Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Covid19: le nombre de cas confirmés en Algérie atteint 1171, 105 décès    Tipasa-Covid19: fin de quarantaine pour 153 personnes isolées au complexe la Corne d'Or    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Un fonctionnaire du CHU Benbadis placé sous mandat de dépôt    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Mines antipersonnel-frontière Est: séquelles physiques et psychologiques omniprésentes 58 ans après l'indépendance    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Secousse tellurique de 3,2 degrés dans la wilaya de Batna    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Covid-19: fermeture, dès vendredi, du marché quotidien de Réghaia    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    Inter : Lukaku s'énerve sur les réseaux sociaux    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Man United : Solskjaer fait une demandes aux épouses des joueurs    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Vers une plus forte chute de la demande    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Se mettre à nouvelle école, retrouver le chemin du monde    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Covid-19: Les assurances de Tebboune    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    846 cas confirmés et 14 nouveaux décès en Algérie    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2020

Comment contrer l'extrémisme islamiste sans dire toucher à l'islam ? Le pouvoir français annonce des lignes rouges.
Il n'y aura plus aucun imam dépêché par les principaux pays d'origine des musulmans de France : Algérie, Maroc, Turquie. Actuellement, ils sont 300 (150 pour l'Algérie), renouvelés régulièrement (pour quelque 2500 lieux de culte). Ils sont détachés et payés par leur Etat. Il n'y aura pas non plus de «psalmodieurs» détachés pour la période du Ramadhan.
En outre, il n'y aura également plus d'enseignants de langue arabe venus de ces pays pour les écoles dans le dispositif européen Enseignement de langue et de culture d'origine (ELCO) qui concerne aussi des pays non musulmans comme la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la Serbie.
Un nouveau dispositif, déjà étudié sous la présidence Hollande, sera mis en place. Pour l'instant, Elco ne touche que 80 000 élèves par an ! Mais est-ce là un nid d'islamisme ?
Un syndicaliste sur France info relativise : «Les enseignants Elco reçoivent un agrément de l'Education nationale, sont membres de l'équipe pédagogique et (…) le directeur d'école doit s'assurer que les enseignements Elco entrent dans le cadre du socle commun.»
Ces mesures censées contrecarrer l'islamisme ont été annoncées la semaine dernière dans un quartier de Mulhouse par le président Emmanuel Macron. Il inaugurait là une nouvelle phase de son quinquennat sous le signe fort que «l'islam politique n'a pas sa place» en France.
Pourtant, a-t-il indiqué, «faire un plan contre l'islam serait une faute profonde (…) il ne s'agit pas de stigmatiser quelque religion.»
Le CFCM renforcé comme représentant de l'islam de France
Le Président français a cependant repris à son compte des termes qui courent dans les médias depuis quelques années sans qu'on connaisse réellement l'ampleur de ces phénomènes : «Dans la République, on ne peut pas accepter qu'on refuse de serrer la main à une femme parce qu'elle est femme ; dans la République, on ne peut pas accepter que quelqu'un refuse d'être soigné ou éduqué par quelqu'un ; dans la République, on ne peut pas accepter la déscolarisation ; dans la République, on ne peut pas exiger des certificats de virginité pour se marier ; dans la République, on ne doit jamais accepter que les lois de la religion puissent être supérieures aux lois de la République, c'est aussi simple que ça.»
Dans sa volonté de ne pas stigmatiser les populations immigrées de culture musulmane, le président Macron a préféré employer le terme de séparatisme.
Le ministre de l'Intérieur chargé des cultes, Christophe Castaner, a précisé les contours de ce mot dans un entretien accordé au quotidien La Provence : «Le séparatisme islamiste, c'est le rejet de nos lois, le refus de nos valeurs, la haine de la République.
C'est l'affirmation que la loi de Dieu serait supérieure à celle de la République. Il est, hélas, souvent le fruit d'un échec, quand la République a manqué à sa mission de protection de tous. Le séparatisme est un péril : nous le combattrons de toutes nos forces.»
Contre ce fléau, le gouvernement français entend mettre à contribution le Conseil français du culte musulman (CFCM), renforcé dans son rôle initial (jamais réellement assumé pleinement !) de représentant actif de «l'islam de France». Il devra notamment se charger de la formation d'imams «made in France» et proposer un plan d'action.
Malgré les échecs passés et en dépit du peu de représentativité effective de son institution dans la diversité inextricable des associations et fédérations musulmanes, l'actuel président du CFCM pour deux ans, le Marocain Mohamed Moussaoui, croit pouvoir écrire dans une contribution au Monde qu'il est «d'une nécessité absolue que la République reconquière ces territoires pour le bien de tous les citoyens, à commencer par les musulmans qui sont les premières victimes de ce séparatisme.
Les institutions religieuses doivent promouvoir les valeurs communes, à même de prévenir toute séparation ou division dans notre société».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.