La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un livre pour arpenter Alger en compagnie de Camus
Alger, sur les pas de Camus et de ses amis, paru aux éditions Arak
Publié dans El Watan le 14 - 11 - 2019

Alger, ville mythique, grouille de fantômes l Pour celui qui sait voir, il est possible d'apercevoir la silhouette d'Albert Camus, drapée d'un imperméable, cheveux gominés et cigarette à la bouche, labourer l'avenue de Belouizdad, monter les escaliers du Télemely ou traverser les venelles de Bab El Oued.
L'ouvrage Alger sur les pas de Camus et de ses amis, réalisé par deux fins connaisseurs de l'écrivain, Christian Phéline et Agnès Spiquel, paru aux éditions Arak, propose de nous aider à mieux le voir.
A travers une scrupuleuse enquête des lieux algérois autrefois fréquentés par l'écrivain nobélisé, se basant sur les écrits de l'auteur et de ses amis, les articles des journaux algérois et de la presse militante ainsi qu'à travers les souvenirs de témoins directs ou indirects, les auteurs nous proposent de suivre l'écrivain, au cours de ses pérégrinations algéroises, à différentes époques, de sa modeste enfance belcourtoise jusqu'aux passions bouillonnantes de sa jeunesse ainsi que ses premiers engagements.
Le vade-mecum étonne par la précision topographique et l'exactitude toponymique (que ce soit les anciennes ou les nouvelles appellations). Les auteurs répertorient, en tout et pour tout, cent-quarante endroits que les habitants et les visiteurs ont dû parcourir mille fois sans, peut-être, prendre véritablement le temps de les regarder. Le livre invite à la redécouverte de la ville, en remontant le temps, et plongeant dans un autre Alger : celui des militants communistes, des éditeurs et des poètes.
La poursuite de Camus à Alger commence – toujours et quel que soit le circuit- par les escaliers de la Grande-Poste, haut-lieu des manifestations pacifiques, aujourd'hui fermés au public. Le fait est qu'Albert Camus y a travaillé quelques étés, durant son adolescence, y déposant le courrier. Les auteurs proposent ainsi d'aller du côté du Champs-de-Manœuvre où le jeune Albert s'essaie très tôt au football avec «une simple balle en chiffon». Puis continuer jusqu'à la rue Belouizdad, où l'auteur a passé son enfance.
Continuer ce jeu de pistes jusqu'au n°93 de la même rue. C'est là, estiment Christian Phéline et Agnès Spiquel, qu'il y a la chambre de Meursault, telle que décrite dans L'Etranger. Le réalisateur italien, Luchino Visconti, l'a situé, dans son adaptation de L'Etranger, non loin de là au n°124. C'est la raison pour laquelle cette adresse est souvent donnée comme étant l'adresse de l'écrivain et de sa famille.
C'est aussi dans ce quartier ouvrier que se succédaient les réunions politiques auxquelles Camus prenait part durant les années 1930 et qui se tenaient dans les brasseries, les cafés ou les cinémas, notamment Le Mondial, aujourd'hui transformé en salle des fêtes, Le Musset (aujourd'hui détruit mais dont subsiste son long bar en mosaïque, notent les auteurs) ou encore le cinéma Stella (aujourd'hui détruit et dont l'emplacement sert aujourd'hui de parking). Puis, notent les guides, remonter plus haut vers la rue Hamani (ex-Charras) pour constater à quel point la minuscule librairie Les vraies richesses, créée par l'éditeur et ami de l'auteur, Edmond Charlot en 1936, n'a guère changé (devenue aujourd'hui une bibliothèque publique).
Non loin de là, à la rue Didouche Mourad, à la Brasserie des facultés (existant toujours), Camus aimait à y admirer la beauté des jeunes Algéroises, arpentant la rue «chaussées de sandales, vêtues d'étoffes légères et de couleurs vives». Si vous décidez d'emprunter la rue Larbi Ben M'hidi (ex-rue d'Isly), prenez la rue Colonel Haou (ex-rue Génral Morris), puis sur la droite la rue Harriched Ali (ancienne rue Mogador) où se trouvait l'imprimerie Heintz, siège de la rédaction de la revue Terrasses qui ne connaîtra qu'un numéro (juin 1953) avec des textes de Camus mais aussi de Mohamed Dib et Kateb Yacine.
Camus et ses amis de jeunesse avaient pour habitude de se retrouver chez Cassar (au n° 3-4 de la rampe de la Pêcherie), ou au restaurant oriental musulman tenu par Lamine Debaghine (père du dirigeant FLN) pour un couscous.
Mais le lycée Emir Abdelkader (ex-Grand Lycée dans lequel l'écrivain a suivi ses cours secondaires) est peut-être l'un des rares lieux algérois où une plaque commémorative évoque le passage du prix Nobel de littérature entre ses murs. Quel que soit notre sentiment vis-à-vis de l'écrivain français, qui continue à déchaîner les passions, ce guide, paru aux éditions Arak, permet de découvrir une autre facette de la ville blanche et peut-être de mieux comprendre Alger. Un livre à lire devant les sites décrits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.