El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une belle exploration dans une œuvre majeure
Hommage à la poésie d'aimé césaire à l'institut français de Constantine
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2019

Le public de l'Institut français de Constantine a eu une belle «opportunité culturelle» pour apprendre à connaître et surtout apprécier à sa juste valeur le grand poète français d'origine martiniquaise, Aimé Césaire (1913-2008), très célèbre par ses riches textes poétiques, bien méconnus par bon nombre d'Algériens. La lecture-concert inédite intitulée Debout dans les cordages, présentée mardi dernier, n'a laissé personne indifférent.
Ce spectacle, qui se décline comme une interprétation musicale libre, improvisée et contemporaine d'extraits de textes d'Aimé Césaire tirés de son œuvre phare Cahier d'un retour au pays natal avait les allures d'un événement culturel d'une grande originalité avec cette particularité de présenter un poème d'une manière nouvelle, innovante et qui avait surtout les atouts de capter l'attention d'un public resté accroché jusqu'à la fin. Ceux qui ont raté ce concert devront bien le regretter.
Le mérite revient à ce groupe qui a révélé une grande maîtrise des instruments grâce à une prestation époustouflante de Serge Teyssot-Gay à la guitare électrique, Cyril Bilbeaud à la batterie, mais surtout l'interprétation remarquable des poèmes par le rappeur Marc Nammour.
Une façon bien à lui de mettre en scène des paroles pleines de révolte et de colère contre l'oppression des noirs par le système colonial français. Bien que représenté plus d'une trentaine de fois depuis sa création en 2013, Debout dans les cordages, qui ne ressemble à aucun autre spectacle de la même veine, reste marqué par l'improvisation qui lui donne toute sa valeur esthétique. Le succès a toujours été présent.
Cet hommage demeure surtout particulier pour ce grand poète dramaturge et essayiste qu'est Aimé Césaire, fondateur du mouvement littéraire de la négritude et figure importante de la vie intellectuelle française d'après-guerre. Entamée en 1936, son œuvre Cahier d'un retour au pays natal, parue en 1939, est considérée comme l'un des points de départ du mouvement littéraire de la négritude.
Parmi les extraites de textes variant entre la prose et la poésie, choisis par Marc Nammour, on sent que chaque vers est un cri de colère et de révolte de «ces hommes qui se voient retirer leur humanité». «Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir», écrivait Césaire.
On découvre surtout ces vers d'une grande force humaniste et anti-raciste : (les nègres-sont-tous-les-mêmes, je-vous-le-dis les vices-tous-les-vices, c'est-moi-qui-vous-le-dis, l'odeur-du-nègre, ça-fait-pousser-la-canne rappelez-vous-le-vieux-dicton : battre-un-nègre, c'est le nourrir). Le poète clamera dans ses cahiers : «Ma négritude n'est pas une pierre, sa surdité ruée contre la clameur du jour, ma négritude n'est pas une taie d'eau morte sur l'œil mort de la terre, ma négritude n'est ni une tour ni une cathédrale».
La lecture-concert très appréciée par le public constantinois a été une belle expédition dans l'œuvre d'un poète qui demeure encore méconnu en Algérie. Présent pour la première fois à Constantine, Marc Nammour a insisté à échanger ses idées avec les présents à la fin du spectacle.
«Cette lecture-concert est notre façon de rendre hommage à ce grand poète ; c'est une œuvre particulière qui mérite une interprétation à la hauteur de sa portée humaniste et révolutionnaire, surtout qu'elle porte cette force de rébellion contre l'oppression coloniale subite par ce qu'on appelait les nègres ; c'est une poésie qui demeure toujours vivante et d'actualité qu'on a fait remettre au goût du jour», a-t-il expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.