LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    L'ANPT lance des essais de la Pré-5G avec ZTE    LG reporte ses actions face à la Covid-19    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Du Coran de Saddam à la Bible de Trump    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya d'Alger    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    FAF : Contenu de la mise au point    Championnat d'Espagne : Zidane ne souhaite pas un éventuel départ de Messi du Barça    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Refonte du système et de la politique nationale de santé en Algérie : Quelques questions à l'ordre du jour    Epidémie du coronavirus à El Tarf : El Kala redoute l'éclosion d'un foyer cet été    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    L'Algérie rapatrie les crânes de 24 de ses résistants à la colonisation française    La récupération des ossements et crânes de chouhada confère au 58e anniversaire de l'indépendance et de la jeunesse un cachet spécial et singulier    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Squat des terrasses d'immeubles au centre-ville: Démolition d'une construction illicite à la rue Larbi Ben M'hidi    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    "25 à 30% des cas confirmés à la Covid-19 sont d'origine familiale"    l'Algérie a honoré sa dette    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La détente est nécessaire et possible
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2020

Le climat politique est empoisonné par la question des détenus d'opinion. Si elle ne date pas d'aujourd'hui, elle a connu, ces derniers temps, une dimension inquiétante. Des dizaines de militants et d'activistes du hirak sont en détention.
Et si de temps à autre apparaît un progrès, comme la libération toute récente de Abdelouahab Fersaoui et Ibrahim Daoudji, il est vite remis en cause par l'arrestation d'autres contestataires accompagnée d'intimidations, la toute dernière étant la traduction prochaine du président du Club des magistrats devant le Conseil supérieur de la magistrature.
Le Club des magistrats redoute la sanction «d'un juge exemplaire, ce qui reviendrait à »sanctionner » tous les magistrats honnêtes et défenseurs des valeurs de la justice». Qu'est-ce donc qui coince en haut lieu pour que cette question ne trouve pas de solution juste et définitive ? Difficile à dire en l'absence de données fiables et l'on suppose qu'il n'y a pas de consensus au niveau des sphères dirigeantes.
En d'autres termes, entre le politique, le sécuritaire et le judiciaire, on n'arrive pas à dépasser cette question de l'emprisonnement pour délit d'opinion pour aller vers une véritable politique de détente avec la société, seule à même de décrisper le climat général.
Car il faut dire que l'impact sur la société – qui a engendré le hirak – est lourd, en totale contradiction avec la nouvelle marche de l'histoire dans le pays qui, dès le 22 février 2019, devait conduire l'Algérie vers une rupture totale avec le passé et l'édification d'une nouvelle République. Dans la dynamique créée par la chute du clan Bouteflika, il était attendu une restitution des libertés spoliées des décennies durant à la société algérienne. Cette restitution reste encore à réaliser.
C'est de nouveau la tâche du pouvoir issu des élections du 12 décembre dernier, les autorités de transition ne l'ayant pas réalisée. A la décharge des dirigeants actuels, l'apparition du virus corona dans le pays a fait reléguer au second plan les affaires politiques. Ajouté à cela l'effondrement des cours du pétrole sur les marchés mondiaux qui a aggravé une situation économique déjà lourdement affectée par la paralysie de la plupart des activités productives du fait de la propagation de l'épidémie.
En rendant publique la mouture de la révision constitutionnelle, les autorités espéraient offrir un nouvel horizon politique, mais il manquait ce geste essentiel qui est la mise en place d'un vaste plan de libération des détenus d'opinion. Viendra-t-il après la fin du Ramadhan ? C'est le vœu de l'ensemble des acteurs politiques et bien sûr de l'opinion publique qui aimerait qu'il n'y ait plus d'atteinte aux libertés et surtout passer à autre chose.
Et la meilleure arme pour affronter les lancinants défis qui attendent le pays est un front de tous les Algériens, une sorte d'union sacrée pour que la nation se relève. C'est possible, car il s'agit de l'amour de la patrie. Aucun Algérien n'aimerait la voir sombrer dans le chaos.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.