Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Coronavirus: le Président Tebboune ordonne le rapatriement immédiat des Algériens établis à Wuhan    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger: récupération d'un montant volé de 1,9 milliard de centimes et 34.000 euros    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    11 harraga interceptés au large d'Oran    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2019

Pour le deuxième jour consécutif, la grève générale a maintenu Béjaïa dans la paralysie. Les commerces ont gardé rideaux fermés après avoir rouvert à la fin de la première journée à 17h, comme convenu, permettant à la population de s'approvisionner. Les administrations et les entreprises économiques ont également continué à chômer.
Les échos parvenant des différentes communes montrent une wilaya «morte». Les boulangeries qui ouvrent chaque matin subissent une pression que nous avons observée hier. De longues files de citoyens se sont formées pour se procurer du pain pour la journée, voire pour le lendemain. La pression est aussi constatée devant certaines stations d'essence qui sont prises d'assaut par les automobilistes cherchant à faire le plein de carburant.
Après 17h, la vie reprend son cours, plus ou moins normalement, au niveau des commerces qui adhèrent au mot d'ordre selon des modalités qui limitent les horaires de fermeture. «Tant que nous ouvrons après 17h, faire la grève même pour un mois ne me dérange nullement», nous confie le propriétaire d'une boutique d'alimentation générale sur la route de la Crête.
Les modalités pratiques qui autorisent cette ouverture partielle et épargnent certains secteurs – comme celui de la santé, dont toutes les structures ont travaillé – ont quelque peu limité les conséquences de cette grève sur le quotidien des citoyens. Ceci n'a pas, pour autant, contenté ceux qui n'y adhèrent pas, considérant inefficace une action à caractère régional ou parce qu'intervenant dans cette période inappropriée, à la veille de l'élection.
Cela dit, les partisans de cette grève générale semblent constituer une majorité, convaincue que cette forme de mobilisation est une façon d'accentuer la pression sur les tenants du pouvoir avant le fatidique 12 décembre. C'est dans cette logique et avec l'état d'esprit de citoyens pleinement résolus que des milliers de citoyens ont marché hier, à travers plusieurs villes de la wilaya où l'on a crié «Oulach l'vot (pas de vote). A Béjaïa-Ville, des centaines de personnes se sont regroupées de nouveau sur l'esplanade de la Maison de la culture et ont entamé une marche sous un ciel clément, contrairement aux trombes de pluie qu'ils ont bravées la veille.
Dans le ciel, un hélicoptère n'a pas cessé de tourner à basse altitude. Revenant chaque matin depuis quelques jours, l'engin bourdonnant installe dans le périmètre de la ville des bruits qui agacent les habitants. «Ça devient énervant à la longue», commente un habitant de Sidi Ahmed.
La mobilisation était au rendez-vous hier et devient quotidienne pendant toute cette semaine. On a manifesté à Timezrit à travers une marche qui a conduit une procession humaine à se rassembler devant le siège de la daïra pour signifier le refus de la population à cautionner le scrutin de ce jeudi.
On a marché aussi à Akbou et à Ouzellaguen avec la même résignation qui a régné lors de précédentes manifestations de rue répétées dans ces deux villes de la vallée de la Soummam. Il ne se passe plus un jour sans qu'il une marche, voire plusieurs, qui font sortir des centaines de citoyens dans la rue comme cela a été aussi le cas la veille à Tazmalt et At Djellil. Celle d'aujourd'hui promet d'être importante. Etudiants, travailleurs de divers secteurs, avocats, citoyens lambda inonderont la rue en cette journée qui risque d'être pluvieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.