Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunis : Pourquoi le président Saïed a choisi de se rendre en France
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2020

Il a fallu plus de huit mois au président tunisien, Kaïs Saïed, pour décider d'aller à Paris, malgré le travail d'approche soutenu de l'ambassadeur français, Olivier Poivre d'Arvor.
La récente motion parlementaire de demande d'excuses par la France pour ses crimes coloniaux, quoique rejetée, est peut-être pour quelque chose dans l'accélération de cette visite.
La décision du président tunisien d'effectuer une visite en France a été prise lors de l'entretien téléphonique entre les présidents Saïed et Macron, le 3 juin, jour du passage devant l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) de la motion réclamant des excuses à la France pour ses crimes coloniaux.
Au-delà du fait que la motion n'a pas été votée, le scénario laisse croire que le timing de l'échange entre les deux Présidents et de l'accord sur la visite ne résultent pas du simple hasard.
Le président Saïed aurait voulu exprimer, à ce moment-là, son intérêt pour le renforcement du partenariat tuniso-français, et dire à Macron que la Tunisie officielle, qu'il représente, tient à préserver sa relation privilégiée avec la France. La preuve, c'est la première visite officielle qu'il effectue en Occident. Auparavant, le présidentSaïed n'a effectué que deux voyages, à Oman, pour les condoléances du Sultan Kabous, et en Algérie, «le grand frère» auquel il avait promis sa première visite, depuis sa campagne électorale.
Par ailleurs, le président Saïed saisira cette occasion pour affirmer sa mainmise sur la diplomatie tunisienne. Ainsi, d'un côté, sa visite est le symbole du maintien des relations historiques privilégiées avec la France, perturbées, que l'on le veuille ou pas, par cette motion parlementaire.
Et, de l'autre, il exprimera la position officielle tunisienne en ce qui concerne le dossier libyen, à savoir l'attachement à une solution libyo-libyenne. Quoique Paris fait, elle aussi, partie des axes régionaux sévissant en Libye. Mais ce sera pour le président Saïed une occasion pour dire qu'il ne fait pas partie de l'axe Istanbul-Doha, surtout que le président Erdogan et l'émir Tamime sont passés, en 2020, à Tunis. Donc, cette visite est une manœuvre sur un échiquier diplomatique très sulfureux.
Intérêts
Concernant le volet économique, il sera également très présent. La Tunisie compte sur cette visite pour obtenir davantage d'aides afin de faire face à sa crise socioéconomique, aggravée par la pandémie de Covid-19. La présence du ministre des Finances, Mohamed Nizar Yaiche, dans la délégation tunisienne, traduit l'intérêt économico-financier de la visite. La décélération économique sera de l'ordre de 4% et la Tunisie aura besoin de soutien pour espérer sortir de sa crise. Une aide de la France serait la bienvenue, même s'il s'agit de transformer une partie de ses crédits en projets de développement.
Il est à rappeler que la France demeure, et depuis toujours, le premier investisseur étranger en Tunisie, avec près de 1500 entreprises générant 160 000 emplois. Les entreprises françaises n'ont pas quitté la Tunisie après la révolution du 14 janvier. Les IDE français ont poursuivi leur progression et se sont accrus de plus de 34% en 2018. Cela représente plus du tiers du total des IDE hors énergie.
La France est également le premier client de la Tunisie, qui lui réserve le tiers de ses exportations, alors qu'elle est le deuxième fournisseur, assurant 16% des besoins du pays. Donc, cette visite pourrait constituer une belle opportunité pour relancer ce partenariat tuniso-français.
Tunis
De notre correspondant Mourad Sellami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.