L'affaire de l'automobile sera rejugée    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Sous pression    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    Bientôt de nouvelles aides    Ouverture d'un guichet de la Casnos    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Le foot est mort    Ligue des champions: Buffles du Borgou - MCA, aujourd'hui à 15h00: Mettre fin à un syndrome africain    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jam session du chanteur Djamil Ghouli : «J'espère que notre cri sera entendu»
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2020

Belle initiative que celle entreprise par le chanteur et instrumentaliste Ahmed Djamil Ghouli, en conviant, dernièrement, des amis musiciens à une Jam session, à l'hôtel la Villa de Sidi Bahia à Alger.
C'est au niveau d'un cercle restreint d'amis et d'artistes que Djamil alias Djam a lancé une invitation à ses potes pour se retrouver autour de la musique. Ce musicien avec un sens du groove a étrenné la soirée avec quelques titres phares de son répertoire, irrigués d'influences africaines et de reggae à l'état pur.
A l'image de Leave my bladi, Mereym, Dinar, ou Djon Maya. Celle-ci n'est autre qu'un hommage au regretté chanteur et guitariste Burkinabé Victor Démé, décédé En 2015. Le troubadour Djam laisse ensuite place à ses amis musiciens de toujours, pour un autre moment de bonheur et de plaisir à la fois.
En effet, Zaki Mihoubi (Zaki project) Abdelah Kourd et Sido se sont prêtés au jeu de l'exécution instrumental et de l'interprétation vocale. L'initiateur de ce rendez-vous musical improvisé au dernier moment, Djam, rappelle que les artistes ne se produisent pas depuis des mois compte tenue de la crise sanitaire du Covid- 19. «On a envie de dire, lance t-il, qu'on est là. C'est surtout cela le deuxième message important que nous lançons.
Le secteur artistique est en train de souffrir. Cela fait sept mois que nous n'avons pas bossé. Il n y a pas un rond qui est rentré.
On connaît bien la situation de l'artiste en Algérie. Avec le confinement, la situation a empiré. Il y a eu des aides de la part de l'Onda. Me concernant, je n'ai pas bénéficié de cette aide parce que l'année dernière, dans mon compte de l'Onda, dans mes droits d'auteurs et voisins, j'ai dépassé les 100 000 da.
Il y a un mois, on m'a signalé que j'étais éligible.» Notre interlocuteur reconnaît qu'il n'y a pas d'activités artistiques et de visibilité à l'échelle internationale. «Tout le monde est touché par cette pandémie mais on est là pour dire qu'on existe. C'est le cri d'alarme de ce soir. On va le faire en musique et avec de la bonne humeur.
J'espère que notre cri sera entendu et qu'on trouvera des solutions pour nous autres artistes. L'ensemble de la corporation artistique est consciente de la gravité de la situation. Il faudrait être très prudent.
On prend comme exemple, les pays développés, il y a des concerts virtuels. Ici, cela se fait. L'AARC m'a sollicité pour faire un concert gratuit. Je n'ai pas accepté, car l'AARC, c'est le rayonnement culturel. Si l'artiste fait un concert pour l'AArc, c'est donc l'artiste qui fait le rayonnement pour l'art. Cela serait possible de reprendre la scène avec des mesures de protection. Cette situation ne peut pas durer.
Il faudrait qu'on sache : Est-ce qu'ils vont nous prendre en considération déjà avant de trouver les solutions ? Si on nous prend en considération, on peut discuter. Les artistes seront là pour proposer des solutions. On cherche déjà la première étape de la considération.»
Par ailleurs, Ahmed Djamil Ghouti nous confie que le confinement a été propice pour l'écriture et la composition. Il a réalisé en juin dernier, une chanson intitulée La distance avec Mouss et Hakim, membres du groupe Zebda. Il a eu aussi l'occasion de réaliser un titre gnawa électro, sur Instagram, avec un jeune Tlemcenien Racim.
De même qu'il a réalisé aussi une chanson avec Zaki Mihoubi Nada, illustrée en calligraphie par Amine Sneak. Il a aussi revisité un texte du poète et dramaturge Egyptien Ahmed Chawqi . Il prépare cette chanson avec la chanteuse Christine Ziad, laquelle jouera aussi au qanoun.
Sinon, l'artiste nous promet, prochainement, un album de cinq ou six titres qui résumera la période du confinement.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.