Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya d'Alger    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    FAF : Contenu de la mise au point    MOB : Bennai saisit la justice    Championnat d'Espagne : Zidane ne souhaite pas un éventuel départ de Messi du Barça    Refonte du système et de la politique nationale de santé en Algérie : Quelques questions à l'ordre du jour    Epidémie du coronavirus à El Tarf : El Kala redoute l'éclosion d'un foyer cet été    On vous le dit    L'Algérie rapatrie les crânes de 24 de ses résistants à la colonisation française    La récupération des ossements et crânes de chouhada confère au 58e anniversaire de l'indépendance et de la jeunesse un cachet spécial et singulier    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    Squat des terrasses d'immeubles au centre-ville: Démolition d'une construction illicite à la rue Larbi Ben M'hidi    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    "25 à 30% des cas confirmés à la Covid-19 sont d'origine familiale"    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya
HOMMAGE AU CHANTEUR KABYLE IDIR
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2020

Tu es parti. Tu es parti finalement a Hamid. Au printemps. Tu as choisi cette saison, le moment où ta Kabylie bien-aimée se pare de toutes les couleurs, où le retour des oiseaux, le ruissellement des eaux du Djurdjura et les parterres de fleurs semblent cette fois offrir un dernier hommage à l'enfant de l'exil.
Tu es parti. Au royaume de Massinissa, de Jugurtha, de Koceila, de Dihya et des seigneurs d'antan. Tu nous as quittés pour les rejoindre. En silence. Wa hamid, ton combat a été long, douloureux. Tu as chanté par la force de tes entrailles, dans des mots que toi seul as trouvés dans le répertoire kabyle ancestral. Tu as su fouiller dans les décombres de notre Histoire et ressusciter les racines tombées depuis longtemps dans l'oubli. Tu as célébré mieux que quiconque ce qu'il y a de vrai, de généreux et d'immortel pour perpétuer la mémoire.
Et tes chansons imagées mettent en scène, dans chacune d'elles, la trame de notre culture. Dans la clameur des montagnes assoiffées de liberté confisquée, d'identité bafouée, ta voix douce sort de tous les murs, comme un hymne dans ces villages fièrement suspendus aux sommets de cette terre offensée. Elle a réveillé tant et tant de consciences égarées.
Tu as choisi très tôt le chemin de la poésie, couronnée par une musique que tu es allé chercher dans les profondeurs d'un patrimoine tout aussi perdu. Tu es parti dans la discrétion, tout comme ta vie a été empreinte de modestie, de simplicité et de cœur. Que n'as-tu attendu un peu Hamid, pour porter la bonne nouvelle au royaume des cieux ?
Le sort en a décidé autrement
En ce dimanche de mai, le peuple kabyle te pleure, Idir. Celui des montagnes, des villes, de l'exil et au-delà. Décidément, la Nature s'acharne sur ce peuple déjà endeuillé par ton disciple Lounès, dont le fracas du verbe faisait trembler les âmes des sinistres défenseurs de l'arabo-islamisme imposteur.
Du village d'Aït Lahcène à Alger, des Pères Blancs d'Aït Larbaâ au lycée Bugeaud, ta vie a été forgée par les tristes épisodes d'abus et d'injustices, et un jour tu as enfanté les chants de la douleur : Ay azwaw s umendilawragh, a vava inuva, yugurten, ont voyagé au-delà des mers avant toi, pour répandre le nom de la Kabylie soigneusement effacé par la cruauté des oppresseurs.
Tu as été le précurseur de l'espoir pour un peuple interdit d'être. D'innombrables pays ont entendu, grâce à toi, ta poésie et ta musique et les mots magiques de Kabyles et de Kabylie. Ton œuvre les a déterrés de l'oubli. Tu as été une étoile, Idir. Sur la route de la Kabylie vers son destin, cette étoile brillera jusqu'à la fin des temps. Repose en paix, Idir. Va rejoindre désormais les Seigneurs dont tu es, à la Tribune de l'histoire berbère.
Par Mohamed d'Aït Saïd


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.