Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Fraudeurs sur ordonnance    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Souvenirs, souvenirs...    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Journée d'étude sur l'œuvre de Mohamed Dib
Elle aura lieu à Larbaâ Nath Irathen le 28 mars
Publié dans El Watan le 17 - 03 - 2020

L'objectif de cette rencontre, selon les organisateurs, est de lutter contre l'oubli et de perpétuer l'œuvre majeure de l'un des précurseurs de la littérature maghrébine.
Une Journée d'étude portant sur l'œuvre du romancier Mohamed Dib aura lieu le 28 mars prochain à la bibliothèque communale de Larbaâ Nath Irathen, apprend-on des organisateurs. L'initiative émane de l'animateur du café littéraire et philosophique de Tizi Ouzou Malek Amirouche, en collaboration avec l'APC.
Les communicants Nadjet Khadda, Aziz Namane, Daoudi Samia, Sabeha Benmansour et Djoher Amhis aborderont le thème «La quête du sens et le sens le la quête dans l'œuvre de Mohammed Dib». Malek Amirouche, également responsable de l'Etablissement d'organisation de manifestations culturelles, économiques et scientifiques (Emev) déclare : «On a tenu plusieurs rencontres pour célébrer les grandes personnalités du monde de la culture et les figures emblématiques de la littérature algérienne.
Après Slimane Azem, Cheikh Nourdine, Djoher Amhis, Mouloud Mammeri, Amar Ou Saïd Boulifa, Mouloud Feraoun,Si Mohand Oulhoucine Sahnouni, Assia Djebar, on évoquera cette fois-ci l'un des précurseurs de la littérature maghrébine, en l'occurrence Mohamed Dib.»
Cela contribuera à lutter contre l'oubli et à perpétuer l'œuvre majeure de l'auteur de La grande maison, ajoutera-il. «A travers l'organisation de cette manifestation littéraire, l'EMEV vise à sortir les rencontres scientifiques des enceintes universitaires et permettre au large public des régions éloignées des grandes villes de connaître un peu plus pour certains et pour d'autres découvrir l'immense oeuvre léguée par Mohamed Dib.
Ainsi, nous espérons participer activement à la création de nouvelles traditions nécessaires pour l'épanouissement de la société», poursuit-il.
Dans l'argumentaire accompagnant le programme de cette rencontre, les organisateurs relèvent que Mohammed Dib (1920-2003) est l'un des écrivains les plus éminents de la littérature maghrébine de langue française, ajoutant que son œuvre ayant traversé l'histoire de cette littérature occupe une place particulière et importante.
«Sa prophétique trilogie algérienne (La Grande Maison ; L'Incendie ; Le Métier à tisser) demeure un classique de la littérature réaliste qui témoigne de l'engagement de l'auteur à écrire et peindre la situation du colonisé et secouer son peuple, et la nécessité de dire sa nation, de composer la phase qui exprime le peuple, de se faire le porte-parole d'une nouvelle réalité en actes (Frantz Fanon, Les Damnés de la terre, 1961, p. 154)».
L'œuvre de Dib évolue progressivement et emprunte les voies de l'écriture expérimentale, donnant une place privilégiée aux jeux de l'imaginaire (surréalisme, symbolisme, mythologie) pour aboutir à partir des années 1980 à une écriture onirique méditative, centrée sur la quête de soi, du sens, l'exil, l'errance perpétuelle et les aléas de la condition humaine, décortiquent les rédacteurs du document.
Pour eux, il résulte de tout cela que Dib manifeste dans ses textes son désir continuel de repousser ses propres limites.
Tout le défi réside, selon Nadjet Khedda, dans «l'approfondissement infatigable du même sillon, si personnel, de la quête du sens et de la construction d'un univers personnel, remplaçable par aucun autre et dans le perpétuel renouvellement de la forme, toujours imprévisible» (Nadjet Khedda, Mohammed Dib, le Tlemcénien, Horizons Maghrébins, 1999, p. 11), lit-on plus loin.
«La réussite de ce grand défi s'impose dans l'esprit de tout lecteur avisé, sur un demi-siècle d'un travail continu et controversé.
Le travail de Dib caractérisé par une écriture romanesque imprégnée de poésie, allant de l'esthétique à l'éthique, s'offre au lecteur, à travers une quarantaine d'ouvrages dont les thématiques sont riches et diversifiées et ont évolué au gré de ses rencontres, ses explorations de l'homme, ses visions sur la vie et le monde complexe qui nous entourent.»
Cette écriture se veut une quête de l'identité, de la parole, de la voix (voie), de l'histoire, de soi, de l'autre, de l'enfance, de l'exil, de la littérature, de l'art, a-t-on noté.
Par cette journée d'étude, ses initiateurs entendent rendre hommage à Mohammed Dib, «l'un des fondateurs du roman algérien, qui a libéré et apprivoisé son écriture au profit de sa personne, son imaginaire, ses convictions et expériences».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.