Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Un coup de piston et...    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    La bombe Benkirane    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elections municipales en France : Abstention record et débâcle de La République en marche
Publié dans El Watan le 30 - 06 - 2020

Avec un taux d'abstention record (près de 60% au deuxième tour de dimanche), la percée des écologistes et de leurs alliés de gauche ont marqué les élections municipales françaises 2020.
A telle enseigne que tous les partis politiques s'en prévalent et affirment en faire une priorité de leurs programmes. En réalité, la véritable dynamique écologique ce sont les Verts qui l'ont apportée en emportant – seuls ou en s'alliant à la gauche – de grandes villes comme Lyon, Strasbourg ou Poitiers et en confirmant dans des villes dont ils étaient déjà à la tête comme Grenoble, par exemple.
A Lyon, malgré un accord entre LREM et LR, le candidat écologiste Grégory Doucet a remporté l'élection avec plus de 52,4% des voix pour, loin devant le candidat de la majorité, Yann Cucherat, qui a remporté 30,8% des voix malgré le ralliement du candidat LR. Bordeaux, un bastion historique de la droite est également passé aux mains des écologistes soutenus par le PS et le PC.
A Strasbourg, Jeanne Barseghian, candidate écologiste, a remporté la mairie avec 42% des voix, malgré une alliance entre LREM et LR. A Besançon, Anne Vignot (EELV-PS-PCF-Generations.s) s'est imposée à Besançon avec plus de 43% des voix. Si Besançon passe au Vert, la ville reste toutefois à gauche comme depuis plus de 50 ans. D'autres villes sont tombées dans l'escarcelle des Verts et de leurs alliés de gauche.
«Ce qui a gagné ce soir, me semble-t-il, c'est la volonté d'une écologie concrète, d'une écologie en action», a salué l'eurodéputé Yannick Jadot dimanche soir. «Ça n'a pas été facile, c'est l'abstention qui nous pose problème (…) C'est une tristesse de voir le pays avec un tel taux d'abstention.(…) On va mettre les bouchées doubles sur la lutte contre le réchauffement climatique», a déclaré la socialiste Martine Aubry, réélue de justesse à Lille pour un 4e mandat avec 40% de voix devant l'écologiste Stéphane Baly (39,41%).Sa victoire s'est jouée à 227 voix.
«Vous avez choisi l'espoir, le rassemblement, un Paris qui respire, un Paris plus agréable à vivre, une ville plus solidaire qui ne laisse personne sur le bord du chemin», a déclaré la maire socialiste sortante de Paris Anne Hidalgo, réélue à 49,3% des voix. Marseille a basculé à gauche après 25 ans de gestion de droite. Avec la percée des Verts et de leurs alliés de gauche, le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, célèbre l'avènement d'«un bloc social, écologique qu'il faut consolider».
Le parti des Républicains, pour sa part, reste majoritaire en nombre de commune
Quant à La République en marche, parti de la majorité présidentielle, n'ayant pas d'ancrage local, c'est la grande déception. La candidate de la majorité à Paris, Agnès Buzyn, a récolté moins de 14% des voix, ce qui ne lui permet pas d'obtenir son siège au conseil de Paris. Malgré la victoire, sans surprise, dimanche, du Premier ministre Edouard Philippe au Havre avec 56,83% ou de Gerald Darmanin, élu dès le premier tour à Tourcoing, La République en marche a montré qu'il n'avait pas d'ancrage local.
Emmanuel Macron a «marqué sa préoccupation pour le faible taux de participation aux élections municipales», qui n'est «pas une très bonne nouvelle».
Tout en saluant la victoire des écologistes, Jean-Luc Mélenchon y voit une «grève civique» des Français.
Si Les Verts ont fait une avancée notable, dimanche, c'est l'abstention qui a été remarquable. Parmi les 16,5 millions d'électeurs appelés à voter dans 4820 communes pour le second tour des municipales, ils ont été nombreux à avoir boudé le scrutin.
Le taux de participation s'établit entre 40 et 41%, selon les estimations, contre 62,1% en 2014. Il est vrai que cette abstention historique s'inscrit dans le contexte de crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus, qui a freiné les électeurs, malgré des mesures sanitaires renforcées, alors que les candidats n'ont quasiment pas pu faire campagne, trois mois après un premier tour déjà marqué par une forte abstention, ont relevé les analystes du scrutin et les médias.
Paris /De notre bureau Nadjia Bouzeghrane


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.