Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Porteurs de bagages au port d'Alger : Ils attirent l'attention sur leur situation précaire
Publié dans El Watan le 07 - 01 - 2021

Les porteurs de bagages de la gare maritime d'Alger sont dans une situation d'extrême précarité. Ils ont contacté El Watan pour attirer l'attention des hautes autorités du pays sur leur triste sort et formuler leurs revendications. Ils ont même saisi par écrit le médiateur de la République, une instance présidée par Karim Younès, qui se veut être un trait d'union entre le pouvoir et la société civile.
La lettre a été déposée le 5 janvier dernier avec accusé de réception n°76. Les plaignants se disent «victimes d'injustice et de dépassements» de la part de l'Entreprise portuaire d'Alger (EPAL) et l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV).
La plainte a été déposée par l'association de porteurs de bagages Gare maritime Port d'Alger, qui regroupe une vingtaine d'adhérents et qui ont 25 ans d'ancienneté. «Nous étions affiliés à l'EPAL et après on nous a transformé en association, nous avions un compte bancaire alimenté régulièrement et qui nous permettait d'honorer nos obligations fiscales et de sécurité sociale. Et lorsqu'on a réclamé notre argent, on nous a dit allez-vous plaindre ! Nous avons tous les documents officiels. L'ENTMV nous dit que notre argents est chez EPAL Alger.
Où est passé notre argent ? Au niveau de l'administration du port, on nous a dit clairement allez-vous plaindre au président de la République !», est-il écrit dans la lettre.
Depuis le début de la pandémie de Covid-19 (février 2020), les porteurs de bagages sont réduits au chômage alors qu'ils ont des charges incompressibles.
Ils réclament «une régularisation de leur situation en réintégrant leur métier ou à être affectés à une autre tâche dans les effectifs de l'EPAL». Ils insistent sur la justesse de leur cause, vivant jusque-là une situation catastrophique.
En frappant à la porte du médiateur de la République, ils espèrent que leurs revendications soient entendues.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.