L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Quand le bricolage fait des siennes    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parler mais en silence et si possible en langue nationale
Publié dans El Watan le 10 - 08 - 2020

En cette canicule, comment ne pas penser à tous ceux qui sont en prison à cause d'un mot ou quelques lettres ? Bien qu'ils soient nombreux, il semble utile de revenir sur le cas du journaliste Drareni, car on a appris au cours du procès, cette phrase : «Ce système dégénéré n'accepte pas le changement», qu'il a publiée sur Facebook, est peut-être ce qui lui a valu la prison.
Mais est-ce le terme «dégénéré» ou «n'accepte pas le changement» ? Ou est-ce le billet d'avion payé par l'Institut français d'Alger qui l'a fait incarcérer ou ces quelques misérables euros gagnés avec TV5, ce qui devrait pousser à demander beaucoup plus, vu les risques encourus ? En tous les cas, le procureur Amar Belhimer, ministre de la Communication, par ailleurs, avait qualifié les journalistes détenus de «professionnels de la subversion menaçant l'intérêt national». De son côté, le juge Abdelmadjid Tebboune, président de la République par ailleurs, s'était dit «étonné d'un journaliste ayant été interrogé (par la police) au sujet d'une forte déclaration sur l'Etat algérien se dirige juste après vers les ambassades d'autres pays afin de rendre compte», ce qu'il a estimé comme étant «identique au travail d'un espion».
C'est d'ailleurs le même délit pour le général Ghediri, toujours en prison, accusé d'avoir parlé aux Américains, probablement en anglais. Parler est donc un problème, surtout avec n'importe qui, particulièrement de n'importe quoi, sauf que la question fondamentale reste la même : y a-t-il interférence du pouvoir exécutif dans la justice ? Absolument pas et toute affirmation contraire peut conduire son auteur devant les tribunaux.
Le communiqué de la Présidence est clair : «Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a procédé jeudi à un vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice comprenant des nominations, des magistrats appelés à occuper d'autres fonctions et des fins de fonctions.» Qui a dit qu'il y avait un problème ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.