétendants, estime que le hirak du 22 Février a donné l'occasion d'ouvrir une nouvelle page pour l'édification d'une nouvelle Algérie.
«Le peuple sorti le 22 février dernier nous a donné une occasion, comme il a donné une chance au régime et à l'Etat pour tourner la page de 30 ans de terrorisme et de corruption. C'est une opportunité pour tourner la page et construire un nouvel Etat», souligne-t-il. Selon lui, il y a présentement «un projet qui s'appelle l'Etat algérien». «Malheureusement, dans les conditions actuelles, je vous mentirais si je vous dis que je vais réaliser ce projet. Je dis cela pour que les choses soient claires», indique-t-il, en précisant : «Je n'ai pas l'habitude de jouer à l'hypocrisie et de mentir aux gens.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.