«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un réseau d'assainissement totalement défaillant
LA SITUATION PROVOQUE L'INDIGNATION À SKIKDA
Publié dans El Watan le 26 - 12 - 2020

Il est vrai que la ville de Skikda a perdu de son lustre d'antan et continue depuis des décennies déjà de glisser dangereusement dans les abîmes, mais de là à laisser un déluge des eaux usées se déverser sans se soucier du citoyen, il y a comme une déclaration d'incompétence et d'indifférence à tous les niveaux de responsabilité.
La situation qui prévaut à la cité Amar Rouana (les 150 logements LPA) donnant sur l'avenue Houari Boumediene, juste en face de la station d'essence, est une honte.
C'est une agression caractérisée contre le cadre urbain, contre les riverains et contre cette ville qu'on ne cesse d'écarteler. «Cela fait des mois que nous côtoyons les eaux usées qui se déversent à ciel ouvert à partir de ces deux regards.
Notre quartier est devenu un réceptacle du réseau d'assainissement d'une partie de la cité Zeramna, située en amont. On a attiré l'attention des responsables concernés, mais les choses n'ont pas changé pour autant. Aujourd'hui, pour parquer nos véhicules ou juste pour traverser la chaussée, on est constamment contraints à patauger dans ces eaux nauséabondes», témoigne un commerçant du coin.
Immenses déversoirs
Les deux regards des eaux usées, tels d'immenses déversoirs, répandent en continu une eau grise qui s'épanche sur la chaussée, avant d'atteindre l'avenue Houari Boumediene. Les véhicules passant par ces lieux finissent à leur tour par étaler ces eaux souillées sur plusieurs dizaines de mètres. Et il y a pire encore. À moins de 50 mètres seulement de ces lieux, un autre point de déversement des eaux usées continue de miner le quotidien des citoyens habitant le long de la rue Messaouda Rouag (le passage, à droite, qui mène à la cité Zeramna).
Là aussi, les eaux usées que devait drainer une canalisation sont déversées à ciel ouvert le long d'un petit talus, avant de passer par un petit mur de soutènement que les eaux ont décoloré. «On a écrit aux responsables, on a attiré l'attention sur les réseaux sociaux, mais personne ne s'est soucié de notre sort.
Ces eaux infectes qui se déversent à moins de 10 m de nos habitations nous rendent la vie difficile. L'été, les odeurs répugnantes nous empêchent d'ouvrir nos fenêtres, sans parler des risques sanitaires que cette situation risque d'engendrer», affirme un des habitants des lieux. Ces eaux usées, et profitant de la pente, rejoignent, plus bas, les eaux que déversent les deux regards, comme pour boucler la boucle et amplifier une situation pour le moins honteuse ! Ainsi va Skikda, ainsi vont ses habitants !
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.