Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sport nautique d'Alger : Toujours privé de navigation
Publié dans El Watan le 13 - 10 - 2020

Forcé au repos après la décision du ministère de la Jeunesse et des Sports de suspendre toutes les activités sportives à la mi-mars en raison de la propagation du coronavirus, l'emblématique Sport nautique d'Alger (SNA), en activité depuis… 1867, n'a toujours pas repris du service.
Il est toujours dans l'attente de la fameuse décision qui lui permet de retrouver la mer. C'est dans ce contexte que le président du club, Abdeldjalil Gueroummi, et deux membres de son bureau, à savoir Noureddine Hadaoui et Ali Ferroukhi, se sont déplacés au siège du journal pour lancer un appel aux autorités compétentes afin permettre à plus de 400 plaisanciers, dont 100 athlètes, parmi eux des champions d'Afrique, de reprendre une activité après pratiquement sept mois d'arrêt. «Depuis l'ouverture des plages, nous nous sommes déplacés à trois reprises à la wilaya d'Alger. Nous avons également envoyé plusieurs courriers, sans réponse jusque-là.» Noureddine Hadaoui enchaîne : «L'interdiction touche en plus d'Alger, Sidi Fredj et La Madrague. Jusqu'à aujourd'hui, on ne nous a pas donné une raison valable qui justifie l'interdiction de reprendre notre activité.»
L'incompréhension est d'autant plus grande, précise Ali Ferroukhi, qu'au même moment d'autres clubs ont repris les sorties en mer le plus normalement du monde. Même l'argument du coronavirus est battu en brèche par les trois membres.
Le président dira à ce propos : «Le plus souvent, les athlètes sortent à deux, parfois un tout seul». Le risque est beaucoup moindre par rapport à la pêche professionnelle où ils sont à 15 dans une embarcation et dont l'ouverture a été effective, confirme Noureddine Hadaoui.
En plus de 50 000 à 60 000 DA que les propriétaires des bateaux sont obligés de payer, plusieurs parmi eux ont eu des problèmes de moteur en raison de la longue inactivité, ajoute Ali Ferroukhi. En attendant une décision qui viendra délivrer le Club nautique d'Alger et tous les pratiquants, ce sont pas moins de 320 embarcations qui restent à tanguer au port, attendant des jours meilleurs.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.