Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lakhdar Brahimi : «La Libye pourrait devenir une ‘‘nouvelle Somalie''»
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2021

En Libye «les influences extérieures sont encore plus importantes qu'en Syrie. La Libye pourrait surtout devenir une ‘‘nouvelle Somalie'', c'est­-à-­dire un pays sans Etat plongé dans une crise insoluble», a indiqué Lakhdar Brahimi, ancien ministre des Affaires étrangères algérien et haut fonctionnaire des Nations unies, dans une interview au quotidien Le Monde

Pour avoir beaucoup travaillé sur la résolution de conflits, j'ai fini par penser que les interventions militaires étrangères sont toujours négatives à terme. En Libye, l'intervention occidentale, mal conçue, mal exécutée, n'était pas nécessaire. Elle a beaucoup contribué à la situation actuelle», affirme le diplomate algérien.
…«L'esprit de la Charte des Nations unies paraît avoir été oublié des grandes puissances : l'ONU n'a plus la capacité de gérer, encore moins de résoudre, des conflits tels qu'en Libye, en Syrie, au Yémen... La fin des improvisations simplistes de l'ère Trump devrait cependant ouvrir la voie à un environnement international plus apaisé», souligne Lakhdar Brahimi au journal du soir français Le Monde.
Lakhdar Brahimi considère que «pour l'essentiel, les dégâts causés par l'ère Trump ne sont pas irréversibles. Comme le départ des Etats-­Unis de l'Organisation mondiale de la santé [OMS], par exemple. Celle-­ci peut certes être critiquée, mais la quitter en pleine pandémie était de la folie pure !»…«En revanche, nul ne remettra en question aux Etats­-Unis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël.
Ce qui est irréversible, c'est l'exceptionnalisme américain que Trump a appliqué d'une manière vulgaire et brutale, mais qu'il n'a pas inventé». Sur la normalisation des relations des pays du Golfe avec Israël et la perspective d'un Etat palestinien, «Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a dit que les relations diplomatiques que son pays a établies avec des pays de la région n'ont rien à voir avec l'occupation des territoires palestiniens».
«Mais ces développements compliquent la situation des Palestiniens ainsi que les conditions de leur lutte nationale. Pour autant, ils ne sont pas sans arguments ; le droit à l'autodétermination des peuples est inscrit dans le droit international. En outre, ils bénéficient d'un soutien accru dans les opinions publiques de la région et dans le reste du monde», considère Lakhdar Brahimi.
Face au risque nucléaire, «la seule chose à faire est de parler, de proposer». Lakhdar Brahimi indique que The Elders* «a présenté un projet à la conférence de Munich sur la sécurité, en 2019, qui consistait à contenir le nombre de puissances nucléaires et à réduire les arsenaux existants. Tant qu'il n'y aura pas un réel effort de désarmement, la prolifération continuera. Si Israël reste la seule puissance nucléaire au Proche-Orient, l'Iran, mais aussi la Turquie, l'Egypte ou l'Arabie Saoudite chercheront à l'acquérir».
«Quand Trump a annoncé la sortie des Etats-Unis de cet accord (accord nucléaire avec l'Iran), en 2018, malgré l'avis de tous les autres signataires (les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne], ces derniers n'ont pas été capables de maintenir leur engagement à continuer de commercer avec l'Iran, par peur des sanctions américaines. Il est demandé aux Iraniens de respecter un accord que ses partenaires ne sont pas capables d'honorer. Il faudrait que tout le monde se mette d'accord pour ne plus accepter ce système d'extraterritorialité du droit américain».
«Il y a un pays, les Etats-­Unis, pour lequel le droit international n'existe pas. Le résultat, c'est que personne ne respecte plus ce droit.»
* Le comité pour la paix The Elders dont Lakhdar Brahimi est membre a été créé à l'initiative de Nelson Mandela en 2007 . The Elders a publié en mai 2020, un rapport intitulé « Pourquoi le multilatéralisme doit remodeler le monde après la Covid­19 ».
Paris
De notre bureau Nadjia Bouzeghrane
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.