Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pour Macron, le "modèle tunisien" ne doit pas "échouer
VISITE D'ETAT DU CHEF D'ETAT FRANÇAIS EN TUNISIE
Publié dans L'Expression le 03 - 02 - 2018

Le président français, Emmanuel Macron, accueilli à Tunis par son homologue tunisien, Beji Caid Essebsi
La France veut aider la Tunisie «comme on aide un frère ou une soeur», a affirmé jeudi le président français Emmanuel Macron à Tunis, en appelant à doubler les investissements français dans ce pays à la transition démocratique «inédite» dans le Monde arabe.
Au second jour de sa visite d'Etat, M. Macron n'a cessé d'insister sur la nécessité de soutenir le seul pays où le Printemps arabe de 2011 a fait naître la démocratie. La Tunisie a une «immense responsabilité» parce que «le Monde arabe, le Maghreb, toutes les rives de la Méditerranée vous (...) regardent faire et ont besoin de vous voir réussir», a-t-il lancé devant le Parlement. «Si vous échouez, nous échouons aussi». Or «le défi qui est le vôtre aujourd'hui, c'est de transformer ce printemps culturel et démocratique en printemps politique, économique et social» afin que «cette réussite puisse changer la vie des Tunisiennes et des Tunisiens, fasse mieux vivre les classes moyennes comme les classes populaires», a-t-il ajouté.
La tâche est immense, comme l'a montré la récente vague de protestations contre l'austérité et la vie chère qui a touché plusieurs villes tunisiennes début janvier. Des représentants de la société civile ont regretté de ne pas avoir été entendus. Pour Alaa Talbi, de l'ONG Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, les propos de M. Macron sur l'état de droit en Tunisie montrent qu'il n'a pas entendu les sonnettes d'alarme sur «le retour de la répression policière, les problèmes de l'acharnement contre les journalistes (...), les arrestations arbitraires» lors des troubles.
Les responsables tunisiens, au premier rang desquels le président Béji Caïd Essebsi, ont de leur côté appelé à un soutien économique plus affirmé, notamment en termes de conversion de dette. M. Macron a estimé que le doublement des investissements français sur l'ensemble du quinquennat était un objectif «possible à atteindre». «J'attends la pleine mobilisation des entreprises», a-t-il dit lors d'un forum économique à Tunis auquel participaient une centaine d'entrepreneurs français. «Nombre d'entreprises ont déjà confirmé leur volonté d'investir», a-t-il ajouté, en présence notamment des patrons des groupes de télécommunications Orange, Stéphane Richard, et Iliad, Xavier Niel. En plus du plan d'aide de 1,2 milliard d'euros sur la période 2016-2020, M. Macron a annoncé un fonds de 50 millions d'euros sur trois ans destiné aux jeunes entrepreneurs créant de l'emploi.
L'économie tunisienne a souffert de l'instabilité qui a suivi la révolution de 2011, et le chômage et la misère ayant largement provoqué cette révolte persistent.
Un tiers des jeunes diplômés est sans emploi. Pendant cette visite dans un ancien protectorat français, Emmanuel Macron a assuré s'exprimer «avec humilité». «Je ne sais pas s'il peut y avoir une politique arabe de la France et j'aurai sur ce point une très grande humilité», a dit le chef de l'Etat français dans un discours de près d'une heure au Parlement. Selon lui, «l'erreur est de penser qu'on peut construire une politique arabe hors du monde arabe. Ça ne marche pas».
M. Macron a aussi critiqué «ceux qui ont pensé qu'on pouvait destituer des dirigeants ici ou là» ainsi que «ceux qui croient qu'on peut régler des conflits à des milliers de kilomètres (...), qu'on peut régler de l'autre côté de l'Atlantique le conflit israélo-palestinien».
La paix entre Israéliens et Palestiniens «n'est possible que s'il y a la reconnaissance de deux Etats libres avec chacun comme capitale Jérusalem», a-t-il dit. Interrogé par la télévision tunisienne privée El Hiwar Ettounsi sur l'appel de nombreux jeunes Tunisiens à faciliter la mobilité vers la France, M. Macron a affirmé qu'«il ne faut pas penser qu'il y aurait quelque part un nirvana. Ça n'existe pas». Ces jeunes, «je leur dirais d'abord 'qu'est-ce que vous voulez faire de votre vie?'' Parce que si on dit 'je veux un visa, je veux un visa'' comme si l'avenir, le Graal étaient de l'autre côté de la Méditerranée, c'est un rapport très malsain pour tout le monde», a-t-il jugé.
«La France doit être là et sera là parce que la France aime le Maghreb et la Tunisie, mais elle ne peut pas promettre tout et n'importe quoi parce que c'est comme ça qu'elle fait des gens malheureux», a-t-il ajouté en rappelant que Paris souhaitait développer des projets communs en matière d'enseignement, comme l'université tuniso-française pour la Méditerranée et l'Afrique, devant prochainement ouvrir à Tunis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.