Alors que la défense d'Oultache évoque un tir mortel d'une tierce personne : La partie civile s'interroge sur les commanditaires de l'assassinat de Tounsi    30 000 comprimés de Lyrica et 300 millions de cts à bord d'une 4×4 à El Tarf    Imposante mobilisation à Alger    À qui distribuer les bons points ?    L'Opep+ affole les banques d'affaires    L'Algérie enregistre un net progrès en 2020    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel    Brahim Ghali dénonce l'inaction de l'ONU    Qui s'y frotte s'y pique    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    La violation par le Maroc de l'accord de cessez-le-feu "met à nu son échec cuisant"    Résultats    Boudaoui forfait face à la Zambie et au Botswana    Sous haute tension    Zetchi, réhabilité, ira à Rabat    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    La rencontre fédérale a failli dégénérer    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Près de 600 millards pour une centaine de zones d'ombre    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    Le court métrage algérien Mania primé    APLS: poursuite des attaques contre les forces d'occupation marocaine    Ligue 1 (16e j): l'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    En finir avec les pratiques du passé    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Tlemcen: Les directeurs des services agricoles recadrés    El Tarf: Sensibilisation des agriculteurs sur la protection des arbres fruitiers    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Côte d'Ivoire et Zambie en amical    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger : Rassemblement pour dénoncer la violence à l'égard des femmes
Publié dans El Watan le 10 - 10 - 2020

Elles sont venues, elles étaient –presque– toutes là. Des féministes de longue haleine, la nouvelle garde des revendications de femmes, révélées dans le sillage du hirak populaire, ainsi que des dizaines de citoyennes ont tenu, jeudi 8 octobre, un sit-in près de la place Maurice Audin, à la mémoire de ChaIma, violée et brûlée vive, ainsi que de toutes les femmes victimes de la violence.
Les femmes présentes ont répondu à l'appel du collectif Femmes algériennes pour le changement pour l'égalité (Face). Elles y ont affuté des slogans laissant transparaître la rage et le refus de l'injustice et du silence : «Non à la violence contre les femmes !», ont-elles scandé, «Nous sommes là en colère pour nos sœurs assassinées !»
(Ranah'na ghadibate ala khwatatna el maqtoulate), «Levez-vous, levez-vous, nos sœurs sont en train de mourir !» (Ya nas, noudou, noudou, khwatatna rahoum ymoutou !), «Nous sommes là en colère pour nos sœurs tuées !», «Tous responsables !», «ô vous les silencieux, vous êtes tous concernés !»...
Sur les pancartes brandies, il était possible de lire les inscriptions suivantes : «Non à la justification des assassinats», «Basta Hogra», «La violence tue plus que la Covid», «Nous revendiquons des mesures effectives et urgentes contre la violence à l'égard des femmes», «On rêve d'un pays où les femmes qui parlent de viols sont plus écoutées que les hommes qui parlent de voile», «Non à la tolérance sociale avec la violence contre les femmes», «L'avenir est féminin».
Il était également possible de croiser, tels des fantômes, les portraits des victimes de la violence : Amira Merabet, 34 ans brûlée vive à Constantine ou encore Yasmine Terrafi, jeune avocate assassinée.
Les slogans scandés par les femmes protestataires sont interrompus par les «Allez madame, c'est fini !» des policiers. Une dame, la cinquantaine, s'élève : «Vous devriez vous mettre de notre côté, vous nous autorisez un quart d'heure pour la mort d'une jeune fille atrocement assassinée, c'est honteux !»
Et une autre d'ajouter : «Cela pourrait arriver à vos filles !» Le rassemblement risque de tourner mal, lorsque des policiers en tenue interrompent brutalement le discours d'une militante.
La jeune femme ne se laisse pas intimider. «Nous voulons des mesures concrètes, car nous sommes fatiguées des discours creux. Nous voulons des mesures contenant une véritable prise en charge des victimes de violences. Nous ne voulons plus compter nos mortes», lance une militante du Face avec des trémolos dans la voix.
Et une autre de surenchérir : «Nous sommes là pour condamner les actes de violence, pas depuis aujourd'hui, cela fait des années que nous le faisons.» Le sit-in a tourné court, rapidement dispersé par les forces de l'ordre. S'il a permis aux militantes féministes de marquer le coup et d'exprimer un peu de leur colère, il aura également laissé un goût amer.
Le fait qu'il soit empêché par les forces de l'ordre est perçu comme un mauvais signal, un autre acte symbolique encourageant la violence à l'égard des femmes.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.