Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Une fatalité ou un choix de facilité ?    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Témouchent, futur pôle viticole intégré ?
Publié dans El Watan le 17 - 07 - 2010

Pour sauver la prochaine campagne vendanges du péril qui la menace, les producteurs et la Viticoop ont instamment demandé à l'ONCV de faire connaître ses prix à l'achat, de façon à s'attirer l'essentiel de la production et ainsi faire barrage aux transformateurs privés, qui sont, eux, accusés d'être mus par une logique purement spéculative.
En réponse, l'opérateur public, relayé par le responsable de l'ITAF, a proposé une toute autre démarche excluant le court terme et visant une nouvelle dynamique en synergie avec tous les acteurs de la filière. Cette approche basée sur un partenariat, qualifié de gagnant-gagnant, devrait profiter à la filière dans son ensemble ainsi qu'à une professionnalisation qui lui fait grandement défaut. Ainsi, l'intervenant s'est engagé à rétribuer au meilleur prix le quintal de raisin, mais encore de présenter en fin d'année son bilan financier aux représentants des viticulteurs, en faisant ressortir les bénéfices réalisés par l'office. La plus-value, a-t-il assuré, sera reversée sous forme d'une ristourne aux viticulteurs.
Néanmoins, cette dernière consistera en des programmes d'investissement au profit de tous les secteurs de la filière et pas seulement au seul segment vin. De la sorte, la diversification prônée touchera la production du raisin sec, du jus de raisin, du vinaigre et la valorisation des sous-produits du raisin (marc, lie) par leur transformation en alcool et produit de beauté. A cet égard, il a été affirmé que l'ONCV disposait des fonds nécessaires pour cette nouvelle approche sachant qu' annuellement à l'export, il engrange une moyenne de 200 millions d'euros.
Concernant le vin, les programmes de développement viseront l'amélioration de la qualité par des actions en amont, au niveau de l'agriculteur, comme en aval, par l'injection d'équipements appropriés ainsi que par la formation et le recyclage « Le vin de consommation courante (VCC) est cédé en vrac sur le marché mondial à l'équivalent de 25 DA le litre, ce qui, avec l'importation menace directement la viticulture algérienne qui en produit en grandes quantités et pour bien plus cher. Pire, il existe un excédent estimé à 90 millions d'hectolitres de VCC sur le marché mondial. Alors, si nous voulons maintenir la filière et arracher une meilleure part sur le marché à l'export, il est impératif de cibler la qualité », a déclaré l'orateur. Les deux intervenants ont, par ailleurs, expliqué qu'à la faveur de la meilleure visibilité en matière de politique viticole, en raison de la nouvelle approche en termes de filières introduites par le ministère, il est possible d'ériger Aïn Témouchent en pôle viticole intégré avec tous les avantages liés à ce statut. Hormis l'intérêt évident qu'ont suscité les propos des deux PDG, aucun engagement n'a été pris.
La question qui se pose est de savoir quel sort va connaître la nouvelle démarche proposée en l'absence de l'implication des pouvoirs publics ? une démarche non plus commerciale où ceux-ci n'ont pas à intervenir, mais une véritable politique de relance. Quel sort va-t-elle subir, sachant que la Chambre d'agriculture prépare une rencontre le 29 juillet entre les représentants des viticulteurs, la Viticoop et les transformateurs privés ? Quelle en sera l'issue alors que ces derniers ne vont pas demeurer les bras croisés face à ce qui menace leur démarche, jusque-là basée sur la spéculation ? Quelle issue sachant que, dix jours plus tard, les vendanges commenceront en zone précoce ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.