Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il rejoint l'action entamée par les autres détenus : Bouregaâ en grève de la faim
Publié dans El Watan le 08 - 10 - 2019

Détenu politique, le moudjahid, commandant de la Wilaya IV historique, Lakhdar Bouregaâ, 86 ans, entame à son tour une grève de la faim. Il vient de rejoindre l'action entamée, depuis vendredi dernier, par des dizaines de détenus d'opinion qui contestent leur maintien injuste en détention à la prison d'El Harrach.
Intervenant lors d'une conférence de presse organisée par la LADDH au siège de l'association SOS Disparus et animée par plusieurs avocats, Me Nabila Smail ne cache pas son inquiétude pour la santé de l'homme très âgé et pour celle de tous les détenus.
Le commandant de la Wilaya IV historique et détenu politique, le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, 86 ans, entame à son tour une grève de la faim. Il vient de rejoindre l'action entamée, depuis vendredi dernier, par des dizaines de détenus d'opinion, qui contestent leur maintien injuste en détention à la prison d'El Harrach.
C'est ce qu'a confirmé, hier, Me Nabila Smail, avocate du barreau de Tizi Ouzou et membre du collectif de défense de Lakhdar Bouregaâ et de tous les détenus. «Nous avons tout fait pour dissuader les détenus d'entamer cette action, car le régime n'est pas dérangé par les morts.
Nous avons déjà vu le cas de Kamel Eddine Fekhar. Le régime est plutôt dérangé par notre militantisme. De plus, les conditions de détention ne sont pas bonnes et la prise en charge médicale laisse à désirer. Mais les détenus étaient déterminés. Et ils viennent d'être rejoints par le moudjahid Lakhdar Bouregaâ», affirme-t-elle.
Intervenant lors d'une conférence de presse organisée par la LADDH, au siège de l'association SOS Disparus, et animée par plusieurs avocats, dont Mustapha Bouchachi, Noureddine Benissad, Aïssa Rahmoune, Noureddine Ahmine et Abdelghani Badi, l'avocate ne cache pas son inquiétude pour la santé de l'homme très âgé et pour celle de tous les détenus.
Me Nabila Smail et tous les avocats dénoncent aussi l'attitude des juges chargés du dossier de Lakhdar Bouregaâ qui traînent pour entamer l'instruction. «Ils ont rejeté deux demandes de liberté provisoire, dont la dernière date du 27 août. Pis encore, aucune instruction n'a été faite», déplore-t-elle.
Pour Abdelghani Badi, le maintien en détention de Lakhdar Bouregaâ, Karim Tabbou, Samir Belarbi, Fodil Boumala et de tous les détenus «sous le prétexte de l'instruction» est incompréhensible.
«On se demande à quel résultat le juge d'instruction pourrait arriver avec cette instruction ? Il n'y aura rien, à part la déclaration de Bouregaâ et des autres détenus. On recourt à l'instruction, lorsqu'il y a des affaires complexes dans lesquelles il y a des témoins et d'autres parties», affirme Me Badi.
Pour rappel, le moudjahid Lakhdar Bouregaâ a été arrêté, le 29 juin dernier, par des agents en civil qui se sont présentés à son domicile à Alger. Après plusieurs heures passées chez les services de sécurité, l'homme a été présenté devant le procureur près le tribunal de Bir Mourad Raïs qui a décidé de le placer sous mandat de dépôt pour «atteinte au moral de l'armée».
Il est poursuivi surtout pour ses déclarations faites à l'occasion de la réunion des Forces de l'alternative démocratique, tenue le 26 juin dernier, au siège du RCD.
En plus de son incarcération, Lakhdar Bouregaâ a fait aussi l'objet d'une campagne de dénigrement menée par des officines occultes et exécutées, particulièrement, par la chaîne de télévision publique, l'EPTV, qui l'a accusé «d'usurpation de personnalité». Il a fallu l'intervention de l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM) et de la Fondation de la Wilaya IV historique pour mettre fin à cette campagne abjecte et rétablir la vérité sur le passé de baroudeur du moudjahid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.