L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»
CATASTROPHE DE BEYROUTH AU LIBAN
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2020

Le président libanais, Michel Aoun, a affirmé hier que l'explosion de mardi au port de Beyrouth est due «soit à la négligence, soit à une intervention extérieure», évoquant l'hypothèse d'«un missile». «Il est possible que cela ait été causé par la négligence ou par une action extérieure, avec un missile ou une bombe», a déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien avec des journalistes, retransmis à la télévision, relayée par des médias.
C'est la première fois qu'un responsable libanais évoque une piste extérieure dans l'affaire de l'explosion. Les autorités ont soutenu jusque-là que la catastrophe qui a fait plus de 150 morts a été provoquée par un incendie dans un énorme dépôt de nitrate d'ammonium. Le chef de l'Etat a ajouté avoir «personnellement» demandé jeudi au président français, Emmanuel Macron, qu'il a reçu au palais présidentiel, «de nous fournir des images aériennes pour que nous puissions déterminer s'il y avait des avions dans l'espace (aérien) ou des missiles» au moment de l'explosion mardi. «Si ces images ne sont pas disponibles chez les Français, on demandera à d'autres pays», a-t-il ajouté.
Outre le nitrate d'ammonium, une substance explosive, le procureur militaire a évoqué la présence de «matériaux hautement inflammables et des mèches lentes», selon un communiqué. Le Président a rejeté toute enquête internationale, estimant que cela «diluerait la vérité». Comme il a jugé nécessaire de revoir un régime politique «paralysé». «Nous sommes confrontés à une révision de notre système basé sur le consensus, car il est paralysé et ne permet pas de prendre des décisions qui peuvent être mises en œuvre rapidement : elles doivent être consensuelles et passer par plusieurs autorités», a estimé le Président.
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention dans le cadre de l'enquête sur l'explosion d'un entrepôt renfermant des tonnes de nitrate d'ammonium, a annoncé jeudi le procureur militaire. La tragédie a provoqué la colère des populations.
Les forces de l'ordre libanaises ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants déjà remontés contre leurs dirigeants qu'ils accusent d'incompétence et de corruption. Les manifestants ont vandalisé des magasins et jeté des pierres sur les policiers dans le quartier du Parlement, et ont été blessés lors de la riposte policière. Ces heurts interviennent à l'avant-veille d'une grande manifestation antigouvernementale, prévue aujourd'hui dans ce pays en proie à une asphyxiante crise économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.